Fabiola Forteza et les filles du Rouge et Or affronteront les Thunderbirds UBC, championnes de la conférence de l’Ouest, mercredi à l’Université d’Ottawa.

Fabiola Forteza et le Rouge et Or veulent finir en beauté au Championnat U Sports de rugby [VIDÉO]

Quelques jours à peine après une défaite crève-cœur en finale du RSEQ contre Ottawa, le Rouge et Or a mis le cap sur cette ville, mardi, dans l’espoir d’obtenir le meilleur résultat de son histoire au Championnat U Sports de rugby féminin.

Mais ce n’est pas une mince tâche qui attend les filles du Rouge et Or dès son premier match, mercredi (14h) à l’Université d’Ottawa, puisqu’elles croiseront le fer avec les Thunderbirds UBC, équipe championne de la conférence de l’Ouest et meilleure attaque au pays.

«En perdant la finale du RSEQ [vendredi au PEPS], on ne s’est pas rendu la vie facile. Mais on a perdu par notre faute, on connaît nos forces et nous sommes confiantes d’aller chercher quelque chose là-bas», a dit l’entraîneur-chef Kevin Rouet, mardi, en point de presse devant l’autocar menant le club à destination.

Le Rouge et Or avait perdu le match pour la médaille de bronze, en 2018, après avoir obtenu la médaille d’argent, en 2017. Il s’agit du meilleur résultat de l’équipe à ce jour, mais l’édition actuelle serait un peu plus forte, selon Rouet.

«On veut faire encore mieux. On n’avait pas fini en première position du RSEQ lors des deux dernières années, on a toujours eu un cheminement plus difficile, mais je pense qu’on est capables de relever le défi. Je vais tout donner. C’est ma dernière année avec le Rouge et Or, je veux finir avec de bons souvenirs», a dit pour sa part Fabiola Forteza, joueuse de troisième ligne et athlète-étudiante de l’année dans le RSEQ en 2019.

Elle termine sa cinquième et dernière saison avec le Rouge et Or. On peut parler d’une sixième, cependant, puisqu’elle n’avait pas disputé un seul match en 2018 en raison d’une mononucléose. Elle aborde son dernier week-end avec le chandail de l’UL sur le dos avec un mélange d’ambition et de nostalgie.

«Tous les souvenirs viennent avec. La semaine dernière, j’ai reçu un album photos de mes années avec le Rouge et Or. Ça m’a beaucoup émue. Je veux juste tout donner pour cette équipe», a-t-elle ajouté.

Deux retours

Pour l’occasion, Fabiola comptera sur le support de ses coéquipières Justine Pelletier et Audrey Champagne, qui avaient raté la finale provinciale.

«Je suis revenue comme une neuve… Je suis vraiment confiante, notre équipe est prête. J’ai confiance en notre système, on sera plus d’attaque et je pense qu’on pourra en sortir vainqueur», a souligné Justine, demie de mêlée de troisième année remise d’une commotion cérébrale.

Le Rouge et Or aura besoin de toute sa puissance, mercredi, contre une formation décrite pour pratiquer un style plus physique. Mais cela ne semble guère déranger Rouet et ses joueuses.

«J’ai échangé des messages textes avec les entraîneurs d’UBC, ils savent qu’on s’est trompées en finale… Les filles de UBC sont plus grandes et plus imposantes physiquement, alors que nous, on est plus sur l’évitement. Mais on a l’habitude de jouer et de se défendre contre des équipes plus costaudes, contrairement à elles», a noté Rouet.

«On rivalise avec du caractère, de la force mentale et de la volonté. On est reconnues pour avoir une bonne mêlée. On est plus petites, mais ça ne veut pas dire qu’on n’est pas fortes», est intervenue Forteza avant de retrouver ses coéquipières à bord de l’autocar.

En s’inclinant en finale québécoise, le Rouge et Or devait obligatoirement affronter l’un des champions de conférence — à l’exception d’Ottawa. En l’emportant, il croiserait le gagnant entre Guelph et St. Francis Xavier, vendredi. Pour la petite histoire, disons que StFX est championne en titre et vise une septième bannière, ce qui en ferait l’équipe la plus décorée de l’histoire du rugby universitaire féminin.