L'entraîneur de longue date Jacques Bordeleau avait bien peu de reproches à faire à Eugenie Bouchard.

Eugenie Bouchard: les retombées de la défaite

La nouvelle coqueluche du tennis féminin a beau avoir perdu sa finale de grand chelem à Wimbledon, le milieu du tennis n'a jamais été aussi emballé.
Dans la capitale, l'entraîneur de longue date Jacques Bordeleau avait bien peu de reproches à faire à Eugenie Bouchard. «Petra Kvitova a joué un tennis extraordinaire. Elle n'a pas donné aucune chance à Eugenie d'entrer dans son jeu. Elle l'a bousculée de A à Z... Il n'y avait rien à faire aujourd'hui!»
Ce grand amateur de tennis avait pourtant un large sourire samedi matin au Club Avantage de Québec, malgré la victoire expéditive de la Tchèque. Car depuis quelques mois, l'effet Eugenie se fait sentir un peu partout dans le milieu.
«Depuis les Internationaux d'Australie, on voit l'impact qu'elle a. On parle beaucoup plus de tennis», soutient l'entraîneur. À la télé, on voit beaucoup plus de matchs de tennis qu'avant.»
La saison est pourtant encore jeune. Eugenie Bouchard a commencé à briller au plus haut niveau lors des Internationaux d'Australie, alors que les matchs étaient diffusés à des heures inhabituelles. Ses performances historiques à Roland-Garros et Wimbledon ont retenu davantage l'attention, et les clubs de tennis s'attendent à voir les inscriptions augmenter dès l'automne.
«Ça va être encore de plus en plus important ce qui va se passer dans les prochains mois comme impact» prédit Jacques Bordeleau.
L'entraîneur de Québec estime que le tiers des adeptes du tennis sont des femmes, laissant la majorité aux hommes. La percée d'Eugenie Bouchard devrait rééquilibrer un peu le tout selon lui. «On devrait voir une progression», avance-t-il.
L'athlète native de Montréal a certes déjà un cercle de plus en plus imposant de fans. Samedi matin, plusieurs d'entre elles se sont levées tôt pour ne pas rater une seule de ses volées. «Moi, je regardais plus les hommes avant. Je m'intéressais beaucoup aux finales et aux demi-finales chez les hommes», avoue Nathalie Dionne, elle-même joueuse de tennis à l'occasion. «Mais depuis qu'Eugenie est plus sur le tableau, moi, je suis portée à la suivre!»
Engouement
Sonia Cantin sent aussi de l'engouement autour d'elle. Cette joueuse de Québec se fait de plus en parler de tennis ces jours-ci, même par des gens habituellement peu intéressés par les coups droits et les revers. «On en entend plus parler. Dans mon entourage, il y a des gens qui m'en parlent. On voit que ça suscite de l'intérêt.»
Eugenie Bouchard inspirera bien des joueuses sur les courts, prédit Nathalie Dionne. «C'est sûr que c'est un beau modèle à suivre. C'est une belle sportive, et un beau modèle pour les jeunes», souligne-t-elle. «Et pour les plus vieux aussi!»