Kimi Raikkonen a récolté la pole position du Grand Prix de Monaco, samedi. Le Finlandais n'avait pas réussi cet exploit depuis... neuf ans, soit à ses 128 dernières courses.

Enfin une pole pour Raikkonen!

Elle lui échappait depuis neuf ans et 128 qualifications, un record! Kimi Raikkonen a finalement signé la pole position à Monaco samedi, pour la première fois depuis le GP de France 2008, un avantage indéniable sur un circuit étroit, où dépasser relève presque de l'impossible.
Vainqueur au pied du Rocher en 2005, le Finlandais de Ferrari peut espérer coiffer à nouveau les lauriers dimanche, ce qui ne lui est plus arrivé depuis l'Australie en 2013. En effet, lors des 10 derniers Grands Prix de Monaco, sept vainqueurs se sont élancés de la pole. Et d'éventuelles tentatives de dépassement seraient encore plus périlleuses cette année, les monoplaces ayant grossi à la faveur d'une nouvelle réglementation technique.
«Bien sûr, c'est génial», a réagi «Iceman», à peine descendu de sa monoplace, sans pour autant laisser tomber son sempiternel masque d'impassibilité. «Ça n'a pas vraiment été facile cette fin de semaine, c'est difficile d'aller vite ici. Mais en qualifications, la voiture était super, c'était amusant. On essayera d'en profiter au mieux»
Pour la deuxième fois après le GP de Russie, la première ligne sera toute rouge. Le leader du Championnat du monde, Sebastian Vettel (1:12,178), s'élancera aux côtés de Raikkonen (1:12,221).
«Je ne suis pas satisfait de moi-même, de ma performance», a jugé l'Allemand. «Je ne pense pas que je méritais la pole. Il la méritait. Il a été solide. C'est un très bon résultat pour l'équipe.»
Le pilote Mercedes Valtteri Bottas a réussi le troisième meilleur temps, à 45 millièmes de seconde. Le top 5 a été complété par les pilotes Red Bull Max Verstappen, qui n'a jamais complété le Grand Prix de Monaco en deux tentatives en carrière, et Daniel Ricciardo.
Hamilton dévasté
Principal rival de Vettel pour le titre mondial, Lewis Hamilton est complètement passé à côté de ses qualifications : éliminé en Q2, il s'élancera de la 13e place. «La voiture se comporte bizarrement depuis la deuxième séance d'essais libres. Je ne peux pas l'expliquer, les ingénieurs non plus», a réagi le pilote Mercedes, la voix marquée par la déception.
«J'étais dévasté après la séance, au point de ne pas pouvoir sortir de la voiture. On met tellement d'énergie là-dedans, en équipe et individuellement... Si je peux marquer des points, ça sera déjà limiter la casse», a conclu le Britannique, qui accuse six longueurs de retard sur Vettel au Championnat du monde après cinq courses.
McLaren, par contre, va mieux! Pour la première fois cette saison, l'écurie de Woking, pénalisée par des problèmes de moteur récurrents, a vu ses deux monoplaces se qualifier pour la Q3. Le Belge Stoffel Vandoorne et le revenant britannique Jenson Button - il remplace l'Espagnol Fernando Alonso, qui dispute les 500 milles d'Indianapolis, en IndyCar, dimanche - ne pourront toutefois pas capitaliser sur leurs 10e et 9e temps respectifs.
Le premier a, en effet, écopé d'une pénalité de trois places sur la grille après un accrochage avec le Brésilien Felipe Massa (Williams) lors du précédent GP. Le second s'élancera lui en dernière position, pénalisé de 15 places après le cinquième changement de plusieurs éléments de son moteur.
***
Stroll trahi par sa voiture
Le directeur technique de l'écurie Williams, Paddy Lowe, s'est excusé auprès de Lance Stroll, qui a connu plusieurs ennuis en piste cette semaine à Monaco.
Lance Stroll a évité les barrières de sécurité du GP de Monaco, samedi, mais cette fois c'est sa voiture Williams qui a refusé de coopérer. Après avoir signé un chrono de 1:14,893, le pilote recrue de 18 ans est retourné aux puits et n'en est jamais ressorti.  Il s'élancera donc de la 17e place, dimanche.
Stroll a indiqué qu'il avait probablement été ennuyé par un problème au niveau des freins. «C'est Monaco; c'est très difficile. Mais c'est vraiment décevant de ne pas avoir pu compléter la séance. Je crois sincèrement que nous aurions pu facilement atteindre Q2. Mais c'est comme ça. C'est frustrant pour tout le monde.»
Le directeur technique de Williams, Paddy Lowe, s'est d'ailleurs excusé auprès du Québécois pour les ennuis rencontrés en piste. «La voiture n'est pas à son meilleur sur ce genre de circuit, et c'est là-dessus que nous devrons travailler pour l'avenir. En plus de ça, nous devons nous excuser à Lance, qui a été victime d'une fuite hydraulique en Q1 qui l'a empêché de rouler.»
C'est une fin de semaine difficile pour le pilote de Mont-Tremblant, qui négocie le circuit de 3,4 km dans les rues de Monte-Carlo pour la première fois de sa carrière. Jeudi, sa journée de travail a pris fin abruptement après être entré en collision avec une barrière de sécurité dans le virage Massenet, à mi-chemin de la deuxième séance d'essais libres. Il avait endommagé la suspension avant du côté droit.
«C'est difficile de dépasser ici, mais nous allons essayer de concocter une stratégie de course différente. Vous savez, ce circuit ne convient pas à notre voiture, mais on ne sait jamais, peut-être que nous sortirons un lapin de notre chapeau demain», a conclu Stroll.  La Presse canadienne