Contenu commandité
F1: Grosjean miraculeusement sauvé des flammes [VIDÉO]
F1
F1: Grosjean miraculeusement sauvé des flammes [VIDÉO]
Partager
F1: Grosjean miraculeusement sauvé des flammes [VIDÉO]

F1

F1: Grosjean miraculeusement sauvé des flammes [VIDÉO]

Raphaëlle Peltier
Agence France-Presse
«Juste» des brûlures sur le dos des mains, pas de fractures : Romain Grosjean est miraculeusement sorti sain et sauf de l’incendie de sa monoplace après un terrible accident au départ du GP de Bahreïn de F1, remporté dimanche par Lewis Hamilton.

17h13, premier tour, virage 3: le Français de l’écurie Haas quitte la piste après un contact avec le Russe Daniil Kvyat (AlphaTauri) et heurte à 220 km/h les barrières de sécurité. Son châssis est coupé en deux, de l’essence se répand vraisemblablement, et un violent incendie se déclare sur-le-champ.

Les images de cette boule de feu renvoient à «un autre temps», remarque Hamilton, une époque où les F1 partaient régulièrement en flammes quand elles étaient accidentées, comme celles de Jacky Ickx à Jarama (Espagne) en 1970, de Niki Lauda au Nürburgring (Allemagne) en 1976 ou de Gerhard Berger à Imola (Italie) en 1989.

Après des minutes qui ont semblé des heures, les caméras de télévision montrent le pilote de 34 ans s’extraire seul de la «cellule de survie» (l’habitacle renforcé) de sa F1 et s’éloigner du brasier en tremblant, aidé par le pilote de la voiture médicale des GP.

«C’est un miracle qu’il soit vivant», commente l’ancien pilote britannique Damon Hill.

«Jamais vu autant de flammes» 

Une seule bottine aux pieds, en boitillant, Grosjean (élu pilote du jour par les fans de F1) quitte en ambulance la piste du circuit de Sakhir où il a obtenu deux de ses dix podiums dans la catégorie-reine, en 2012 et 2013 dans des Lotus à moteur Renault.

Le châssis de la voiture de Romain Grosjean a été coupé en deux.

Transféré par hélicoptère à l’hôpital, où il passera la nuit, le Français, qui disputait son 179e GP et termine ce qui devrait être sa dernière saison en F1, souffre de brûlures sur le dos des mains mais n’a pas de côtes cassées, comme craint un temps, indique son équipe.

«Je n’avais jamais vu autant de flammes et un impact comme celui-ci (53 g selon la Fédération internationale de l’automobile, contre 0,4 g au décollage d’un avion de ligne et entre 0,5 et 3,3 g au départ de montagnes russes, ndlr)», raconte Alan van der Merwe, qui pilote la voiture médicale depuis 2009.

«Tous les systèmes que nous avons développés - le halo (l’arceau qui surplombe le cockpit des F1 pour protéger la tête des pilotes, ndlr), les barrières de sécurité, les ceintures - ont fonctionné comme prévu, se félicite-t-il. Sans un seul de ces éléments, le résultat aurait pu être très différent.»

«Merci au docteur Ian Roberts (le médecin de la voiture médicale, ndlr) et aux équipes de la FIA pour leur intervention courageuse et efficace. Nous avons toujours placé la sécurité au premier rang de nos priorités et nous continuerons à le faire», tweete pour sa part le patron du sport automobile mondial, Jean Todt.

Le gérant de l’écurie de Grosjean, Guenther Steiner, salue la «rapidité d’intervention des équipes de secours». «Les commissaires de piste et les gens de la FIA ont fait un boulot incroyable», martèle-il après cet accident «effrayant».

«Nous mettons notre vie en jeu» 

Immédiatement interrompu par un drapeau rouge, le GP (disputé devant de rares spectateurs sélectionnés parmi les personnels de santé du pays) n’a repris qu’après une heure et demie et a consacré le poleman Hamilton, devant les Red Bull du Néerlandais Max Verstappen et du Thaïlandais Alexander Albon.

Dans l’intervalle, le pilote Mercedes, qui n’entend pas lever le pied après avoir été sacré champion pour la septième fois cette saison, a commenté l’incident sur Twitter.

«Je suis tellement soulagé que Romain aille bien, écrit le Britannique. Les risques que nous prenons sont réels, pour ceux qui oublient que nous mettons notre vie en jeu pour ce sport et ce que nous aimons faire. Reconnaissant envers la FIA pour les efforts énormes réalisés pour que Romain sorte indemne.» En conférence de presse, le pilote Mercedes a de nouveau loué ces progrès et appelé en faire «toujours plus».

Romain Grosjean est miraculeusement sorti sain et sauf de l’incendie de sa monoplace.

Le dernier accident mortel dans la catégorie reine est celui du Français Jules Bianchi, entré en collision avec une grue lors du Grand Prix du Japon en octobre 2014. Le pilote français de Formule 2 Anthoine Hubert a lui perdu la vie dans un crash avec une autre monoplace au GP de Belgique, en août 2019.

La F1 reste à Bahreïn la semaine prochaine, pour l’avant-dernier GP de 2020, mais la course se déplace sur le tracé extérieur du circuit de Sakhir, le deuxième plus court après Monaco (3,543 km), ses trois longues lignes droites et ses onze virages seulement.

Grosjean donne de ses nouvelles et remercie le halo

F1

Grosjean donne de ses nouvelles et remercie le halo

AFP
Agence France-Presse
SAKHIR - Le pilote Français Romain Grosjean (Haas), victime d’un effroyable accident lors du GP de F1 de Bahreïn dimanche, assure qu’il va «plus ou moins bien» et estime que le halo installé depuis 2018 au-dessus du cockpit des F1 l’a sauvé.

«Ça va... enfin plus ou moins !» dit le pilote de 34 ans, souriant, dans une vidéo sur son lit d’hôpital postée sur Instagram où on voit ses mains brûlées recouvertes de bandages.

«Je n’étais pas favorable au halo (un arceau dont le rôle est de protéger la tête des pilotes qui a rencontré beaucoup de critiques à ses débuts, ndlr) il y a quelques années, mais je ne serais pas là pour vous parler aujourd’hui sans cela», poursuit Grosjean, qui remercie «tout le staff médical du circuit de Sakhir et de l’hôpital» dans lequel il a été admis à Bahreïn.

Une enquête sera réalisée sur cet accident, mais il apparaît en effet déjà que le halo a probablement permis d’éviter qu’il soit blessé à la tête quand sa voiture s’est encastrée sous les barrières de sécurité.

Sa Haas a quitté la piste à cause d’un accrochage juste après le départ de la course, a été coupée en deux et a pris feu après avoir heurté à 220 km/h les barrières de sécurité à la sortie du virage 3.

Après des minutes qui ont semblé des heures, les caméras de télévision ont montré le Franco-Suisse s’extraire seul de la «cellule de survie» (l’habitacle renforcé) de sa F1 et s’éloigner du brasier en tremblant, aidé par le pilote de la voiture médicale des GP.

«Qu’il ait survécu est franchement un miracle», témoigne notamment son équipier danois Kevin Magnussen.

Hamilton remporte le Grand Prix de Bahreïn, marqué par plusieurs incidents

F1

Hamilton remporte le Grand Prix de Bahreïn, marqué par plusieurs incidents

Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne
Lewis Hamilton a remporté le Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn, qui a été marqué dimanche par de nombreux incidents — dont un qui a failli coûter la vie à un pilote.Hamilton, qui était parti de la position de tête au volant de sa Mercedes, a complété l’épreuve présentée en soirée sur le circuit international de Sakhir sous le drapeau jaune avec 1,254 seconde d’avance sur le pilote Red Bull Max Verstappen.

«Ç’a été très exigeant physiquement. (Red Bull) était très rapide aujourd’hui, donc j’essayais juste de préserver mon avance devant eux. Je suis satisfait du résultat, car en fin de compte l’équipe a opté pour la bonne stratégie», a confié Hamilton au micro de la télé.

Le Hollandais, reconnu pour son tempérament bouillant, a paru déçu de l’issue de la course.

«Nous manquions un peu de vitesse. J’ai essayé de m’approcher (de Hamilton), mais nous n’avons pas été assez agressifs dans notre stratégie et avons éprouvé des ennuis lors d’un arrêt aux puits — c’est ça qui est ça», a dit Verstappen.

Il s’agissait de la 11e victoire du Britannique en 15 courses cette saison, et de sa 95e victoire en carrière en F1. Hamilton peut égaler le record de 13 victoires, établi par Michael Schumacher et partagé par Sebastian Vettel, au cours d’une même saison s’il remporte les deux dernières courses de la campagne.

Alexander Albon, dont le volant est menacé chez Red Bull, s’est adjugé la troisième place. Le pilote d’origine thaïlandaise a paru soulagé par le résultat.

«J’ai été un peu chanceux, mais je suis satisfait», a-t-il expliqué.

Les pilotes McLaren Lando Norris et Carlos Sainz fils ont complété le top-5, dans l’ordre. Valtteri Bottas, sur Mercedes, a abouti au huitième rang.

Cette course n’avait pas de véritable enjeu puisque Hamilton s’est adjugé son septième championnat du monde en carrière lors de la course précédente en Turquie, et que Mercedes avait déjà remporté le championnat des constructeurs de F1.

Au-delà des résultats, ce sont surtout les accidents spectaculaires qui ont retenu l’attention pendant cette course.

L’épreuve a notamment été interrompue pendant près d’une heure avant même que le premier tour soit complété. Le pilote Haas Romain Grosjean a été victime d’une violente sortie de piste qui a entraîné l’explosion de sa voiture. Le Français âgé de 34 ans s’en est sorti miraculeusement sans blessures graves.

Hamilton a d’ailleurs salué le travail de la série pour rendre la F1 plus sécuritaire.

«J’étais sous le choc en voyant les images, a-t-il admis. Quand je me retrouve au volant de ma voiture, je suis conscient des risques. Mais c’est épeurant, et je suis très heureux que le halo ait fonctionné. Ç’aurait pu être bien pire. Mais c’est un rappel à tout le monde que notre sport est dangereux. La Formule 1 et la FIA ont fait du très bon boulot pour rendre ce sport plus sécuritaire.»

Le monde à l’envers pour Stroll

La voiture de Lance Stroll s’est retournée sur elle-même.

Cette épreuve était importante pour la course à la quatrième place du classement des pilotes, qui appartenait à Sergio Perez avant le départ. Racing Point lutte également pour la troisième place du classement des constructeurs, dans une course très serrée avec McLaren, Renault et même Ferrari.

Et malheureusement pour Perez et Racing Point, le ciel leur est tombé sur la tête.

À la relance de la course après l’incident impliquant Grosjean, le Québécois Lance Stroll a été accroché par le pilote Alpha Tauri Daniil Kvyat — le même à l’origine de l’accident de Grosjean — à l’entrée d’un virage.

Sa voiture s’est retournée sur elle-même et Stroll a été contraint à l’abandon. Une fois de plus, il y a eu plus de peur que de mal — bien que le pilote âgé de 22 ans a de nouveau été victime de la guigne, qui s’acharne sur lui depuis un certain temps.

Puis, Perez, troisième avec trois tours à compléter, a finalement été contraint à l’abandon puisque son moteur Mercedes a rendu l’âme.

Ce fut également une autre course à oublier pour Ferrari. Le Monégasque Charles Leclerc a abouti en 10e place, tandis que Vettel s’est contenté du 13e rang.

L’Allemand, qui sera le coéquipier de Stroll la saison prochaine chez Aston Martin Racing, n’a pu retenir sa frustration et même déclaré à un certain moment pendant la course sur les ondes de la radio de la «Scuderia» que «la voiture est carrément ingérable».

De son côté, le Torontois Nicholas Latifi a terminé cette course rocambolesque en 14e place. Latifi tente toujours d’obtenir un premier point de classement en carrière en F1.

Le Grand Prix de Bahreïn était la 15e étape du calendrier remodelé de la F1 qui en compte 17 au total en raison de la pandémie de coronavirus.

C’était aussi la première course d’un programme double qui aura lieu sur le circuit international de Sakhir. Le Grand Prix de Sakhir aura lieu la semaine prochaine sur le même circuit, qui présentera toutefois une configuration différente.

Et cette fois-ci, il est à souhaiter qu’il y aura moins d’incidents dramatiques.