Alex Duff

Football collégial: le Notre-Dame remonte et passe en demi-finale

Le Notre-Dame est sorti gagnant de séries quart de finale où les négligés ont tous éliminé les favoris en première division du football collégial. Les représentants du Campus Notre-Dame-de-Foy l’ont emporté 31 à 26 dans un match qu’ils perdaient pourtant 17 à 0 à la demie face aux Titans du Cégep de Limoilou.

«C’était un match terriblement excitant. On en a vécu, des choses, cette saison, et moi j’ai vu des gars qui n’abandonnaient jamais. C’était particulièrement vrai aujourd’hui», a résumé l’entraîneur-chef du Notre-Dame, Marc-André Dion, après le match.

«On avait le talent, ça, c’est sûr, mais il fallait faire des réajustements. Les leaders se sont levés et on a rebâti notre confiance. On n’a pas paniqué, on est restés calmes. Personne ne pensait qu’on n’était pas capables de gagner», poursuit-il.

Dès le début, le Notre-Dame souhaitait arrêter l’attaque au sol des Titans pour les forcer à lancer le ballon, une tactique qui n’a toutefois commencé à porter fruit qu’en deuxième demie. «Nous avons finalement réussi cinq interceptions, toutes en deuxième demie», poursuit Dion.

Trois de ces interceptions ont été réalisées par le demi de coin recrue Jean-Sébastien Lamothe, qui a reçu les félicitations de son entraîneur.

Le Notre-Dame affrontera la semaine prochaine les Cheetahs de Vanier, qui ont battu les Élans de Garneau 30 à 9 samedi. «Ce sera un gros match et je suis convaincu que notre fiche en saison régulière (4 victoires et 5 défaites, sixième place) ne représente pas ce qu’on est. Il y a vraiment une parité dans cette ligue», a résumé Dion.

Leçon de vie

De l’autre côté du terrain, Dave Parent, pilote des Titans, s’est fait philosophe. «Ce n’est pas la fin du monde, c’est une «game» de «foot»», a-t-il lancé, avouant qu’il avait trouvé frustrante la fin de match de son équipe.

«On n’a pas été du bon côté du ballon au quatrième quart, mais c’est ça le football, c’est une école de vie et des fois, la vie, c’est «tough». Mais on a des gars de caractère et, comme je n’ai que huit gars qui finissent cette année, je crois qu’ils vont revenir l’an prochain et devenir une vraie locomotive», a-t-il résumé.

Élans éliminés

L’entraîneur des Élans de Garneau, Claude Juneau Jr., avait lui aussi une défaite et l’élimination des siens à digérer. «On a eu de la misère à bouger le ballon en attaque. (Les Cheetahs) ont «scoré» rapidement, mais, après, ils n’ont pas fait grand-chose. Je suis quand même fier de notre équipe, fier de ce que les gars ont donné», a-t-il résumé.

Avec une formation déjà minée par les blessures, Juneau n’était pas très heureux de la perte de quatre autres joueurs victimes de coups à la tête durant cette partie.

«Nous avions déjà huit gars «out» pour la saison et nous en perdons quatre autres, tous pour des coups portés à la tête. Il est censé y avoir une attention spéciale aux coups à la tête... Si, dans le sport étudiant, on n’est même pas capable d’assurer la sécurité de nos étudiants-athlètes...», a laissé tomber Juneau.

L’entraîneur des Élans avait déjà fait part de ses récriminations à ce sujet au Réseau de sport étudiant du Québec l’an dernier. «Je vais faire une autre plainte. Ce n’est pas difficile, ce sera les mêmes numéros... Parfois, ça prend du temps avant de fonctionner», a-t-il conclu.