L’équipe cycliste Desjardins Ford 
L’équipe cycliste Desjardins Ford 

Équipe cycliste Desjardins Ford: de la motivation malgré une saison incertaine

Un été sans véritable saison, voilà ce qui attend l’équipe cycliste Desjardins Ford de Québec. Mais ce n’est pas l’absence de courses au calendrier qui freinera la motivation et le goût du dépassement des 21 athlètes répartis dans les catégories féminines et masculines U-23 et Junior.

C’était jour de lancement, mardi, dans le stationnement du concessionnaire automobile de la rue du Marais. Vêtus aux couleurs de l’équipe aussi propulsée par Cromwell, masqués et à deux mètres de distance, les jeunes illustraient bien que la COVID-19 était l’épreuve la plus importante à se  trouver sur leur chemin en 2020.

Déjà, en mars, les 13 jeunes cyclistes de l’équipe et leur entraîneure avaient vécu une première étape mouvementée alors le coronavirus avait forcé un retour expéditif d’un camp tenu en Espagne. Changement d’hôtel,des  vols de retour annulés, ils ont vécu la totale.

«À une heure d’avis, on se fait aviser qu’on doit quitter notre hôtel, alors avec 15 jeunes sous sa responsabilité, on fait quoi? On nous avait trouvé un autre endroit pour rester, et cela avait pris quatre réservations de billets d’avion pour rentrer à la maison, une semaine plus tard. Les jeunes ont bien fait ça, gardé le sourire et ils ont été disciplinés», raconte Christine Gaillard, qui veille sur le développement de ces cyclistes.

La camaraderie est justement l’une des raisons ayant poussé les différents partenaires à maintenir leur soutien à l’équipe. Tout le monde avait hâte de se revoir et de reprendre l’entraînement, comme mardi après la conférence de presse, où ils ont pédalé en petits groupes à l’Île d’Orléans.

Car pour l’instant, ce sont des telles activités qui attendent les coureurs. Le premier projet consistera à une sortie de 650 km sur cinq jours dans la région de Charlevoix, où chacun transportera sa tente pour joindre l’utile à l’agréable. Une autre sortie de 10 jours est prévue, fin juillet, ne reste qu’à déterminer l’endroit.

«J’ai toujours trop de projets en tête. Lorsqu’on a dit qu’il y avait une chance qu’il n’y ait pas de saison, on ne pouvait pas ne rien faire. Ça va permettre aux coureurs de garder leur motivation et d’être ensemble même s’il n’y a pas de calendrier», dit celle qui souhaite la reprise de courses individuelles, comme des contre-la-montre, des ascensions chronométrées, des sprints, quelque part en juillet, et d’autres, en août, lorsque la Santé publique donnera le feu vert pour passer aux autres phases du plan de relance. La clé pour la fédération sera aussi de trouver des organisateurs pour tenir ces événements.

Heureuse de revoir «la gang»

À sa cinquième saison avec l’équipe Desjardins Ford, Gabriel Guay, se réjouissait à l’idée de retrouver ses compagnons de roue.

«Ça fait du bien de revoir la “gang”, même si la saison est incertaine. J’aurais trouvé ça plate de ne pas revoir l’équipe, c’est le fun de voir qu’il y a des projets pour garder notre motivation élevée. On va continuer de s’entraîner fort, au cas où il y a des courses. Je vais profiter de la saison pour m’améliorer, ce n’en sera pas une perdue», notait l’étudiant en kinésiologie de l’Université de Sherbrooke qui vise, après son passage dans la catégorie U-23, une place dans une équipe continentale.

Après le séjour en Espagne, l’équipe Desjardins Ford devait participer à plusieurs courses importantes au Québec et en Oregon, ainsi qu’en Colombie-Britannique, le Tour de l’Abitibi et le Vermont, en fin d’été.

«Oui, c’est une année différente, mais il y a toujours une façon pour réussir et nos jeunes ont belle philosophie. On s’est dit qu’on allait avoir plus de temps pour préparer la prochaine saison et d’être prêt quand ça va repartir», ajoutait Christine Gaillard.

L’entraîneure de l’équipe Desjardins Ford Christine Gaillard est en compagnie des cyclistes Kelliane Paquet, Gabriel Guay et le junior Félix-Antoine Lavoie (à gauche).