Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Équipe Québec perd... mais prépare son retour à Trois-Rivières et Québec

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Équipe Québec a subi, mardi en Pennsylvanie, une deuxième défaite d’affilée, ratant au passage une belle occasion de se rapprocher du premier rang de sa division. La bonne nouvelle, c’est qu’on risque enfin de confirmer le retour du baseball professionnel à Québec et Trois-Rivières, lors d’une conférence de presse, mercredi en avant-midi.

Tout porte à croire que les organisations des Capitales et des Aigles ont remporté leur pari: rapatrier cette équipe, née d’une fusion d’un été entre les deux rivaux, aux Stades Canac et Quillorama pour des joutes locales d’ici la fin de la saison de la Ligue Frontier.

Le gouvernement canadien a annoncé, en début de semaine, qu’il permettrait aux visiteurs entièrement vaccinés en provenance des États-Unis d’entrer au pays, et ce dès le 9 août. Quelques jours auparavant, dans une entrevue au Soleil, le président des Capitales Michel Laplante et celui des Aigles, René Martin, se disaient très confiants pour le retour du baseball professionnel au Québec à compter du 30 juillet.

Le protocole de retour semble donc avoir été mis en place. Il ne resterait que quelques détails à régler, dont les permis de travail des joueurs, mais cette conférence de presse confirme que les deux clubs sont prêts à aller de l’avant. Et s’ils le font, c’est qu’ils ont sans doute obtenu des garanties.

Si le Canada s’apprête à rouvrir sa frontière aux touristes et autres voyageurs américains entièrement vaccinés, les États-Unis n’ont toujours pas confirmé qu’ils allaient emboîter le pas pour les visiteurs canadiens.

En attendant le retour des pros, les deux stades accueillent les matchs des équipes de baseball junior de leur ville respective. Les Aigles organisent aussi deux spectacles d'humour pour encourager la vaccination de la population, les 22 et 28 juillet, en collaboration avec le Grand Prix de Trois-Rivières.

Difficile pour le comité de releveurs

Équipe Québec entamait une nouvelle série de trois matchs face aux Wild Things de Washington, en Pennsylvanie. Malgré un bon départ (2-0 dès la première manche), les protégés de Patrick Scalabrini n’ont pas été en mesure de maintenir la cadence et ils ont finalement perdu 7-4.

Pour cette première rencontre, Scalabrini confiait la balle à un comité de releveurs. Stephen Knapp et Vincent Ruel ont connu des difficultés: après trois manches, ils avaient déjà concédé cinq points aux Wild Things.

«Ç’a été un peu pénible. Washington est une équipe qui ne marque pas beaucoup de points... et qui en accorde très peu. On n’a pas été capables de revenir après avoir creusé notre trou. Nous espérons un scénario différent mercredi et jeudi avec le retour de nos lanceurs partants [Miguel Cienfuegos et Codie Paiva]», admettait Scalabrini, inquiet de l’état de santé de John Witkowski, un de ses bons artilleurs depuis le début de la saison. Celui-ci soigne présentement une blessure à l’épaule.

Dans l’autre camp, les Wild Things roulent avec un effectif de lanceurs efficaces. James Meeker, un de leurs releveurs, n’a toujours pas accordé de point mérité cette année, et ce en 25 manches au monticule!

La victoire de mardi est allée à Keven Pimentel, tandis que Ruel a subi la défaite. David Glaude, avec deux points produits, de même que Louis-Philippe Pelletier et Ruben Castro (deux coups sûrs chacun) ont été les meilleurs à l’attaque pour Équipe Québec, qui ajoutera mercredi le nom du lanceur canadien Adam McKillican à sa formation.