Jade Masson-Wong livrera le premier combat de championnat féminin d’arts martiaux mixtes présenté au Québec, vendredi soir, à Gatineau. Elle aura comme adversaire l’Allemande de 29 ans Mandy Böhm.

Fin de l’attente pour Jade Masson-Wong

L’attente est enfin finie. Après un nez cassé, deux reports et près de six mois avec son adversaire en tête, Jade Masson-Wong livrera le premier combat de championnat féminin d’arts martiaux mixtes présenté au Québec, vendredi soir, à Gatineau.

Depuis que l’organisation montréalaise TKO a annoncé l’affrontement entre Masson-Wong (3-0, 1 K.O.), 26 ans, de Québec, et l’Allemande de 29 ans Mandy Böhm (5-0, 2 K.O., 1 soum.), en décembre, le rendez-vous a changé de date à deux reprises et une fois d’endroit. Pour Masson-Wong, un chemin long et sinueux marqué par un gala annulé et une fracture du nez.

«Mon nez, ça fait trois mois, alors tout est correct. Il est encore plus solide qu’avant! Je me dis que c’est possible qu’en sortant de la cage, j’aille mal au nez, mais pendant le combat, avec l’adrénaline, je ne le sentirai pas», a-t-elle expliqué, mercredi, quand Le Soleil l’a jointe sur la route la menant en Outaouais.

Le duel Masson-Wong contre Böhm compte parmi les trois combats de championnat au programme du gala TKO 48, à l’aréna Robert-Guertin. Les poids lourds Cyril Gane, de France, et Roggers Sousa, du Brésil, feront les frais de la finale.

Les deux femmes devaient d’abord s’affronter le 8 février, au Centre Vidéotron de Québec, pour TKO 46. Puis le gala a été reporté au 14 mars, avant d’être annulé à la suite de plusieurs blessures subies par d’éventuels participants. Dont Masson-Wong, victime d’une fracture du nez à l’entraînement, le 26 février.

«Pour moi, ce long délai a été bénéfique», assure-t-elle. «Car au début, en février, j’aurais eu juste deux mois entre mon précédent combat [du 7 décembre] et celui-là. Puis je me suis blessée, une malchance. Mais ça m’a donné plus de temps de préparation et de repos. J’ai eu plus de temps pour travailler certains aspects, comme ma lutte et le combat au sol. En fin de compte, ç’aura été juste du bon. Je suis meilleur que j’étais. Je vais montrer un autre côté de moi», promet Masson-Wong.

Jeudi, elles feront le poids à 125 lb pour être admissibles au titre de première championne de TKO, chez les poids mouches, et ravir la fameuse ceinture en or rose flambant neuve.

À 5’ 4”, la Québécoise concède trois pouces en grandeur à l’Allemande de 5’ 7” et aussi un peu de portée au bout des bras. Dans ce duel de cogneuses, cette différence pourrait s’avérer importante. Et Masson-Wong le sait.

«Ma force est dans le combat debout, dans mes poings. Et elle aussi, je crois qu’elle est spécialiste de kickboxing et de muay thaï. Alors ça risque de donner vraiment un bon combat. C’est la première fois que j’affronte une aussi bonne cogneuse et c’est ce que je voulais. C’est un nouveau défi pour moi et je crois que je vais m’amuser plus dans ce combat que dans mes précédents.»

Avec sa garde rapprochée

À Gatineau, l’athlète de Québec est entourée de sa garde rapprochée. Son père, son frère et leur conjointe respective seront sur place pour l’encourager. Dans son coin grillagé, son chum et combattant UFC Marc-André Barriault, son entraîneur de boxe François Duguay, du club Empire, et son entraîneur d’arts martiaux mixtes Dany Laflamme, du gym Nova.

Elle ne profitera pas de la présence en Outaouais d’autant de supporteurs de Québec que Barriault lors de ses débuts UFC, il y a trois semaines, à Ottawa. Mais au moins, cette fois, la tâche de trouver une gardienne pour les trois chiens n’a pas été trop ardue!

Masson-Wong est sous contrat avec TKO pour encore trois combats, incluant celui de vendredi. Faire le saut en UFC comme son amoureux demeure l’objectif principal, mais elle ne veut pas voir trop loin et aborde une étape à la fois.