«On ne peut pas s'empêcher d'être heureux que le hockey scolaire travaille ensemble pour améliorer l'offre de services à nos joueurs», a réagi le directeur général de Hockey Québec, Paul Ménard.

Fini la discorde dans le hockey mineur

La bisbille dans le hockey mineur est terminée. Hockey Québec et les ligues scolaires de la province ont annoncé vendredi matin avoir conclu un accord, mettant ainsi fin à plusieurs années de discorde.
La Ligue de hockey préparatoire scolaire (LHPS), la Ligue de hockey interscolaire du Québec (LHIQ), le Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ) et Hockey Québec sont les signataires de cette nouvelle entente. Elle permet à la LHPS et à la LHIQ de devenir «membres associés» de Hockey Québec. Ceci, explique un communiqué, favorisera «les discussions dans le but de regrouper l'ensemble du hockey scolaire québécois». Le RSEQ était toujours resté dans le giron de la fédération.
«On ne peut pas s'empêcher d'être heureux que le hockey scolaire travaille ensemble pour améliorer l'offre de services à nos joueurs», a réagi le directeur général de Hockey Québec, Paul Ménard, lors d'un entretien avec Le Soleil.
Le président de la LHPS, Mathieu Darche, montrait la même satisfaction. «C'était des chicanes qui avaient des raisons valables, mais un moment donné fallait passer à autre chose pour nos jeunes», a-t-il souligné.
Reste toutefois beaucoup de travail, ont ajouté les deux hommes au cours d'entretiens distincts. Comme quoi cet accord est seulement une première étape. «Le hockey scolaire devrait se regrouper [en une seule entité], tout le monde est d'accord avec ça», a affirmé Ménard.
Darche le confirme, mais le processus pourrait prendre quelques années, selon lui. Le temps de trouver un terrain d'entente, une façon de faire qui conviendra à tout le monde. L'objectif est réaliste, même s'«il y a des choses auxquelles on tient mordicus», a souligné l'ancien joueur de la LNH, parlant entre autres du suivi scolaire serré, un incontournable pour sa ligue.
Tensions adoucies
Rien n'indique une fissure cette fois-ci. Mais en 2014, la LHPS avait intégré Hockey Québec... pour la quitter un an plus tard. À cause entre autres de changements de règlements concernant les mises en échec dans certaines catégories. Se jugeant désavantagée, en particulier dans sa quête de joueurs d'élite, la LHPS avait tourné le dos à la fédération.
Les relations étaient pour le moins tendues depuis. Dans une entrevue au Soleil en octobre dernier, Darche n'avait pas hésité à accuser Hockey Québec de mauvaise foi. «Je trouve qu'ils font des règles pour artificiellement empêcher les jeunes d'aller au scolaire», avait dit l'ex-Tricolore.
Les règles sur les mises en échec ont été uniformisées depuis, a expliqué Ménard vendredi. «Tout le monde est égal.» Ce changement a d'ailleurs ouvert la porte aux discussions, a ajouté le patron de Hockey Québec. Des discussions qui ont adouci les tensions.
«On a appris à se connaître comme individus et à comprendre la réalité de chacun, ce qui est fait d'un côté comme de l'autre», a dit Ménard. «Avec le temps, on a bâti une confiance», a secondé Darche. Les deux hommes occupent leur poste respectif depuis moins d'un an.