Roger Federer n’a pu retenir ses larmes devant la foule à Melbourne qui lui a offert une ovation debout, vers la fin de la cérémonie de remise du trophée.

Federer s’offre un 20e Grand Chelem!

MELBOURNE — De retour où sa carrière a pris un nouvel élan, Roger Federer, très ému, a pu soulever et embrasser le trophée des Internationaux d’Australie pour une sixième fois en carrière, dimanche. Le Suisse a mérité son 20e titre du Grand Chelem, battant en finale le Croate Marin Cilic 6-2, 6-7 (5), 6-3, 3-6 et 6-1. La deuxième tête d’affiche a battu la sixième en trois heures et trois minutes.

Après une disette de plus de quatre ans sans championnat majeur, avant Melbourne 2017, Federer a maintenant régné lors de trois des cinq derniers grands tournois.

«Je suis tellement heureux. Je n’arrive pas à y croire, a dit un Federer en larmes, le souffle court. C’est vraiment un rêve qui se réalise — le conte de fées se poursuit pour nous, pour moi... après la superbe année que j’ai connue, c’est incroyable.»

Le grand Rod Laver, dont le court central porte le nom, à Melbourne Park, était dans la foule et prenait des photos lors de cette journée marquant l’histoire : un premier vainqueur de 20 tournois majeurs.

Federer a commencé à pleurer vers la fin de la cérémonie de remise du trophée, alors qu’il remerciait son équipe. «Je vous aime. Merci», a t-il dit. Une ovation debout a suivi, alors que des larmes de joie coulaient sur le visage du champion.

À 36 ans et 173 jours, Federer est le plus vieux à tout rafler en Grand Chelem à part Ken Rosewall, titré à 37 ans en Australie, en 1972.

«De grandes félicitations à Roger et son équipe. C’est fabuleux, a dit Cilic. J’ai vécu une super belle aventure en me rendant en finale. J’ai eu une petite chance au début du cinquième set, mais Roger a été formidable dans cette manche-là.»

Préféré de la foule

On savait très tôt que la foule favorisait le Suisse, le rouge et le blanc omniprésents dans les gradins. Federer a commencé le match en signant deux bris en trois jeux, envoyant Cilic vers son sac d’équipement pour une nouvelle raquette, après une douzaine de points. Federer n’a permis que deux points au service en première manche, réglée en 24 minutes.

En deuxième manche, Cilic a tiré profit de puissants coups droits pour s’imposer en bris d’impasse.

Federer a répliqué en gagnant le troisième set en 29 minutes. Dans le quatrième, il menait par un bris quand Cilic a repris du poil de la bête, forçant la tenue d’une manche ultime.

Cilic a eu deux occasions de bris au premier jeu du dernier set, les bousillant avec des fautes directes. Il a ensuite commis deux doubles fautes au jeu suivant et Federer a récolté un bris, prenant une avance qu’il allait conserver.

Federer avait gagné huit de leurs neuf matchs précédents, incluant la finale de Wimbledon en 2017. Le Suisse n’a échappé qu’une demi-finale new-yorkaise, en 2014. Cilic avait ensuite battu Kei Nishikori en trois sets, pour mériter son premier titre du Grand Chelem.

+

L’INUSABLE CHAMPION

Géant du tennis avec ses 20 titres majeurs, Roger Federer est aussi un phénomène de longévité, toujours au sommet à 36 ans et demi et en passe de battre encore une fois tous les records.

Il n’y a qu’un champion du passé qui lui résiste dans le domaine de la durée, l’Australien Ken Rosewall, dans les années 50 à 70. À 36 ans et 173 jours, Federer est le deuxième vainqueur le plus âgé (Rosewall, 37 ans) et le deuxième finaliste le plus vieux (Rosewall, près de 40 ans) en Grand Chelem. L’écart qui sépare son premier titre de son dernier, 14 ans et demi depuis Wimbledon, est le deuxième le plus grand (Rosewall, 19 ans).

Rien ne dit, bien sûr, que le Suisse ne dépassera pas ces chiffres aussi, lui qui détient déjà plusieurs records liés à la durée, comme celui des 72 tournois du Grand Chelem disputés ou celui des quatre gagnés après l’âge de 30 ans (à égalité avec Rosewall et Rod Laver).

Quelles sont les recettes de cette extraordinaire durée de vie? La première est la passion du jeu qui continue à le faire avancer. Alors que d’autres, comme Björn Borg au début des années 80, avaient arrêté précocement, épuisés mentalement par les exigences du circuit, Federer continue à s’amuser comme un junior.

Une autre est sa soif inextinguible de victoires qui le pousse à aller chercher toujours plus de records pour alimenter son ego de champion. Tout cela ne vaudrait rien sur un court de tennis sans un corps exceptionnellement résistant. Federer a rarement été blessé. Il n’a subi sa première opération, au genou en 2016, qu’à l’âge de 34 ans. Pour le reste, il a eu quelques problèmes de dos, mais rien à voir avec la cascade de blessures qui ont perturbé la carrière de son grand rival Rafael Nadal.

Pour guérir durablement de son problème de genou, Federer a pris une pause de six mois entre juillet 2016 et janvier 2017. Le résultat a dépassé toutes ses attentes. Alors qu’il n’avait plus remporté de titre majeur depuis 2012, il en a enlevé trois en 12 mois (Australie et Wimbledon 2017 et Australie 2018). De quoi le convaincre qu’il devait se ménager pour durer et gagner.  AFP

+

DABROWSKI GAGNE EN DOUBLE MIXTE

Gabriela Dabrowski, d’Ottawa, et Mate Pavic, de la Croatie, ont triomphé en double mixte aux Internationaux d’Australie, dimanche, l’emportant 2-6, 6-4, 11-9 contre Rohan Bopanna, de l’Inde, et Timea Babos, de la Hongrie. Dabrowski et Mate Pavic ont célébré après 68 minutes, après avoir sauvé une balle de match. Dabrowski et Pavic unissaient leurs efforts pour une première fois en Australie. Huitièmes têtes de série, ils n’ont pas échappé de set avant la finale. L’Australie sourit à l’Ontarienne de 25 ans. Plus tôt ce mois-ci, Dabrowksi et la Chinoise Xu Yifan ont remporté la finale du double à Sydney. Il s’agit d’un deuxième grand titre pour Dabrowski, également couronnée lors du double mixte à Roland-Garros l’an dernier, avec Bopanna.  La Presse canadienne