Eugenie Bouchard est victime d'un virus qui l'empêche de s'entraîner, a-t-on indiqué.

Eugenie Bouchard se retire de la Coupe Banque Nationale

Grosse tuile pour la Coupe Banque Nationale et les amateurs de tennis de Québec : Eugenie Bouchard ne jouera pas au PEPS la semaine prochaine. La nouvelle est tombée vendredi soir, à quelques heures du tirage du tableau principal.
«Je souffre d'un virus depuis quelques jours qui m'a empêchée de m'entraîner depuis la fin de mon parcours aux Internationaux des États-Unis et qui m'empêche de prendre part au tournoi. Je devrai concentrer mes énergies dans les prochains jours à récupérer, mais je ne sais pas encore quand je pourrai reprendre la compétition», a justifié Bouchard, dans un communiqué émis par Tennis Canada.
Pour cette 25e présentation annuelle, les organisateurs du tournoi se réjouissaient de compter sur la chouchoute du tennis québécois en tête d'affiche. Classée au 76e rang de la WTA, l'ancienne cinquième mondiale (2014) en aurait été à une cinquième participation à l'événement de la capitale, où elle a été demi-finaliste en 2013.
«J'ai toujours été un gars positif, mais je suis capable de dire que c'est une mauvaise nouvelle, surtout pour les amateurs qui auraient voulu la voir», a commenté le directeur du tournoi, Jacques Hérisset, une fois l'information rendue publique.
Que ceux qui croient à un caprice de Bouchard se ravisent, dit Hérisset. «Je pense que c'était vraiment son intention de venir jouer à Québec. Elle n'avait pas frappé de balles depuis les Internationaux des États-Unis [1er septembre] et n'était pas en mesure de se présenter de façon diminuée, sachant le tableau relevé qui l'attendait ici. Et les gens n'auraient pas aimé qu'elle donne une performance qui n'est pas digne d'elle», croit-il.
Difficile d'espérer gagner
Attendue pour son premier match mardi soir, Bouchard avait réservé sa chambre d'hôtel à Québec pour samedi. Son plan initial était même d'arriver plus tôt que cela pour s'entraîner, mais son état de santé l'a obligée à revoir ses projets.
Hérisset maintient qu'avec une semaine complète d'inactivité, difficile pour une 76e mondiale d'espérer gagner «avec des moitiés de performances» un tournoi où elle ne se présentait que comme sixième favorite. Ce qui l'opposait potentiellement à une membre du top quatre dès les quarts de finale.
La Tchèque Lucie Safarova (37e au monde), gagnante du tournoi en 2013, la Française Océane Dodin (48), championne en titre à Québec, la Hongroise Timea Babos (59), l'Allemande Tatjana Maria (61) et l'Américaine Varvara Lepchenko (64) la devançaient au palmarès des favorites de la compétition.
La présence de trois autres Canadiennes dans le tableau principal, Françoise Abanda (117), Bianca Andreescu (169) et Aleksandra Wozniak (292), n'était pas non plus sans exiger le meilleur de Bouchard qui aurait souffert la comparaison, ajoute Hérisset.
Hérisset a vu pire
Passée davantage sous silence, une autre joueuse de calibre similaire à celui de Bouchard s'est retirée de la Coupe Banque Nationale dans les derniers jours, l'Italienne Camila Giorgi (69), pour cause de blessure. Le retrait de Bouchard permet à la Néo-Zélandaise Marina Erakovic (176) d'accéder directement au tableau principal.
Triste présent pour un 25e anniversaire, mais Hérisset a vu pire. Il y a deux ans, la favorite Madison Keys, finaliste ce samedi à Flushing Meadows, avait dû déclarer forfait le matin même de son premier match à Québec à cause d'une blessure.
Les qualifications commencent samedi, à l'Université Laval. Le tirage a lieu sur la Grande Allée, à 13h, tandis qu'animation et matchs de démonstration sont prévus dès midi.