Alexis Lafrenière est le moteur de l’attaque de l’Océanic.

Face à face Océanic contre Huskies: portrait de la série

Les demi-finales de la LHJMQ se mettent en branle vendredi soir. Pas de surprise avec quatre des cinq meilleures formations encore en vie. Les Huskies de Rouyn-Noranda (1) ont établi un record de victoires en saison ; les Voltigeurs de Drummondville (2) sont bourrés de talent avec entre autres trois choix de première ronde de la LNH ; les Mooseheads de Halifax (3) sont gonflés à bloc à l’idée de d’accueillir le tournoi de la Coupe Memorial ; l’Océanic de Rimouski (5) aligne le meilleur joueur du circuit et le meilleur défenseur. Le Soleil décortique pour vous les quatre as et tous leurs atouts.

HUSKIES DE ROUYN-NORANDA: SANS LE MEILLEUR POINTEUR

La mauvaise nouvelle est tombée mercredi. Champion pointeur de la saison dans la LHJMQ, meneur jusqu’ici dans les séries et vétéran centre étoile des Huskies, Peter Abbandonato ratera au minimum toute la troisième ronde à cause de la mononucléose.

Chez les Mooseheads de Halifax, dans l’autre demi-finale, Benoît-Olivier Groulx n’a pas participé aux deux premiers tours éliminatoires pour la même raison et son retour au jeu demeure encore incertain.

Grosse perte pour Rouyn, donc. Mais l’entraîneur-chef Mario Pouliot a plusieurs autres armes offensives sous la main. On n’égale pas un record vieux de 45 ans de 25 victoires consécutives (1er janvier au 7 mars), dont deux dans le lot aux dépens de Rimouski, en se reposant sur un seul joueur.

Car en plus d’inscrire en moyenne 4,8 buts par rencontre, saison et séries confondues, les Huskies ont été les plus avares de la ligue en défensive avec un peu moins de deux filets accordés par rencontre.

Recette que l’entraîneur-chef Mario Pouliot a mise à l’épreuve avec grand succès l’an dernier, à la barre du Titan d’Acadie-Bathurst, éventuel vainqueur des Coupes du Président et Memorial.

«Le plan est sensiblement le même. Le contenu est différent, mais la préparation ressemble à l’année passée. Bien sûr, il y a eu quelques réglages, parce qu’on peut toujours s’améliorer», affirme le patron des Huskies, qui accueillent les deux premiers matchs de la série vendredi et samedi, en Abitibi.

Comme «une équipe n’atteint pas le carré d’as par enchantement», l’Océanic constitue selon lui «notre meilleur défi à ce jour dans les séries». «Mais on doit se concentrer sur notre équipe et sur nos forces. C’est ce qui a fait notre succès cette saison et on doit continuer comme ça. Notre plan est clair, on sait ce qu’on veut faire», tranche l’entraîneur.

Pouliot et son vis-à-vis Serge Beausoleil dirigent l’un contre l’autre depuis près de 20 ans. Les deux ont tour à tour soulevé la Coupe Jimmy-Ferrari dans le midget AAA, avant de faire de même avec la Coupe du Président dans le junior majeur.

  • Entraîneur-chef : Mario Pouliot (261-290)
  • Fiche saison :59-9
  • Classement général : 1
  • Champions : général, ass. Ouest, div. Ouest
  • 1/8 de finale : 4-2 contre Shawinigan (16)
  • 1/4 de finale : 4-0 contre Victoriaville (12)
  • Meilleur marqueur saison : Peter Abbandonato 29 b 82 a 111 pts en 68 pj
  • Meilleur marqueur séries : Peter Abbandonato 4 b 17 a
    21 pts en 10 pj
  • Gardien saison/séries : Samuel Harvey moy. 2,08/1,43 eff. ,926/,934

+

OCÉANIC DE RIMOUSKI: DÉJÀ UNE MAIN SUR LA COUPE

«Ils ont déjà une main sur la Coupe Memorial, leur reste à ajouter la deuxième.»

Serge Beausoleil a le sens de la formule-choc. L’entraîneur-chef de l’Océanic ne s’en est pas privé à l’aube de cette série demi-finale «contre la meilleure équipe au Canada».

Les Huskies «ont fait 119 points [au classement], ont compté 320 buts [en saison] et ont remporté leurs quatre affrontements contre nous. On ne peut pas jouer à l’autruche», énumère Beausoleil, à qui les statistiques donnent raison. «Mais notre équipe est très soudée et prête à relever le défi.»

Beausoleil déroule le tapis rouge pour ses prochains adversaires, soulignant le titre de champion compteur de Peter Abbandonato, toutefois absent, et qualifiant Noah Dobson de «meilleur défenseur de la ligue». Ce sont pourtant ses joueurs qui viennent d’hériter des trophées de joueur le plus utile de la LHJMQ, pour Alexis Lafrenière, et de défenseur de l’année, pour Charles-Édouard D’Astous.

Loin de diminuer le mérite de ses ouailles, le coach constate que jusqu’ici, «les gars ont livré». Même si Chicoutimi avait battu Rimouski quatre fois sur six en saison et que l’Océanic n’avait pas battu Cap-Breton (0-2) avant les éliminatoires, la bande à Beausoleil a «trouvé des solutions» pour régler ses deux premières séries de façon expéditive.

Ses hommes devront se montrer plus disciplinés contre Rouyn, qui déploie un jeu de puissance dévastateur auteur d’un incroyable taux de réussite de 41% au cours des deux premières rondes. «Le meilleur désavantage numérique, c’est celui que tu n’as pas à écouler. On devra jouer dans nos forces et se tenir loin du banc des pénalités», souligne le pilote.

Beausoleil en revient néanmoins au fait que l’«obligation de résultat» réside dans le camp des Huskies. «Ils ont acheté les deux meilleurs joueurs disponibles aux Fêtes, l’attaquant en puissance en Joël Teasdale [Blainville] et le meilleur défenseur de la ligue en Dobson [Bathurst]. Ils y vont all in, ce qui n’est pas notre cas. On est deux équipes qui ne sont pas à la même place, je n’invente rien», conclut le barreur de l’Océanic.

  • Entraîneur-chef : Serge Beausoleil (363-309)
  • Fiche saison :44-24
  • Classement général : 5
  • 1/8 de finale : 4-0 contre Chicoutimi (8)
  • 1/4 de finale : 4-1 contre Cap-Breton (7)
  • Meilleur marqueur saison : Alexis Lafrenière 37 b 68 a 105 pts en 61 pj
  • Meilleur marqueur séries : Alexis Lafrenière 7 b 11 a 18 pts en 9 pj
  • Gardien saison/séries : Colten Ellis moy. 2,47/1,83 eff. ,910/,930