Roger Federer affirme avoir disputé son match le plus difficile de 2018, samedi, en demi-finale à Indian Wells.

Federer laisse passer l'orage à Indian Wells

INDIAN WELLS - Pour la huitième fois dans sa carrière hors normes, Roger Federer disputera dimanche la finale du Masters 1000 d'Indian Wells, mais le no 1 mondial est passé tout près de la défaite face à Borna Coric samedi.

À 36 ans, le roi Roger continue de défier le temps et de réécrire l'histoire du tennis: en battant le Croate Coric 5-7, 6-4, 6-4, le Suisse a signé sa 17e victoire en autant de matches disputés en 2018.

Il a fait mieux qu'en 2006, sa saison référence conclue avec 92 victoires et débutée avec 16 succès de suite.

Mais à l'entendre, il aurait «dû perdre ce match»: «J'ai été breaké deux fois dans le 3e set, j'ai été mené 4-2 dans le 2e (set), c'est clairement mon match le plus difficile de l'année», a-t-il reconnu.

Son adversaire lui a posé beaucoup de problèmes avec un service implacable et sa domination du fond du court. Le vent et l'horaire matinal de cette demi-finale ont aussi perturbé le maestro suisse qui a changé sa stratégie.

«J'ai décidé de jouer presque au milieu du terrain, de ne plus faire de fautes», a-t-il expliqué.

Et cela a marché, grâce aussi à la soudaine nervosité de Coric, 49e mondial à 21 ans, qui a perdu les onze derniers points de la demi-finale.

Federer peut décrocher dimanche son 6e titre à Indian Wells, le 98e de sa carrière, mais il lui faudra prendre le meilleur sur l'un des rares joueurs du circuit qui ne fait aucun complexe face à lui, Juan Martin del Potro.

«C'est le favori»

L'Argentin, revenu dans le top 10 mondial (no 8) après avoir songé à raccrocher après trois opérations douloureuses d'un poignet, a facilement maîtrisé le Canadien Milos Raonic (no 38) 6-2, 6-3 dans la seconde demi-finale.

Milos Raonic n'a pas offert beaucoup de résistance à l'Argentin Juan Martin del Potro.

« C'était un match plus facile qu'attendu, j'ai été surpris de voir Milos ne pas servir aussi fort qu'il en est capable, j'ai pris rapidement son service dans les deux sets et cela m'a donné le contrôle du match» , a commenté Del Potro. 

Si Federer mène largement (18-6) au bilan de leurs confrontations, Del Potro a remporté trois de leurs cinq finales et a stoppé le Suisse en quarts de finale de l'US Open 2017 (7-5, 3-6, 7-6 (10/8), 6-4).

«C'est le favori, mais je vais donner le meilleur de moi-même pour le battre, je l'ai déjà battu, je sais que je peux encore y parvenir», a insisté "Del Po".

«Cela va me permettre de voir où j'en suis vraiment, cela va être une belle finale», a souligné l'Argentin, en quête de son premier Masters 1000.

Juan Martin del Potro est l'un des rares joueurs du circuit qui ne fait aucun complexe face à Roger Federer, qu'il retrouvera dimanche en finale à Indian Wells.

« Cela a souvent donné des matches en trois sets, a confirmé Federer. J'aime bien jouer contre lui. Tous les deux, nous connaissons les points forts et les points faibles de l'autre.»

Depuis son retour d'une blessure à un genou qui l'avait obligé à écourter sa saison 2016, le Suisse évolue sur une autre planète: il a remporté 69 matches et concédé seulement cinq défaites. En cas de succès dimanche, il sera quasiment assuré de rester en tête du classement mondial au moins jusqu'à la saison sur herbe.

Roger Federer

TROIS QUESTIONS À ROGER FEDERER

Le numéro un mondial Roger Federer a tremblé samedi face à Borna Coric pour s'imposer et atteindre la finale du Masters 1000 d'Indian Wells. 

Mené 1 set à 0 et breaké dans le deuxième set, puis deux fois «breaké» dans le 3e set, vous devez être soulagé après cette victoire?

C'était plutôt compliqué, c'est clairement mon match le plus difficile de l'année. Au milieu du 2e set, je sentais que mon jeu n'était pas vraiment là et Borna était content de son jeu, il était serein, calme, sans faire quelque chose d'exceptionnel. Il était très solide, et moi je n'arrivais pas à faire les points gagnants, les transitions de la défense vers le filet. Je ne sais pas si c'était à cause de son jeu, du fait de jouer à 11h du matin, ou bien à cause du vent. Il y avait plein de trucs qui m'ont posé des problèmes (...) J'ai décidé de jouer presque au milieu du terrain, de ne plus faire de fautes, faire beaucoup de slices comme à l'époque, et à l'arrivée c'était sympa de gagner un match comme ça, et pas seulement en étant offensif".

Vous voilà en finale une fois encore, êtes-vous surpris ?

Avec la confiance après la Hopman Cup, l'Open d'Australie et Rotterdam, je m'attendais à faire un bon tournoi, surtout après avoir gagné les deux premiers matches ici. C'est important de retrouver le rythme ici à Indian Wells, parce que ça joue différent ici dans le désert que partout ailleurs sur le circuit, notamment à cause des balles qui volent, et la surface lente. Il faut trouver ses repères, ça prend toujours un peu de temps.

Comment voyez-vous la finale face à Del Potro, un des joueurs qui vous a posé le plus de problèmes au cours de votre carrière ?

Oui, contre «Del Po», on a eu beaucoup de longues batailles, les Jeux olympiques, le très long troisième set, la demi à Roland Garros en 2009 qui était si importante pour moi, la finale de l'US Open où il me bat pour gagner son Grand Chelem, c'était incroyable aussi, on a eu plein d'autres matches, des trois sets partout presque où on s'est affrontés. J'aime bien jouer contre lui. Tous les deux nous connaissons les points forts et les points faibles de l'autre.