C’est le promoteur Denis Perreault (au centre) qui, après avoir organisé en mai un gala de boxe à l’aréna de Loretteville, a eu l'idée d'installer les Studios Unis et un club de boxe à cet endroit, et de faire appel à l’ancien boxeur Éric Martel-Bahoéli (à droite) pour qu’il devienne entraîneur.

Éric Martel-Bahoéli devient entraîneur

Une succursale des Studios Unis d’autodéfense s’installera à l’aréna de Loretteville et comptera parmi ses instructeurs l’ancien champion canadien de boxe dans la division des poids lourds, Éric Martel-Bahoéli.

L’idée est venue du promoteur Denis Perreault après avoir organisé en mai, dans ce même aréna, un gala de boxe entre des hommes et des femmes d’affaires pour amasser des fonds pour la Fondation du CHU de Québec pour les maladies du dos.

«Le monde après le gala ont dit : “On voudrait continuer”. On a fait deux autres groupes et là on voulait créer une place le fun pour qu’ils s’entraînent, donc c’est là qu’est venue l’idée de partir le club de boxe et le Studios Unis ici», raconte Perreault.

Martel-Bahoéli agira comme entraîneur de boxe pour le volet plus compétitif et sera éventuellement sur place à temps plein, lui qui est aussi actionnaire de l’école. «On a une dizaine de personnes qui se démarquent vraiment du côté athlétique, donc Éric va les entraîner pour le gala de boxe», explique le promoteur.

Pour l’ancien champion national, il s’agissait de l’après-carrière évidente. «Après avoir boxé autant d’années, pouvoir commencer à coacher, c’est certain que c’est un choix facile.

«J’ai vécu tellement d’affaires. Aussi je fais des conférences dans les écoles, mais de pouvoir le vivre et, justement, accompagner des jeunes et moins jeunes aussi à vivre c’est quoi se battre dans un ring et de pouvoir faire ce sport-là, que moi je considère le plus beau sport au monde, ça va me faire plaisir.»

Le boxeur de Québec nouvellement retraité a disputé son dernier combat en carrière en avril dernier, au Centre Vidéotron, avant d’accrocher définitivement ses gants.

L’entraîneur de GSP embarque

Le studio s’est également associé avec le chiropraticien François Auger, qui aura une clinique à même les locaux de l’aréna de Loretteville, et Samuel Gagnon, qui est six fois champion du monde de karaté et qui possède son école à Val-Bélair. Celui-ci est également l’entraîneur de karaté de Georges St-Pierre.

«C’est certain que je suis très fier du partenariat qu’on va avoir avec l’aréna de Loretteville. […] On devrait avoir un beau succès avec le projet. Denis a toujours plusieurs idées et quand il m’a parlé de celle-là, c’était une chose pour laquelle j’étais très motivé. Je pense qu’on a tout ce qu’il faut pour que ça fonctionne.»

Bien que l’école de boxe et d’arts martiaux s’adresse à Monsieur et Madame Tout-le-Monde, «c’est sûr qu’on a une vocation plus corporative», note Denis Perreault. «Notre client vedette, c’est le comptable, la madame qui a quatre enfants, le monsieur qui est fiscaliste, peu importe.

«Ceux qui travaillent beaucoup, souvent c’est difficile de s’entraîner dans la vie de tous les jours, parce que le temps va vite, mais quand tu as un objectif, une date et un encadrement, bien c’est plus facile.»

Perreault s’attend à ce qu’une centaine de personnes soient intéressées par l’offre qui concerne la boxe et autant pour le volet de karaté.