Le Québécois Maxime Comtois est l'un des deux seuls joueurs à avoir remporté l'or l'année dernière à être de retour avec Équipe Canada junior.

Équipe Canada junior repart à neuf

KAMLOOPS, C.-B. — Maxime Comtois et Alex Formenton savent ce qu’il faut accomplir pour remporter l’or au Championnat du monde de hockey junior et maintenant ils partagent leur expérience avec une toute nouvelle formation.

Les deux jeunes attaquants faisaient partie de l’équipe canadienne qui a remporté le championnat du monde de hockey junior à Buffalo, en janvier dernier.

Ils conservent tous les deux la bague de championnat qu’ils ont gagnée à côté de leur lit, un précieux souvenir qui alimente quotidiennement leur motivation.

«Chaque fois que je me réveille, je veux simplement être meilleur que je l’étais la veille», a déclaré Comtois, l’attaquant des Tigres de Victoriaville qui participe actuellement au camp estival de l’équipe canadienne junior à Kamloops, en Colombie-Britannique.

Le Canada compte 39 joueurs à ce rendez-vous, un groupe qui sera éventuellement réduit en vue du tournoi annuel qui se déroulera à Vancouver et à Victoria cet hiver.

Comtois et Formenton sont les seuls à ce camp à avoir remporté la médaille d’or l’année dernière. Robert Thomas, des Blues de St. Louis, a aussi été invité, mais il se remet d’une blessure à la cheville.

Faire figure de vétéran signifie assumer un rôle de leadership, a noté Formenton. «Je ne suis pas très loquace, mais je veux montrer l’exemple sur la glace et aider mes coéquipiers autant que possible», a déclaré le joueur des Sénateurs d’Ottawa âgé de 18 ans.

Selon Formenton, l’expérience du tournoi lui a appris que le jeu est plus rapide que ce à quoi la plupart des jeunes joueurs sont habitués. «Vous jouez contre les meilleurs joueurs de tous les pays», a-t-il déclaré.

Travailler ensemble

Malgré le succès de l’année dernière, la nouvelle formation a fait table rase et devra être prête à se retrousser les manches pour gagner, a déclaré Comtois, repêché par les Ducks d’Anaheim en 2017.

Pour les joueurs qui sont de retour, le travail consiste à se servir de leur expérience et à l’utiliser pour aider les nouveaux venus dans la formation. «Ce sera notre tâche de créer un esprit de corps au sein de l’équipe», a déclaré le joueur de 19 ans.

Les jeunes athlètes retenus au sein d’Équipe Canada junior à ce camp sont originaires d’un peu partout au pays, de South Surrey, en Colombie-Britannique, à Summerside, à l’Île-du-Prince-Édouard. Mais beaucoup ont déjà joué ensemble, que ce soit lors de camps de développement, avec des clubs de hockey junior et des équipes universitaires.

Tim Hunter, l’entraîneur-chef de l’équipe nationale junior, est d’avis que la clé pour gagner sera que tout le monde travaille ensemble.

C’est la première année de Hunter à la barre de l’équipe, mais il en a été l’entraîneur adjoint ces deux dernières années. «Nous allons être une équipe différente de celle des deux dernières années lorsque nous avons gagné l’argent et l’or et nous avons eu beaucoup de succès, a-t-il mentionné.

«Ces gars vont donc devoir se regrouper, être très solidaires les uns des autres — parce que les équipes unies gagnent — et écrire leur propre histoire.»