Glen Constantin n’a pas aimé la première moitié du premier match McGill-Rouge et Or qui avait laissé les deux formations à égalité. Il croit que son équipe va s’améliorer par rapport à son premier affrontement la formation montréalaise.

Face-à-face: deux équipes qui souhaitent faire mieux

Après un match à sens unique contre les Stingers de Concordia, le Rouge et Or de l’Université Laval se frotte cette semaine pour une seconde fois cette année à l’équipe de football de l’Université McGill, qui a réussi à contenir un peu l’attaque des puissants Carabins de l’Université de Montréal la semaine dernière. Le Soleil s’est entretenu avec les entraîneurs des deux formations, Ronald Hilaire et Glen Constantin, en vue du duel qui se déroulera sur le terrain du Stade Percival-Molson, dans la métropole.

S'AMÉLIORER CONTRE UNE ÉQUIPE UNIDIMENSIONNELLE 

Glen Constantin ne fera pas de cachette : il n’a pas aimé la première moitié du premier match McGill-Rouge et Or qui avait laissé les deux formations à égalité. 

«C’est la deuxième fois qu’on rencontre cette équipe et on vise toujours d’offrir une meilleure performance que la première fois. On a eu plus de bandes vidéo à regarder. Je ne pense pas qu’on va gagner par la même marque que contre Concordia, mais je crois qu’on va s’améliorer», a déclaré l’entraîneur du Rouge et Or en point de presse jeudi. Constantin n’a pas hésité à qualifier ceux qu’on appelait autrefois les Redmen d’équipe unidimensionnelle.

«Ils ont un bon groupe de receveurs de passes, un bon jeu aérien. Je pense qu’ils n’ont fait qu’une seule course contre nous la dernière fois!», a-t-il observé. 

«Il faut se préparer en conséquence, car peut-être qu’ils vont avoir un jeu plus équilibré, mais ce qu’ils ont montré sur vidéo, c’est qu’ils sont une équipe unidimensionnelle. Même si le porteur s’aligne dans le champ arrière, 80 % du temps ils iront vers la passe», poursuit-il. Le pilote du Rouge et Or signale également que la ligne offensive de McGill est à la fois très jeune et l’une des plus imposantes au Québec et peut-être même au Canada avec plusieurs joueurs de 6 pieds 8 pouces. 

Le Rouge et Or devra aussi contenir le quart-arrière Dimitrios Sinodinos. 

«Il est très mobile, mais ne va pas plus loin que sa première lecture. Après, on voit qu’il devient un coureur», résume-t-il. 

De son côté, Constantin rappelle que son jeune quart Thomas Bolduc disputera son troisième match comme partant. 

«Il gagne beaucoup en confiance», a-t-il fait remarquer.

L’entraîneur-chef ne se préoccupe pas vraiment du dernier match de McGill, qui avait alors réussi à limiter l’attaque des Carabins de l’Université de Montréal à 21 points. 

«Je pense que les Carabins ne jouent pas de la même manière contre McGill que contre nous. On ne peut pas faire une règle de trois. Ce n’est pas la même stratégie non plus», conclut-il.

EN CHIFFRES: ROUGE ET OR DE L'UNIVERSITÉ LAVAL 

  • Fiche: 4 victoires 1 défaite (2e position)
  • Dernier match: Victoire de 75 à 0 contre les Stingers de Concordia
  • Points pour: 211
  • Points contre: 56
  • Verges gagnées: 1 972 (1 157 par la course, 815 par la passe)
  • Verges accordées: 1 210 (445 par la course, 765 par la passe)
Selon l’entraîneur-chef Ronald Hilaire, son équipe avait montré son vrai visage lors de la première demie du match qu’elle avait disputé au PEPS. «Il faudra maintenant être capable de le soutenir pendant quatre quarts», a-t-il indiqué.

+

BIEN EXÉCUTER DURANT QUATRE QUARTS

Les porte-couleurs de l’Université McGill seront le premier adversaire du Rouge et Or de l’Université Laval à affronter pour une deuxième fois le nouveau quart-arrière Thomas Bolduc, qui avait fait ses débuts au Stade Telus contre eux dans un gain de 37 à 17 que les visiteurs avaient toutefois dominé en première moitié. 

«Personnelement, je ne vais pas vraiment penser à qui se retrouvera derrière le centre. On n’abordera pas ce match différemment, on va essayer de mettre l’accent sur nous-mêmes, de bien exécuter», a déclaré le pilote de McGill, Ronald Hilaire, en entrevue téléphonique avec Le Soleil. 

«Offensivement, on avait fait de belles choses quand on était allés au PEPS. On était arrivés avec un bon plan de match, mais le plus important demeure l’exécution et malheureusement, souvent elle n’était pas à la hauteur», a-t-il analysé. McGill avait en effet un peu surpris le Rouge et Or en terminant le premier quart avec une avance de 14 à 5 et la demie avec une égalité de 17-17. 

«Dans cette première demie, on avait montré le vrai visage de notre équipe. Il faudra maintenant être capable de le soutenir pendant quatre quarts», poursuit l’entraîneur, qui devra se passer des services de son maraudeur Tristan Fleury, suspendu pour un match par le Réseau de sport étudiant du Québec (RSEQ) pour un manquement au code d’éthique lors du dernier match remporté 21 à 3 par les Carabins de l’Université de Montréal. Durant cette partie, Hilaire dit avoir vu de belles choses sur le front défensif, mais a été déçu par la faible récolte à l’attaque. 

«Il faut vraiment mieux exécuter offensivement. On a mis [le quart-arrière] Dimtirios Sinodinos dans des situations difficiles. On aurait pu améliorer notre rythme, mais côté défensif, je n’ai pas grand-chose à dire : ils ont eu 14 premiers essais et nous 11. Cependant, on n’est pas une équipe défensive, on est une équipe tout court. Si ça va bien défensivement, mais pas offensivement, ça ne va pas bien», a philosophé Hilaire.

EN CHIFFRES: ÉQUIPE DE FOOTBALL DE L'UNIVERSITÉ MCGILL 

  • Fiche: 2 victoires 4 défaites (3e position)
  • Dernier match: Défaite de 21 à 3 contre les Carabins de l’Université de Montréal
  • Points pour: 98
  • Points contre: 135
  • Verges gagnées: 1 644 (295 par la course, 1 349 par la passe)
  • Verges accordées: 1 767 (611 par la course, 1 156 par la passe)