Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Marie-Michèle Gagnon, qui souhaite se concentrer sur les épreuves de vitesse cette année, espère se reprendre le 17 janvier lors de la Coupe du monde de Crans Montana, en Suisse.
Marie-Michèle Gagnon, qui souhaite se concentrer sur les épreuves de vitesse cette année, espère se reprendre le 17 janvier lors de la Coupe du monde de Crans Montana, en Suisse.

Fin de semaine difficile pour Marie-Michèle Gagnon

Sportcom
Article réservé aux abonnés
Les premières compétitions de l’année 2021 n'ont pas été des parties de plaisir pour Marie-Michèle Gagnon cette fin de semaine. À la descente comme au super-G, la skieuse de Lac-Etchemin n’a pu compléter les deux épreuves de la Coupe du monde de Sankt Anton, en Autriche.

La skieuse de 31 ans avait terminé parmi le top 20 à trois occasions il y a un peu plus de deux semaines, lors de la Coupe du monde de Val d’Isère, en France. Cette fois, elle estime ne pas avoir skié comme elle le fait à l’entraînement depuis quelque temps. 

«Depuis le tout début de la saison, ça va très bien à l’entraînement. Je vais super vite et je suis constante. Je pense que j’avais trop d’attentes et je n’ai pas skié avec le rythme que j’ai à l’entraînement. Je me mets de la pression au lieu de juste me concentrer à skier», a analysé Gagnon.

Samedi lors de la descente, elle a effectué une sortie de piste après avoir connu des difficultés dans une partie particulière du parcours qui lui a donné du fil à retordre tout au long de la semaine.

«Je n’ai pas compris comment la skier, je freinais toujours et je perdais beaucoup de temps. J’ai essayé quelque chose pendant l’épreuve, mais ça n’a pas fonctionné. Je n’avais juste pas la bonne approche», a-t-elle expliqué.

C’est l’Italienne Sofia Goggia qui est montée sur la plus haute marche du podium samedi grâce à un chrono de 1 minute 24,06 secondes. L’Autrichienne Tamara Tippler (+0,96 seconde) et l’Américaine Breezy Johnson (+1,04 seconde) ont respectivement reçu les médailles d’argent et de bronze.

Les choses ne se sont pas replacées dimanche pour le super-G, où un parcours difficile attendait la Québécoise. «Il y avait beaucoup de changements de rythme et des portes qu’on ne voyait pas. Je n’étais pas assez détendue et je manquais de direction.»

La Suisse Lara Gut-Behrami a gagné l’or dimanche, suivie de l’Italienne Marta Bassino (+0,16 seconde) et de Corinne Suter (+0,20 seconde), aussi de la Suisse.

Marie-Michèle Gagnon, qui souhaite se concentrer sur les épreuves de vitesse cette année, espère se reprendre le 17 janvier lors de la Coupe du monde de Crans Montana, en Suisse.

«Je vais regarder et analyser mes vidéos. Je sais que ça va bien à l’entraînement. C’est la première fois de ma carrière que je suis aussi constante et rapide. Je dois juste me mettre moins de pression.»

Fournier se classe 49e

Simon Fournier a pris part au slalom de la Coupe du monde d’Adelboden, en Suisse, où il s’est classé 49de la première manche. Le Montréalais a enregistré un temps de 56,94 s. Il s’agissait d’une quatrième Coupe du monde pour l’athlète de 23 ans cette saison, lui qui est toujours en quête d’une première qualification pour la deuxième manche.

Fournier restera avec l’équipe nationale jusqu’à la mi-février, alors que plusieurs courses sont prévues dans les trois prochaines semaines avec la portion la plus chargée du calendrier pour les spécialistes du slalom. Le prochain arrêt se fera à la Coupe du monde de Wengen, en Suisse, le 17 janvier.