Dès samedi, le Rouge et Or se lance à la défense de son titre provincial et de la Coupe Vanier en gardant un oeil sur les quatre prétendants à leur trône : Montréal, Sherbrooke , Concordia et McGill.

Football universitaire: les quatre prétendants au trône

Le Rouge et Or a mis fin à une rare disette de trois ans en remportant en 2016 le titre québécois du football universitaire, en route vers sa neuvième Coupe Vanier. Malgré tout, on est loin de parler d'un retour à la normale cette saison. En 2017, terminé les matchs faciles contre les Gaiters de Bishop's, qui ont filé dans les Maritimes. La nouvelle conférence Québec promet d'être plus paritaire que jamais. Nos journalistes se sont entretenus avec les coachs des quatre rivaux qui s'attaqueront au trône provincial du Rouge et Or.
***
Carabins : même recette, identité différente
Après avoir arraché les deux premiers championnats provinciaux de leur histoire au Rouge et Or en 2014 et 2015, les Carabins ont vécu la situation inverse en 2016. Sur leur propre terrain, les Bleus ont vu leurs rivaux se sauver avec la Coupe Dunsmore à l'aide d'un jeu truqué en toute fin de rencontre. 
Champion en titre ou pas, Danny Maciocia assure que l'état d'esprit des siens est le même en ce début de saison. «Le résultat de l'an dernier ne change pas du tout notre façon de faire les choses. L'édition 2017 de notre équipe a une identité complètement différente, c'est normal.»
Le véritable changement selon lui, c'est le camp plus court, les deux semaines de congé durant la saison et le calendrier plus ardu. Toutes des conséquences du départ des Gaiters. «Les matchs faciles n'existent plus. Ce sera compétitif chaque fin de semaine.»
Le quart-arrière des Carabins, Samuel Caron
Dominante ces dernières années, la ligne défensive a perdu des plumes. Difficile de remplacer du jour au lendemain Junior Luke, Mathieu Dupuis et Émile Charron-Ligez. Les deux premiers sont dans la LCF, le troisième a gradué. «C'est probablement notre plus gros défi. Mais on a de jeunes joueurs de première et deuxième année qui ont démontré depuis le début du camp qu'ils pouvaient prendre la place.»
En offensive, les Carabins ramènent le quart lévisien de cinquième année Samuel Caron, et l'un des meilleurs corps de receveurs au pays. En plus des vétérans Régis Cibasu, Louis-Mathieu Normandin et Guillaume Paquet, le Gaspésien Raphaël Major-Dagenais pourrait surprendre, croit Maciocia. Jumelez cela avec le départ du porteur de ballon Sean Thomas-Erlington et les Bleus devraient passer le ballon à profusion. 
Le R et O est-il favori pour gagner le titre provincial? «Comme ils ont gagné la Coupe Vanier et la plupart de leurs partants sont de retour, il faut leur donner un petit avantage», croit Maciocia. «Les matchs contre Laval, je les adore. On aimerait vivre ça chaque semaine. La rivalité que l'on est en train de vivre avec le Rouge et Or, on ne retrouve ça nulle part ailleurs dans le sport amateur ou professionnel québécois.»
Entraîneur-chef  : Danny Maciocia (7e saison)
Fiche en 2016 : 7-1 finalistes au Québec (1-1)
Joueurs à surveiller : Samuel Caron (quart-arrière), Louis-Mathieu Normandin (receveur), Jonathan Boissonneault-Glaou (ailier défensif)
Principaux départs : Sean Thomas-Erlington (porteur de ballon), Junior Luke (plaqueur), Alex Cromer-Émond (secondeur)
Match présaison : gain de 63-3 contre Toronto
***
Vert & Or : les valeurs retrouvées
En s'assoyant dans le fauteuil d'entraîneur-chef, Mathieu Lecompte estime avoir ramené des valeurs «qui s'étaient perdues au fil des années chez le Vert & Or».  «Ç'a fait du bien de retrouver les raisons pour lesquelles on joue au football. Être là pour ton coéquipier, faire des compromis, se serrer les coudes», explique-t-il à propos de la retraite fermée au Collège Saint-Bernard de Drummondville imposée à ses troupiers durant le camp d'entraînement.
Trois jours sans cellulaire pour les joueurs; trois jours sans imprimante pour les coachs. Dormir deux par chambre et manger à la cafétéria. «Si tu n'es pas capable de sortir de chez vous, aussi bien arrêter tout de suite parce que moi, j'aspire à gagner un championnat. Et pour ça, il faut travailler dans des conditions autres que celles qu'on connaît», lance Lecompte, disant que ses «gars veulent maintenant se battre l'un pour l'autre au lieu de se battre l'un contre l'autre».
Alex Jacob-Michaud dirigera l'attaque du Vert et Or.
Le Vert & Or a quand même été exclu des séries l'an passé, sous la gouverne de David Lessard, et n'a pas gagné de match éliminatoire depuis 2012. L'année où Lecompte s'est joint au personnel d'entraîneurs, après y avoir joué de 2004 à 2007. Spécialiste de la ligne défensive, il compte justement sur sa défensive pour améliorer le sort de l'équipe au cours des trois prochains mois. Ajout important avec l'ailier défensif de deuxième année Mikael Badra. Le transfuge de Bishop's a obtenu le droit de changer d'équipe sans attendre un an avant de rejouer.
L'attaque repose entre les mains du jeune quart-arrière Alex Jacob-Michaud, que Lecompte se garde bien de mettre sous pression. Surtout avec l'instauration du nouveau système offensif du coordonnateur Brent Bailey, un autre ex-voisin anglo de Bishop's, méthode qui a permis au quart Jordan Heather d'être le meilleur joueur universitaire au Canada en 2013.
Entraîneur-chef : Mathieu Lecompte, 1re saison
Fiche en 2016 : 3-5, exclu des séries
Joueurs à surveiller : Alex Jacob-Michaud (quart-arrière), Gabriel Polan (porteur de ballon), Alexandre Gagnon (ailier défensif), Alexandre Chevrier (secondeur)
Principaux départs : Isaac Lauzon (porteur de ballon), Frédérick Caron (receveur), Alexandre Gagné (secondeur)
Match présaison : victoire de 21-9 à York
***
Redmen : croire en son talent
«Dans les dernières années, on a été capables de recruter des joueurs pour compétitionner avec Montréal et Laval. Côté talent, on n'a plus rien à envier à n'importe quelle autre équipe de la ligue.» Le recrutement est le nerf de la guerre dans le football universitaire et Ronald Hilaire l'a bien compris. Deux ans et demi après avoir été nommé entraîneur-chef des Redmen, l'ancien joueur de ligne défensive commence à récolter le fruit des excellentes cohortes de recrues qu'il a greffé à sa formation.  
«Quand je suis arrivé, il fallait faire un ménage dans la façon dont on faisait les choses et même dans les joueurs qui avaient choisi McGill à une époque où c'était peut-être un parcours plus facile», explique l'entraîneur. Résultat, les Redmen ont envoyé beaucoup de jeunes dans la mêlée, ces dernières années.
Chez les Redmen de McGill, Frédérci Paquette-Perrault est l'homme de confiance de l'entraîneur-chef Ronald Hilaire.
Hilaire est maintenant convaincu que son programme est bâti sur de solides fondations. Fort d'une première participation aux séries en quatre ans en 2016, il pense déjà à la suite. «Maintenant que les joueurs ont goûté aux séries, on sait ce que ça prend pour gagner rendu là. Accéder à la finale québécoise, c'est la prochaine étape à franchir.»
McGill sera aidé dans sa quête de succès par une rare stabilité au poste de quart. Joël Houle, Nicolas English et Frédéric Paquette-Perrault se sont succédé derrière le centre, ces trois dernières années, mais Hilaire croit avoir trouvé son homme en ce dernier.  «Fred nous a montré de belles choses au camp d'entraînement. Il est bien implanté comme numéro un et c'est une stabilité qui fait du bien. C'est le leader de notre offensive.»
Entraîneur-chef : Ronald Hilaire (3e saison)
Fiche en 2016 : 4-4, demi-finalistes au Québec (0-1)
Joueurs à surveiller : Frédéric Paquette-Perrault (quart-arrière), Ousmane Guindo (ailier défensif), Joël Soucy (receveur)
Principaux départs : Qadr Spooner (bloqueur), Louis Brouillette (receveur), Preston Bews (receveur)
Match présaison : défaite de 38-24 contre Queen's
***
Stingers : un jour à la fois
«L'an dernier, nous n'avons pas eu la saison que nous voulions ni la saison que nous aurions dû avoir.» N'allez pas dire à Mickey Donovan que l'important est de participer. Son allergie à la défaite a bien servi l'Américain pour relever un programme de football ayant sombré dans les abysses, à Concordia, avant son arrivée. 
Il y a un an, l'entraîneur-chef ne se gênait pas pour dire que l'unique objectif de sa troupe était de remporter la Coupe Vanier. Détenteurs d'une fiche de 4 victoires et 4 défaites en saison, les Stingers se sont finalement inclinés face au Rouge et Or en demi-finale provinciale. «L'équipe avait l'air d'être prête à faire un saut en avant, mais j'ai regardé trop loin. Cette saison, on prend ça un jour à la fois», lance Donovan.
Trenton Miller a connu une saison décevante l'an dernier.
Ex-joueur le plus utile de la conférence Québec, le quart-arrière Trenton Miller se remet d'une saison de huit passes de touchés contre 13 interceptions. Rien pour inquiéter le coach. «Il est tellement compétitif. C'est le joueur le plus dédié de l'équipe au quotidien. Il veut tellement devenir meilleur.» La jeune défensive du coordonnateur Pat Donovan ramène pour sa part 11 partants. Seul à être parti, le plaqueur Samuel Narkaj a été remplacé par l'imposant Wade Leeroy Cyr, un revenant dans le monde du football québécois, lui qui avait délaissé l'école.
Preuve qu'ils n'ont rien de faire-valoir, les Stingers ont vaincu 23-16 en match préparatoire les champions en titre de l'Ontario, les Golden Hawks de Laurier. Jusqu'à un certain point, Concordia est victime de la conférence Québec. Donovan n'est cependant pas du genre à s'en plaindre. «C'est ce qui rend la conférence Québec si merveilleuse. Chaque semaine de saison régulière est comme un match de séries. C'est la meilleure ligue au pays.»
Entraîneur-chef  : Mickey Donovan (4e saison)
Fiche en 2016 : 4-4, demi-finalistes au Québec (0-1)
Joueurs à surveiller : Trenton Miller (quart), Vince Alessandrini (receveur), Lloyd Bureau (secondeur)
Principaux départs : Samuel Narkaj (plaqueur), Dane Steele (secondeur), Jahlani Gilbert-Knorren (receveur)
Match présaison : victoire de 23-16 contre Laurier