Éric Gagné, qui porte les couleurs du Canada, a lancé pendant une manche face aux Blue Jays de Toronto, mardi lors d'une rencontre hors concours de la Classique mondiale de baseball.

Éric Gagné voit un tremplin vers les majeures

Près d'une décennie après sa dernière apparition dans le baseball majeur, Éric Gagné s'apprête à participer à la Classique mondiale de baseball, dans l'espoir d'un retour de taille.
Mardi, le gagnant du trophée Cy Young dans la Ligue nationale en 2003 a lancé pendant une manche sans donner de point, aidant le Canada à l'emporter 7-1 devant les Blue Jays de Toronto lors d'un match préparatoire. Le radar affichait souvent 93 milles à l'heure après ses balles rapides.
«J'étais nerveux et je ne savais pas à quoi m'attendre, mais ça s'est bien passé, a dit Gagné, 41 ans. Tout ce qui m'importait, c'était de ne pas mal paraître.»
N'ayant pas lancé dans les grandes ligues depuis 2008 (avec Milwaukee), Gagné a effectué un départ avec Ottawa dans la Ligue Can-Am de baseball indépendant, l'an dernier, dans le cadre d'une activité promotionnelle pour le dernier match de la saison régulière. Il a retiré les 12 premiers frappeurs à lui faire face, mais a finalement permis un point mérité et deux coups sûrs en cinq manches, contre les Capitales de Québec. Il avait alors retiré six frappeurs sur des prises.
«Je sais que je suis prêt physiquement et mentalement, mais c'est une autre chose de disputer des matchs, a dit le releveur droitier. Ce que je fais en ce moment c'est un bon test, affronter des gars des ligues majeures et voir où j'en suis. La journée a été un grand succès.»
Gagné a travaillé en relève en troisième manche. Il a d'abord retiré Darwin Barney et Ezequiel Carrera sur des ballons. Jake Elmore a soutiré un but sur balles et Kevin Pillar a cogné un simple, mais Gagné s'en est tiré quand Melvin Upton jr. a été retiré sur un roulant. L'artilleur québécois a effectué 18 tirs. «On aurait dit le Gagné d'antan», a dit Freddie Freeman, qui joue au premier coussin pour le Canada. «Il lançait des prises.»
«J'ai été très impressionné par la façon dont les balles quittaient sa main», a ajouté Ernie Whitt, qui dirige l'unifolié à la Classique mondiale de baseball.
D'autres anciens lanceurs
Gagné n'est pas seul comme ancien lanceur des ligues majeures à la Classique mondiale. Ryan Dempster, Bruce Chen, Jason Marquis, Chien-Ming Wang et Jair Jurrens font aussi partie du groupe.
Gagné et d'autres espèrent que le tournoi puisse être une belle vitrine pour un retour souhaité dans le baseball majeur. Gagné a obtenu le Cy Young avec les Dodgers de Los Angeles. En 10 ans dans les majeures, il a préservé 187 gains, dont 55 sauvetages il y a 14 ans.
Jeudi (18h) à Miami, Dempster, dont la dernière présence dans les majeures remonte à 2013, doit amorcer le premier match du Canada dans le tournoi contre les Dominicains, les champions en titre.
Deux coups sûrs pour Malo
Mardi après-midi, l'ex-porte-couleurs des Capitales, Jonathan Malo, a frappé deux coups sûrs, dont un à l'avant-champ, et il a fait marquer deux points dans la victoire du Canada. Un autre ancien joueur des Capitales, le lanceur Andrew Albers, a amorcé le match sur le monticule pour la délégation canadienne.
Manfred assure que l'événement est là pour rester
Le commissaire du baseball majeur a nié mardi les allégations indiquant que l'édition actuelle de la Classique mondiale de baseball serait la dernière.
Rob Manfred a ajouté que le tournoi, qui en est à sa quatrième édition, est plus populaire que jamais. Il a pris son envol lundi, à Séoul, en Corée du Sud.
Certains médias américains ont suggéré que l'édition 2017 du tournoi serait la dernière en raison des faibles revenus qu'il génère. Pour Manfred, rien ne saurait être plus loin de la vérité.
«La Classique sera retransmise dans 182 pays, a dit le commissaire, de passage à Tokyo. Le tournoi générera 100 millions $US en deux semaines seulement. Dès le premier jour, cet événement a été profitable. La popularité du tournoi à travers le monde et ses revenus n'ont cessé de croître.»
Le Japon a gagné le tournoi en 2006 et 2009 avec une formation comptant sur plusieurs joueurs des majeures, dont Ichiro Suzuki, Yu Darvish et Daisuke Matsuzaka. Mais ces gros noms ont décidé de ne pas participer au tournoi de 2013, remporté par la République dominicaine. Cette année, un seul joueur des majeures, Norichika Aoki, des Astros de Houston, participera à la classique pour cette formation. 
Le tournoi est disputé alors que les joueurs des ligues majeures se rapportent aux camps d'entraînement. Plusieurs hésitent à risquer une blessure grave en prenant part à la Classique mondiale. Souvent privés de leurs meilleurs éléments, les États-Unis n'ont jamais fait mieux qu'une quatrième place.
Buster Posey, Giancarlo Stanton et Andrew McCutchen sont parmi les meilleurs joueurs de la formation américaine, dirigée par Jim Leyland, cette année.
«Nous nous sommes assurés que les formations soient les plus compétitives possibles, a déclaré Manfred. L'équipe américaine, en particulier, est plus forte que celles des éditions précédentes. Plus nous comptons sur les meilleurs joueurs au monde, plus la compétition sera populaire.»
À cet égard, le baseball majeur ne s'est toujours pas engagé à prendre part aux Jeux olympiques de 2020, à Tokyo, et Manfred n'anticipe pas de changement de ce côté.
«Vous savez, peu importe de quelle façon vous organisez le tournoi olympique, il y aurait plusieurs joueurs des majeures qui devraient s'absenter de leurs équipes respectives, a dit le commissaire. Cela altérerait notre compétition et je ne crois pas que nos propriétaires soient prêts à décréter une pause pour les Jeux. La continuité est la clé de notre compétition.»