À 38 ans, Federer s’offre avec sa victoire à Bâle un 103e trophée, son quatrième de la saison après Dubaï, Miami et Halle, et n’est plus qu’à six unités du record de titres détenu par l’Américain Jimmy Connors (109).

Federer sacré pour la 10e fois à Bâle, son 103e titre

BÂLE, Suisse — Le Suisse Roger Federer a remporté le tournoi intérieur de Bâle pour la 10e fois de sa carrière, dimanche, après avoir dominé l’Australien Alex de Minaur 6-2, 6-2 dimanche.

Dans sa ville natale, le Suisse de 38 ans a servi une clinique de tennis à son jeune adversaire de 20 ans, qui n’était pas né lorsque Federer est devenu professionnel et a joué à Bâle pour la toute première fois, en 1998.

Apportant variété à la vitesse et l’angle de ses coups, tout en incorporant de la puissance, Federer a mis fin au duel dès sa première balle de match lorsque de Minaur a expédié un coup droit à l’extérieur des limites du terrain.

Federer a prolongé à 24 sa série de victoires sur le court central de Bâle, où il n’a pas perdu depuis une défaite aux mains de l’Argentin Juan Martin del Potro lors de la finale de 2013.

Ce 10e titre à Bâle aura aussi été l’un de ses plus efficaces. Lors de ses quatre matchs, Federer n’a concédé aucun set et n’a jamais eu besoin de se rendre en bris d’égalité.

«J’espérais vraiment que Roger allait se lasser de gagner ici et donner la chance à quelqu’un d’autre», a lancé de Minaur pendant la cérémonie de remise des trophées.

«Il a été trop bon, encore une fois. C’était remarquable.»

Dimanche, Federer n’a eu besoin que de 68 minutes pour vaincre de Minaur, et son plus long match de la semaine n’a duré que 79 minutes.

«Ç’a été rapide mais très plaisant. Je pense avoir joué un grand match, a analysé Federer. J’ai excellé en attaque, commis très peu d’erreurs directes et réussi des coups importants et de bons services lorsque j’en avais besoin.»

Pour Federer, il s’agit d’un quatrième titre en 2019 et de son 103e en carrière. De Minaur totalise 100 titres de moins, lui qui avait remporté les trois finales auxquelles il avait participé jusque-là cette saison.

Élogieux à l’endroit de son rival, classé 28e au monde, Federer lui a prédit «plein de belles choses à venir».