Une entente est survenue au lendemain de la victoire partielle d'Eugenie Bouchard dans sa poursuite contre l'USTA.

Entente à l'amiable entre Bouchard et l'USTA

NEW YORK — L’Association américaine de tennis (USTA) et Eugenie Bouchard ont conclu une entente en marge de la poursuite intentée par la joueuse de tennis canadienne.

L’entente, dont les termes restent confidentiels, est intervenue dans une cour de New York vendredi, au lendemain de la victoire partielle de la Québécoise devant le tribunal.

La veille, l’USTA avait été jugée responsable à 75 % de la situation ayant conduit l’ancienne numéro 5 mondiale à être victime d’une commotion cérébrale après avoir glissé sur une «substance glissante, étrangère et dangereuse» dans un vestiaire.

Cette chute l’avait ensuite obligée à déclarer forfait pour le simple, le double mixte et le double dames des Internationaux des États-Unis en 2015, dans lesquels elle était encore en lice.

L’athlète s’est dite soulagée et heureuse d’avoir pu conclure cette entente.

Elle alléguait avoir subi «de sérieuses blessures à la tête», ce qui avait nui à une carrière jusque-là prometteuse.

Une seconde phase du procès, lors duquel la vedette du tennis québécois devait témoigner des répercussions qui ont découlé de l’accident, a été interrompue vendredi puisque les deux parties ont passé plusieurs heures à négocier à huis clos. Ils en sont finalement venus à une entente, mais n’ont pas voulu dévoiler les détails de celle-ci.

L’avocat de l’USTA, Alan Kaminsky, a déclaré qu’il était satisfait du dénouement de la situation et que l’Association souhaitait «le meilleur pour la suite de la carrière de Bouchard».

Témoignant en soutien à sa cause, Eugenie Bouchard avait raconté être entrée dans une aire d’entraînement, avoir glissé et se rappeler d’avoir été en état de choc lorsqu’elle s’était retrouvée sur le dos en train de «fixer le plafond».

«Spirale sans fin»

Les avocats de la joueuse de Westmount ont plaidé que l’Association américaine de tennis avait été négligente et n’avait pas correctement averti Bouchard et les autres joueuses que le plancher était mouillé. L’USTA a répondu qu’elle aurait dû savoir qu’elle ne devait pas se trouver là sans thérapeute ou sans un membre du personnel du tournoi.

En plus de devoir se retirer du tournoi new-yorkais, Bouchard avait déclaré forfait pour des tournois qu’elle devait disputer en Chine et au Japon.

Ensuite, la finaliste de Wimbledon en 2014 n’a plus joué un seul match de tennis au cours de cette saison 2015 et n’a plus passé le cap du 3e tour en Grand Chelem par la suite. 

Les avocats de Bouchard ont également prétendu que la chute et la blessure ont nui à sa carrière. Jadis cinquième au monde, elle est maintenant 116e.

L’avocat Benedict Morelli a soutenu devant le jury que cet incident l’avait plongé dans «une spirale sans fin dont elle n’a pu se sortir [...] Le verdict a conforté ‘‘Genie’’ dans ses positions. Elle est également très satisfaite de l’accord», a affirmé Me Morelli dans un courriel adressé à l’AFP.