La joueuse de soccer de L’Ancienne-Lorette Évelyne Viens a terminé son parcours universitaire à l’Université de Southern Florida avec 73 buts et 23 aides en 77 matchs.

Évelyne Viens: d’inconnue à candidate au repêchage de la NSWL

D’inconnue qu’elle était quand elle a débuté dans la NCAA avec les Bulls de l’Université de Southern Florida à détentrice de plusieurs records de cette institution où elle vient de compléter un baccalauréat en comptabilité, la joueuse de soccer Évelyne Viens en a fait du chemin en quatre ans. L’athlète de L’Ancienne-Lorette se prépare maintenant à une nouvelle étape dans sa carrière et dans sa vie personnelle alors qu’elle espère être sélectionnée lors du repêchage de la National Women’s Soccer League (NWSL) le 16 janvier.

«Quand je suis arrivée à l’Université de Southern Florida, personne ne me connaissait, je ne pensais même pas jouer! Je ne parlais même pas anglais et j’ai dû m’entraîner très fort pour m’adapter au style de jeu beaucoup plus physique des universités américaines», raconte au Soleil l’ancienne porte-couleurs des Élans du Cégep Garneau et du Dynamo de Québec qui est de retour dans sa famille pour la période des Fêtes. Après s’être entraînée tout l’été avec le Dynamo, Évelyne a repris le collier cet automne pour la dernière étape de sa carrière universitaire, une saison de rêve où elle a inscrit 25 buts et trois aides en 20 parties.

Saison presque parfaite

«Je ne pouvais presque pas demander mieux: au tournoi national mettant aux prises les 64 meilleures équipes, nous avons atteint le «Sweet 16», c’est-à-dire les huitièmes de finale, ce qui était une première pour notre université en soccer féminin. De plus, nous avons remporté le championnat de l’American Athletic Conference contre les Tigers de l’Université de Memphis», explique-t-elle.

Pour couronner le tout, celle qui a terminé son parcours universitaire avec 73 buts et 23 aides en 77 matchs a été élue dans la deuxième équipe d’étoiles de la NCAA en plus de faire partie de la liste de candidates au trophée Hermann, remis chaque année par le Missouri Athletic Club à la meilleure joueuse de soccer universitaire aux États-Unis.

Et pour une deuxième saison consécutive, Évelyne a fait tomber les records: plus grand nombre de tours du chapeau, plus grand nombre de buts en une saison, plus grand nombre de buts gagnants en une saison, plus grand nombre de points en une saison, plus grand nombre de tirs au but en une saison de son équipe et record de tous les temps pour le nombre de titres de joueuse de la semaine, plus grand nombre de buts, de points et de tirs en carrière, meilleure moyenne de tirs, de buts et de points par match en carrière dans sa conférence.

«Honnêtement, je ne réalise pas encore complètement ce que j’ai accompli en quatre ans là-bas... J’ai commencé à le réaliser un peu plus au cours des derniers mois en raison du bel engouement qu’il y avait autour de notre équipe. Nous avons une équipe qui ne compte pas de gros nom, mais plutôt plusieurs joueuses qui sont toutes bonnes dans ce qu’elles font», résume l’athlète de 22 ans.

Chez les pros

Après s’être mesurée aux meilleures joueuses universitaires, elle souhaite maintenant se mesurer aux meilleures au monde. «C’est excitant de penser passer chez les professionnelles, j’ai hâte de me comparer aux meilleures des meilleures. Ce serait une grande fierté pour moi. Quand j’ai commencé, je ne savais pas les possibilités qu’il y aurait pour moi après le soccer universitaire, car ce n’était pas encore développé. Plusieurs filles arrêtent (le soccer) tôt, car elles ne voient pas les débouchés», explique-t-elle.

La fondation et l’expansion de la NWSL il y a sept ans a beaucoup modifié la donne, indique Évelyne, qui privilégie cette option à celle du soccer européen. «C’est une belle ligue dont les équipes sont presque toutes affiliées à des équipes de la Major League Soccer (MLS). Beaucoup de Canadiennes jouent dans cette ligue, dont Christine Sinclair avec le Portland Thorns FC. Je me dis aussi qu’en jouant dans cette ligue, si je suis capable de rivaliser avec les meilleures du monde, peut-être que je finirai par être appelée par l’équipe nationale du Canada!», lance-t-elle.

Rêve canadien

Car malgré ses exploits au soccer universitaire, Évelyne Viens n’a en effet jamais eu l’occasion de porter l’unifolié en compétition internationale. «En fait, je n’ai jamais fait l’équipe du Québec! Quand je suis arrivée aux États-Unis, je n’avais pas un nom connu, j’ai surpris beaucoup de monde en battant des records», fait-elle remarquer. «C’est certain que j’aimerais ça faire un jour partie de l’équipe canadienne. Ce serait tellement une belle expérience de pouvoir représenter mon pays.»

Évelyne Viens a déjà embauché la firme A&V Sports, qui représente aussi les intérêts de la défenseuse canadienne Kadeisha Buchanan, à titre d’agent en vue du repêchage de la NWSL. «Je pense que j’ai de bonnes chances d’être repêchée. Des équipes ont déjà appelé mon coach en Floride. Le seul problème qu’il pourrait y avoir, c’est la limite de quatre joueuses internationales par équipe», indique-t-elle. 

Si elle ne réussit pas à percer la NWSL, Évelyne aura toujours la possibilité de tenter sa chance en Europe. «Je crois que je serais capable de jouer en division 1, du moins c’est ce que je souhaiterais», conclut-elle en faisant entre autres référence à la division 1 féminine de France, où évolue Buchanan avec l’Olympique Lyonnais féminin.

+

FRATRIE SPORTIVE

Évelyne Viens n’est pas la seule membre de sa famille à se distinguer dans le sport universitaire puisque son grand frère est le footballeur Nicolas Viens, demi défensif avec le Rouge et Or de l’Université Laval.

«Nicolas vient de compléter lui aussi son stage universitaire de cinq ans», fait-elle remarquer à propos de son frangin, qui a joué six matchs et réalisé 8.5 plaqués avec le Rouge et Or cette année. Si le frère et la sœur ont pris le chemin des sports, Évelyne indique cependant que cette voie ne leur était pas nécessairement tracée dès le départ.

«Contrairement à plusieurs athlètes, nous ne venons pas d’une famille de sportifs. On fait souvent des blagues avec ça, moi et Nicolas, en se disant qu’on se demande d’où on est arrivés! Je dirais que nos parents sont plutôt des sportifs dans l’âme. Tant pour moi que pour mon frère, ils nous ont toujours appuyés dans les sports qu’on pratiquait, ils étaient toujours là pour nous et étaient nos plus grands supporteurs sans nous mettre de pression», explique Évelyne à propos de son père André et de sa mère Chantal. Ian Bussières