Eugenie Bouchard a battu la Chinoise Peng Shuai par la marque de 7-6 (5) et 6-2, en moins de 90 minutes, mercredi.

Eugenie passe au troisième tour à Melbourne

Eugenie Bouchard a atteint le troisième tour des Internationaux d'Australie pour une première fois en deux ans en s'imposant 7-6 (5), 6-2 devant la Chinoise Peng Shuai, mercredi.
Bouchard, qui avait atteint les demi-finales à Melbourne en 2014, a fermé les livres après que Peng eut sauvé trois balles de match sur le service de la Canadienne à 5-1 en deuxième manche.
«En général, je me sens mieux de jour en jour», a déclaré Bouchard, 47e au monde. La Québécoise a signé trois de ses quatre bris au deuxième set, pour une victoire en 89 minutes. Peng a commis 29 fautes directes, neuf de plus que sa rivale.
Bouchard, de Westmount, a pris le contrôle du bris d'égalité à compter de 4-4. Au deuxième set, elle a fait de grands pas vers la victoire avec des bris portant son avance à 5-1, avant une brève résistance de la Chinoise.
Après avoir connu une année 2014 remarquable, quand elle a aussi atteint la finale de Wimbledon, Bouchard a glissé lors des deux dernières années. Son meilleur résultat en grand chelem en 2016 fut le troisième tour à Wimbledon. Vendredi, sa prochaine adversaire sera l'Américaine CoCo Vandeweghe, qui a eu le dessus 6-4, 7-6 (5) sur la Française Pauline Parmentier.
Si elle l'emporte, Bouchard sera probablement confrontée au quatrième à Angelique Kerber, la championne en titre. Mercredi, l'Allemande  a célébré son 29e anniversaire de naissance en battant 6-2, 6-7 (3) et 6-2 sa compatriote Carina Witthöft.
Kerber en colère
Si la foule a chanté «Bonne fête» à Kerber, cette dernière n'avait pas le coeur à la fête. La première joueuse au classement mondial a donné un coup de raquette contre le sol dans un élan de colère en deuxième manche. Elle a commis deux doubles fautes lors du bris d'égalité, ce qui a permis à Witthöft de revenir dans le match, mais Kerber a repris le contrôle de ses émotions et du match en troisième manche. Au troisième tour, elle fera face à Kristyna Pliskova, qui a gagné 6-4, 7-6 (8) face à la Roumaine et 27e tête de série Irina-Camelia Begu.
Pour sa part, l'Américaine Venus Williams a offert une belle performance dans une victoire de 6-3, 6-2 contre la Suissesse Stefanie Vögele.
Venus et Serena Williams, qui ont gagné 14 titres majeurs en double ensemble, se sont retirées du tableau de double féminin avant leur match de premier tour, mercredi. Elles ont expliqué leur décision en parlant d'une blessure au coude droit pour Venus, qui est âgée de 36 ans.
Murray et Federer avancent
Andy Murray s'est fait une petite frayeur en se tordant la cheville dans le troisième set.
Chez les hommes, Andy Murray ne s'est pas montré trop inquiet pour sa cheville, après se l'être tordue lors de sa victoire en trois sets 6-3, 6-0, 6-2 sur le Russe Andrey Rublev. Favori et cinq fois finaliste à Melbourne, il menait confortablement quand son soulier droit a accroché la surface lors du troisième jeu de la troisième manche, projetant le Britannique maladroitement au sol. 
«Je ne sais pas si c'est grave, mais normalement, quand on a quelque chose de grave à la cheville, on ne peut pas s'appuyer dessus, ça s'aggrave au bout de 20 ou 30 minutes. Ça fait un peu mal, mais je ne crois pas qu'il y ait trop de dégâts, je verrai au réveil. Parfois ça peut enfler pendant la nuit», a déclaré le N.1 mondial.
Quant à Roger Federer, sa marche s'est poursuivie avec moins d'inquiétudes, alors qu'il a défait le qualifié Noah Rubin 7-5, 6-3, 7-6 (3). Le Suisse a toujours au moins atteint le troisième tour en 18 participations aux Internationaux d'Australie.
Après deux victoires contre des qualifiés, le degré de difficulté augmentera maintenant pour le détenteur de 17 titres du grand chelem qui est de retour au jeu après une convalescence de six mois.
L'enfant terrible déçoit
Jet de raquette, jurons, coup inutile entre les jambes, toute la panoplie de l'enfant terrible Nick Kyrgios y est passée lors de sa défaite, mercredi.
En Australie, certains l'adulent et d'autres l'estiment indigne de son immense talent. Nick Kyrgios, 14e mondial, a apporté de l'eau au moulin du deuxième groupe en s'inclinant contre le 89e mondial, le vétéran italien Andreas Seppi, 10-8 au cinquième set, après avoir mené 2 sets à 0 et avoir eu une balle de match dans le dernier. Jet de raquette, jurons, coup inutile entre les jambes, toute la panoplie de l'enfant terrible y est passée. Et le pays attend toujours un successeur à Mark Edmondson, dernier vainqueur australien à Melbourne en 1976.  Avec AFP