Arrivé à Québec le 16 avril pour un séjour de cinq mois, Kipsang Ezekiel est encore peu connu des amateurs de courses de la province.

Ezekiel survole le demi-marathon de Lévis

Débarqué au Québec il y a à peine trois semaines, le Kényan Kipsang Ezekiel a survolé le demi-marathon de Lévis, dimanche matin, battant le record de parcours par près de deux minutes. Habituez-vous, car ce sera l’été de Ezekiel, prévient l’ex-coureur vedette du Rouge et Or Yves Sikubwabo, dont la fondation est derrière la venue dans la province du jeune athlète.

Ciel ensoleillé, temps frais, l’organisation du demi-marathon Oasis de Lévis et les quelque 4300 participants, un record, pouvait difficilement demander de meilleures conditions, dimanche, pour les courses de 21km, 10km et 5km. Quoique le gagnant du demi-marathon, lui, aurait préféré une chaude journée d’été. 

Arrivé à Québec le 16 avril pour un séjour de cinq mois, Kipsang Ezekiel est encore peu connu des amateurs de courses de la province, mais la situation devrait changer rapidement. Pas que le Kényan de 21 ans soit flamboyant. Timide, après avoir franchi la ligne d’arrivée en 1 heure, 8 minutes et 15 secondes, il n’a dit que quelques mots aux journalistes présents. Oui, il a couru seul en avant durant pratiquement toute la course. Oui, il était content d’avoir battu, voire écrasé, le record de parcours. 

«Je ne m’attendais pas à faire un si bon temps. Je visais 1h10», a-t-il avoué. Mais à ses côtés, Yves Sikubwabo était moins surpris. «Je savais qu’il allait gagner. Au Québec, il va gagner toutes les courses de 21km et de 10km cet été», a lancé celui qui vient de terminer sa carrière auréolée avec le Rouge et Or.

L’histoire du Sikubwabo, dont les deux parents ont été assassinés durant le génocide rwandais et dont les talents de coureur lui ont permis de se réfugier au Canada à 17 ans, est maintenant bien connue. Sa fondation, Running Changed My Life, l’est toutefois un peu moins. 

Courir pour sortir de la pauvreté

Depuis plusieurs années, l’espoir olympique amasse des fonds afin de permettre à de jeunes rwandais et kényans de milieux extrêmement défavorisés d’aller à l’école, de se loger, de se vêtir et de pratiquer la course à pied. Kipsang Ezekiel est l’un de ses jeunes. 

Yves Sikubwabo, 25 ans, l’a rencontré pour la première fois au Kenya, il y a deux ans. «Il s’est vraiment beaucoup développé comme coureur depuis. Il est capable de courir 10 km en 28 minutes, mais ici c’est difficile parce que la température est encore froide pour lui», révèle l’ex-Rouge et Or à propos du jeune Ezekiel. Le genre de chrono qui pourrait le destiner à une carrière sur la scène internationale. 

La venue à Québec de Kipsang Ezekiel est une première pour Running Changed My Life. Jusqu’à septembre, la fondation s’occupe de lui pendant qu’il s’entraine sous la tutelle de Félix-Antoine Lapointe, le pilote de l’équipe d’athlétisme du Rouge et Or. Une sorte de stage canadien pour le coureur et une expérience que Sikubwabo prévoit déjà répéter avec d’autres jeunes athlètes rwandais et kényans dans les prochaines années. 

+

BUSSET IMPRESSIONNE DANS SA COUR

Ezekiel court sous les couleurs de la boutique le Coureur nordique sur le circuit québécois et ce sont deux autres coureurs du même club, Christopher Busset (1:10:03) et Jimmy Gobeil (1:10:28), qui ont complété le podium du demi-marathon masculin, dimanche. 

Christopher Busset (1:10:03) a pris le 2e rang chez les hommes.

La deuxième place avait une saveur particulière pour Busset puisqu’il est originaire de Saint-Romuald, «à 500m» de la ligne d’arrivée au Juvénat Notre-Dame. Spécialiste du triathlon, l’athlète de 26 ans, qui porte également les couleurs de Capitale Triathlon, commence à peine à participer à des compétitions uniquement de course. 

La résidente du Lac-Beauport Karine Lefebvre, 38 ans, l’a pour sa part emporté chez les femmes avec un chrono de 1:21:49, devançant Nadia Bolduc (1:22:57) et Caroline Longchamp (1:24:48). 

Karine Lefebvre (1:21:49) l'a emporté chez les femmes.

Thomas Bilodeau-Genest et Laurence M. Bouchard, au 10km, ainsi que Pier-Olivier Laflamme et Fanny Hotton-Daigneault, l’ont également emporté, dimanche, à Lévis.