Eugenie Bouchard et son partenaire pour la soirée, un certain John Goehrke, ont assisté à la partie des Nets, à Brooklyn.

Eugenie Bouchard honore son pari du Super Bowl

La joueuse canadienne de tennis Eugenie Bouchard a honoré mercredi à New York son retentissant pari perdu lors du Super Bowl: elle a passé la soirée avec un parfait inconnu, partisan des Patriots de la Nouvelle-Angleterre croisé sur Twitter
«Je viens de rencontrer mon rendez-vous du Super Bowl, John. Nous allons au match des Nets de Brooklyn à New York», a écrit Bouchard sur son compte Twitter en légende d'une photo la montrant avec son nouvel ami.
Bouchard, 44e au classement WTA, a connu sur Twitter une mésaventure qui a fait les délices de la presse people.
Pendant le Super Bowl, la grande finale du Championnat NFL de football américain entre la Nouvelle-Angleterre et Atlanta le 5 février, elle livrait sur Twitter ses réflexions sur le match.
Alors qu'Atlanta dominait nettement la rencontre, comptant jusqu'à 25 points d'avance, elle a annoncé la victoire des Falcons: «Je savais qu'Atlanta allait gagner, je viens juste de prédire le futur», a-t-elle ainsi tweeté.
L'un de ses abonnés, John Goehrke, lui a alors lancé un défi: «Si les Patriots gagnent, je peux avoir un rendez-vous?», ce à quoi Bouchard a répondu par un «bien sûr» sans doute ironique.
Mais les Patriots, emmenés par leur star Tom Brady, sont revenus peu à peu dans la rencontre et ont fini par battre Atlanta 34 à 28 en prolongation au terme d'un retour inédit dans l'histoire du Super Bowl.
A l'issue de la rencontre, Bouchard, grande utilisatrice des réseaux sociaux, a tweeté qu'elle avait «appris une bonne leçon»: «Il ne faut jamais parier contre Brady».
Le lendemain, elle avait confirmé qu'elle honorerait son pari: «J'ai connu mon moment de gloire sur Twitter, je vais tenir parole».
Bouchard, 22 ans, a vu le nombre de ses abonnés sur Twitter exploser et dépasser le million, ce qui n'est pas uniquement dû à son pari perdu.
La finaliste de Wimbledon 2014, qui compte à son palmarès un titre WTA, figure en effet dans l'édition 2017 du traditionnel et toujours sulfureux numéro spécial «maillots de bain» du magazine Sports Illustrated qui va être publié prochaînement aux États-Unis.