Roger Federer a célébré sa victoire.

Federer abat un record: 300e victoire en Grand Chelem

Roger Federer a remporté son 300e match en Grand Chelem, vendredi à Melbourne, où Novak Djokovic, Serena Williams et Maria Sharapova se sont également qualifiés pour les huitièmes de finale de l'Open d'Australie.
LE RECORD
Le Suisse, âgé de 34 ans, est le premier joueur de l'histoire à atteindre ce total. Détenteur depuis longtemps déjà du record masculin loin devant Jimmy Connors (233), il ne tardera pas à dépasser Martina Navratilova (306) pour se retrouver seul au sommet, encore une fois.
Son succès en quatre sets 6-4, 3-6, 6-1, 6-4 sur le Bulgare Grigor Dimitrov, qu'on surnommait naguère «baby Fed» pour la similarité de leur style, et pour les grands espoirs qu'on plaçait en lui, ne figurera pas parmi ses plus beaux. «J'ai eu un peu de mal», a reconnu lui-même le quadruple vainqueur du tournoi, après avoir commis pas moins de 55 fautes directes.
L'essentiel reste que Federer a effacé le mauvais souvenir de sa défaite au troisième tour face à l'Italien Andreas Seppi en 2015. C'était la première fois depuis 2003 qu'il n'entrait pas dans le dernier carré de l'Open d'Australie.
LE PETIT ÉVÉNEMENT
Novak Djokovic a failli perdre un set face à ce même Seppi, 29e mondial. Failli seulement. Mené 6 à 4 dans le tie-break de la troisième manche, le Serbe a marqué quatre points d'affilée pour conclure 6-1, 7-5, 7-6 (8/6). Mais cela a suffi pour lui gâcher un peu sa soirée. «Je ne suis pas complètement satisfait. Les deux derniers sets auraient pu tourner autrement», a commenté le tenant du titre, qui a commis un nombre important de fautes directes, 37, soit juste une de moins que Seppi.
LA MÉTÉO
Il a plu pratiquement toute la journée à Melbourne, mais à l'Open d'Australie, on se moque du mauvais temps grâce aux trois courts dotés d'un toit rétractable, un luxe unique pour ce tournoi qui a été pionnier dans le domaine dès 1988. Wimbledon n'en a pour le moment qu'un alors que l'US Open et Roland-Garros sont toujours dans l'attente de leur premier.
LES PHRASES
«C'est peut-être en train de revenir un peu, mais ça devrait aller pour le prochain tour». Le Japonais Kei Nishikori, futur adversaire de Jo-Wilfried Tsonga, à propos d'une vieille douleur au poignet droit qui l'a obligé à demander un temps mort médical vendredi face à l'Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, battu en quatre sets.
«Normalement je mets plus de temps que ça». Le Français Gilles Simon, après sa victoire en 1h 42 min sur l'Argentin Federico Delbonis.
«Douleur, c'est mon deuxième nom». La Polonaise Agnieszka Radwanska, victorieuse de la Portoricaine Monica Puig malgré ses problèmes à un pied et à un mollet.