Aux 24 heures de Daytona, Mikaël Grenier a mené la voiture numéro 75 au huitième rang de la catégorie et en 28e position totale d’un peloton qui comptait au départ 50 voitures.

Expérience fructueuse pour Mikaël Grenier aux 24h de Daytona

Déjà de terminer l’épreuve de 24 heures de Daytona à sa première présence sur le prestigieux circuit routier, Mikaël Grenier estimait la mission accomplie. Mais d’avoir participé à une huitième place dans la catégorie GT3 malgré quelques pépins mécaniques l’amènera peut-être à bientôt reprendre le volant pour cette équipe.

Le pilote automobile de Stoneham attendait son vol pour l’Europe, dimanche, quand Le Soleil lui a parlé. Il amorcera bientôt une saison dans la série Blancpain GT3, sur le Vieux Continent. Mais cette association ponctuelle avec SunEnergy1 Racing Mercedes-AMG à Daytona pourrait bien connaître un deuxième épisode floridien, le 17 mars, aux 12 heures de Sebring.

Comme deuxième pilote d’un quatuor complété par les Allemands Maro Engel et Thomas Jaeger et l’Australien Kenny Habul, le Québécois de 25 ans a mené la voiture numéro 75 au huitième rang de la catégorie et en 28e position totale d’un peloton qui comptait au départ 50 voitures.

Performance d’Alonso

Dans la catégorie la plus rapide, les bolides Prototype, on a pu entre autres voir à l’œuvre les pilotes de Formule 1 Fernando Alonso, double champion du monde de F1, et le Québécois Lance Stroll. L’équipe d’Alonso n’a pas terminé l’épreuve, tandis que celle de Stroll a fini 15e.

Au fil des 745 tours de son équipe, chacun parcouru en environ 1 min 50, Grenier a entre autres perdu une roue à sa sortie des puits! Petit ennui de pistolet-visseur. Deux problèmes de freins ont aussi ralenti la progression de son équipe.

Ce qui fait dire à Grenier que sa voiture aurait pu se classer parmi les trois ou quatre meilleures de sa classe. Il en a pour preuve que la 75 a été la GT3 la plus rapide durant une bonne partie de la nuit. Il souligne toute l’expertise technique au sein de son équipe, qui participe à des courses du genre depuis 31 ans.

Après des années à persévérer dans l’univers de la monoplace, Grenier se dirige maintenant vers les courses d’endurance. Il avait déjà roulé une épreuve de 24 heures, l’an dernier, à Spa, en Belgique.