Eugenie Bouchard (à gauche) et Maria Sharapova ne se sont pas vraiment adressé la parole lors de la traditionnelle poignée de main à la fin du match. 

Eugenie élimine la «tricheuse» Sharapova

Plus motivée qu'à l'habitude, la Québécoise Eugenie Bouchard a éliminé la Russe Maria Sharapova en trois manches de 7-5, 2-6, 6-4, lundi, et a atteint le troisième tour du Masters de Madrid.
Bouchard, l'une des critiques les plus virulentes envers Sharapova depuis son retour au jeu d'une suspension pour dopage, a sauté de joie après avoir converti sa deuxième balle de match.
Alors qu'elle se trouvait au service, Bouchard a mis fin à un éreintant duel de 2h51 en logeant un coup droit en croisé en fond de court que Sharapova n'a pu récupérer. Ce point mettait fin à une séquence de trois jeux où les deux rivales avaient réalisé des bris de service.
Après le match, les deux joueuses se sont serré la main sans échanger de mots.
«Tricheuse»
Il s'agissait du premier duel entre Bouchard et Sharapova depuis qu'elle a traité la Russe de «tricheuse» et dit qu'elle aurait dû avoir été bannie à vie par la WTA après avoir testé positive au meldonium aux Internationaux d'Australie l'année dernière.
«J'étais de toute évidence très motivée aujourd'hui, a reconnu la Québécoise. J'étais très inspirée avant même le début du match parce que de nombreuses joueuses sont discrètement venues à ma rencontre pour me souhaiter bonne chance, des joueurs à qui je ne parle pas habituellement, et j'ai reçu de nombreux textos provenant d'acteurs de l'univers du tennis qui voulaient simplement m'encourager. Je voulais donc le faire pour moi, mais aussi pour eux. J'ai vraiment senti le soutien des gens.
«Ça m'a démontré que la plupart des gens pensent comme moi, et qu'ils sont simplement effrayés de le dire publiquement.»
Pas de signe d'animosité
Il n'y a pas eu de véritable signe d'animosité entre elles sur le terrain. Elles faisaient ce qu'elles avaient à faire, sans porter attention à ce que l'autre faisait entre les points.
Cette victoire de Bouchard, sa première en cinq tentatives contre celle qui était son idole de jeunesse, survient quelque deux semaines après que la Québécoise eut sévèrement critiqué Sharapova en la traitant de tricheuse. Ce commentaire faisait allusion à la suspension de 15 mois pour dopage imposée à Sharapova au début de 2016 et faisait suite au fait que les organisateurs du tournoi de Stuttgart avaient accordé un laissez-passer à l'ancienne numéro un mondiale pour lui permettre de participer à la compétition. C'était de nouveau le cas cette semaine à Madrid.
«Ça aide quand tu peux appuyer tes déclarations avec des résultats, a confié Bouchard. De toute évidence, il y avait beaucoup de choses qui entouraient ce match, à l'extérieur du terrain. Dès que j'ai sauté sur le court, je voulais juste jouer au tennis. C'est ce que nous avons fait. Nous avons tout donné ce que nous avions.»
Sharapova a mentionné qu'elle n'avait pas besoin de motivation supplémentaire pour affronter une adversaire.
«Je ne suis qu'une des deux joueuses sur le court, a évoqué la Russe. Ce qui m'entoure, ça ne me dérange pas. Ça fait longtemps que je suis sur ce circuit. Je connais la marche à suivre.»
Au troisième tour, Bouchard affrontera l'Allemande Angelique Kerber, la favorite du tournoi, qui a défait la Tchèque Katerina Siniakova 6-2, 1-6, 7-5.
Cette victoire l'assure de reprendre le premier rang du classement mondial la semaine prochaine.
L'Allemande a surmonté sept doubles fautes et remporté les quatre derniers jeux pour défaire la 37e raquette mondiale en un peu moins de deux heures sur le court central.
Deuxième tête de série et troisième au monde, Karolina Pliskova a été éliminée par la Lettone Anastasija Sevastova 6-3, 6-3, mettant ainsi fin à ses espoirs de se hisser au premier rang cette semaine.
C'est cette défaite de Pliskova qui garantit à Kerber de déloger Serena Williams au premier rang quand les nouveaux classements seront émis la semaine prochaine.