Le pilote canadien Lance Stroll a terminé 10e au Grand Prix d'Autriche, dimanche.

F1: Stroll en 10e place en Autriche

Lance Stroll s'est inscrit au classement des pilotes pour une troisième course consécutive, dimanche, lorsqu'il a pris la 10e place du Grand Prix d'Autriche après s'être élancé du fond de la grille de départ.
Stroll a terminé à un tour de l'éventuel vainqueur de l'épreuve, le pilote Mercedes Valtteri Bottas. Il a maintenant 18 points de classement, à égalité au 11e rang du championnat en compagnie du pilote Renault Nico Hulkenberg. De plus, la recrue âgée de 18 ans n'est plus qu'à quatre points de classement de son coéquipier chez Williams, Felipe Massa.
«Ça n'a pas été une course facile. (Kevin) Magnussen a mis de la pression au départ, puis vers la fin ce fut au tour de (Jolyon) Palmer, mais j'ai su garder mon sang-froid pour arracher un point très savoureux», a déclaré Stroll.
Le Québécois avait terminé neuvième au Grand Prix du Canada en juin et troisième au Grand Prix d'Azerbaïdjan, il y a deux semaines. «C'est bien, mais je dois encore travailler sur divers aspects afin d'obtenir de meilleurs résultats», a-t-il confié.
Départs canon
Stroll, qui s'élançait de la 18e place sur la grille de départ à la suite d'une séance de qualifications catastrophique, et Massa, parti 17e, ont connu des départs canon. Ils ont chacun gagné huit places, pour se retrouver respectivement 10e et 9e.
«Nous avons connu un bon départ et sommes parvenus à gagner quelques places, et ensuite il s'agissait de garder ma concentration pour éviter de commettre des erreurs. [...] Mais il va falloir comprendre ce qui s'est passé (en qualifications) afin d'éviter qu'une telle situation ne se reproduise», a confié Stroll, en référence au Grand Prix d'Angleterre, qui aura lieu dès la fin de semaine prochaine à Silverstone.
Selon Stroll, la voiture n'est pas l'unique responsable des ennuis de Williams en fin de semaine à Spielberg, notamment dans les virages à haute vitesse. «Il faut analyser de nombreuses composantes, notamment les pneus, a-t-il dit. Nous manquions d'adhérence. Je ne sais pas exactement ce que c'est. Nous prendrons les prochains jours pour trouver des solutions.»
Chaussé de gommes super-tendres au départ, le pilote de Mont-Tremblant s'est arrêté au 37e tour afin d'opter pour des pneus ultra-tendres. De son côté, le Brésilien a opté pour la même stratégie au 48e tour.
Ça s'est corsé par la suite pour Stroll, 10e, qui a été pourchassé par Palmer pendant les derniers tours. Le pilote Renault s'est d'ailleurs retrouvé à un certain moment à une seconde du Québécois, mais ce dernier lui a fermé la porte et s'est assuré la 10e place. De son côté, Massa a fini neuvième.
L'Autriche sourit encore à Bottas
Le pilote Mercedes Valtteri Bottas a su profiter de sa première place sur la grille de départ et il a remporté le Grand Prix de Formule 1 d'Autriche, dimanche.
Il s'agissait de la deuxième victoire de Bottas cette saison, après celle acquise en Russie, le 30 avril. Le Finlandais semble se plaire en Autriche, où il avait obtenu son premier podium en carrière, alors qu'il pilotait pour Williams en 2014.
En vertu de ce résultat, Bottas n'a plus que 15 points de retard sur son coéquipier Lewis Hamilton au championnat des pilotes, et il pourrait revenir dans la course au titre. «J'y crois et l'équipe y croit, a mentionné Bottas. Nous ne sommes pas encore à la mi-saison.»
Le pilote Ferrari Sebastian Vettel a pris le deuxième rang et le pilote Red Bull Daniel Ricciardo a complété le podium. Bottas en a fait juste assez pour empêcher Vettel de le rattraper, et l'Allemand a croisé le fil d'arrivée avec un retard de seulement 0,6 seconde.
«Il me rattrapait. J'étais ennuyé par un important plat sur mon pneu arrière gauche, a confié Bottas. Je perdais de plus en plus de stabilité à l'arrière. J'étais heureux que la course se termine à ce tour-là.»
Vettel semblait très frustré d'avoir échoué dans sa tentative de signer une 46e victoire en carrière. «On m'a dit qu'il était dans le pétrin, donc j'ai poussé. La voiture était dynamique et j'avais un très bon rythme, a dit Vettel. J'aurais eu besoin d'un tour supplémentaire, parce qu'il éprouvait vraiment des ennuis au haut de la colline.»
Vettel n'a jamais fait mieux qu'une quatrième place en Autriche, et il a été contraint à l'abandon à deux reprises. «Je voulais vraiment l'emporter, donc je ne suis pas totalement satisfait», a-t-il admis.
De son côté, Ricciardo a démontré son sang-froid dans sa lutte pour la troisième place avec Hamilton, qui a tenté de dépasser l'Australien à quelques reprises au cours des deux derniers tours. En vain.
«J'ai respecté les zones de freinage et j'ai poussé jusqu'à la limite. L'avant-dernier tour fut le plus serré, a évoqué Ricciardo. Il s'est approché, mais j'ai pu le repousser et j'ai été soulagé lorsque j'ai vu le drapeau à damiers.»
Hamilton puni
Ce résultat a permis à Vettel de creuser l'écart à 20 points au championnat des pilotes devant Hamilton, qui a fini quatrième. Ce dernier était parti de la huitième position sur la grille, dimanche. Le Britannique avait signé le troisième temps en qualifications derrière Vettel et Bottas, mais il a écopé d'une pénalité de cinq places pour avoir procédé au remplacement non autorisé de sa boîte de vitesses il y a deux semaines après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, qui avait été remporté par Ricciardo. Ce dernier, qui occupe le quatrième rang au classement, a signé un cinquième podium consécutif.
Le Québécois Lance Stroll a effectué une belle remontée au classement après être parti de la 18e place et complété le top-10, tout juste derrière son coéquipier chez Williams, Felipe Massa. Au départ, Fernando Alonso a été contraint à l'abandon après être entré en contact avec la Toro Rosso de Daniil Kvyat.
La Red Bull de Max Verstappen a connu un lent départ en raison d'un problème de boîte de vitesses, et en conséquence il s'est retrouvé en queue de peloton. Verstappen a été percuté par la McLaren d'Alonso, et pour la cinquième fois en sept courses le Néerlandais n'a pu rallier le fil d'arrivée.
Bottas a connu un départ sans tache, contrairement à Vettel, qui s'est plaint du départ de la Mercedes sur les ondes de la radio, prétextant que Bottas était parti avant l'extinction des feux, mais le Finlandais a été blanchi par les commissaires de piste.
Ce fut un départ chaotique en milieu de peloton, car Alonso a perdu la maîtrise de sa voiture et contraint les autres pilotes à l'éviter. Les commissaires ont déterminé que Kvyat avait provoqué l'accident, et en conséquence il a écopé d'une pénalité aux puits.
Alonso n'a complété que deux courses cette saison. Il peut cependant se consoler, car cette fois-ci son moteur Honda n'a pas été responsable de son abandon.
Le Danois Kevin Magnussen (Haas) et l'Espagnol Carlos Sainz fils (Toro Rosso) ont aussi dû abandonner.  AP