Le gardien Evan Fitzpatrick n'a rien donné à l'Armada pour permettre au Titan de l'emporter 4-0.

Fitzpatrick parfait et le Titan rebondit

BOISBRIAND — L’entraîneur-chef du Titan d’Acadie-Bathurst, Mario Pouliot, aura finalement eu raison de dire que ses joueurs pouvaient être bien meilleurs que ce qu’ils avaient montré lors du premier match.

Evan Fitzpatrick a signé son deuxième jeu blanc des séries et le Titan a nivelé les chances dans la finale de la coupe du Président en l’emportant 4-0 contre l’Armada de Blainville-Boisbriand, samedi soir.

Peu de joueurs avaient réussi à se distinguer lors du revers de 4-1 subi vendredi, mais Fitzpatrick et Antoine Morand ont été les têtes d’affiche d’une performance inspirée du Titan, qui a créé l’égalité 1-1 dans la finale.

«Nous devions être plus efficaces dans notre zone et appliquer des couvertures défensives plus serrées. Je crois que nous avons été meilleurs avec la rondelle. C’est une grosse victoire et j’ai aimé le fait que nous ayons simplifié notre jeu», a fait valoir Pouliot.

Semblant un peu plus à l’aise devant son filet, Fitzpatrick a limité les retours de lancer et il a été parfait devant 27 tirs. Morand a pour sa part enfilé l’aiguille à deux reprises, et ce, même s’il a été coupé au front à la suite d’une vilaine chute en première période.

«Ça fait partie des séries, a simplement mentionné Morand. C’est une équipe difficile à affronter à domicile et c’était important pour nous de récolter une victoire ici avant de retourner à Bathurst.»

Morand ne croyait pas si bien dire, car l’Armada a été blanchie pour une première fois cette saison et elle s’est inclinée devant ses partisans pour une première fois depuis le début des séries.

L’espoir au prochain repêchage de la LNH Noah Dobson et Ethan Crossman ont aussi marqué pour la formation du Nouveau-Brunswick, qui n’a quant à elle pas perdu deux matchs de suite depuis les 28 et 29 décembre.

L’Armada a ouvert la machine en période médiane, décochant 16 tirs, mais le manque de finition a coûté cher alors qu’elle tentait de créer l’égalité. Drake Batherson a notamment raté en avantage numérique une occasion qui aurait pu faire basculer la partie, à peine deux minutes après le but de Dobson.

«Je suis fier de mes gars et je ne pense pas que nous avons joué un mauvais match, a insisté l’entraîneur-chef de l’Armada, Joël Bouchard. Pour être honnête, je crois que je m’attendais à pire comme résultat. Nous avons eu nos occasions, mais ç’a fait mal de ne pas concrétiser nos chances en deuxième période.»

Bien qu’il ait vu un peu moins d’action que lors du premier duel, Émile Samson s’est signalé à quelques reprises. Il a toutefois alloué trois buts sur 20 lancers. Le gardien recrue de l’Armada a perdu en temps réglementaire pour une première fois en 31 matchs, soit depuis le 10 décembre.

Samson a reçu l’aide de ses poteaux en début de rencontre. Morand s’est amené sur l’aile droite et il pensait bien l’avoir battu grâce à un bon tir des poignets, mais la rondelle a touché la tige à la droite du gardien de l’Armada.

Message reçu

Le message de Pouliot n’a pas seulement été entendu en première période, mais aussi en deuxième. Plus impliqués, les joueurs du Titan ont joué de chance pour ouvrir le pointage. Dobson a décoché un lancer de la pointe qui a ricoché sur le défenseur Pascal Corbeil avant de terminer sa course au fond du filet.

Pendant que l’Armada bourdonnait sans relâche pour créer l’égalité, Fitzpatrick a fermé la porte, permettant à son équipe de laisser passer la tempête.

Le gardien du Titan a pu travailler à sa guise par la suite, quand Morand lui a procuré un coussin de deux buts dès la deuxième minute du dernier tiers.

«Nous savions que nous devions rebondir. Dans mon cas, je voulais simplement élever mon jeu d’un cran pour mes coéquipiers parce qu’ils l’ont fait pour moi depuis le début des séries», a affirmé Fitzpatrick.

Les deux formations se retrouveront au Centre K.C. Irving mardi soir, à l’occasion du troisième affrontement.