Quelques heures après sa victoire, Caroline Wozniacki s'est prêtée à une séance de photos dans les Jardins botaniques royaux de Melbourne avec son premier trophée du Grand Chelem en carrière Denmark's Caroline Wozniacki avec le trophée remis à la gagnante des Internationaux d'Australie.

Enfin un titre du Grand Chelem pour Wozniacki

MELBOURNE — La Danoise Caroline Wozniacki a enfin remporté son premier titre du Grand Chelem, aux Internationaux d’Australie, en battant la Roumaine Simona Halep dans une finale haletante, en trois sets 7-6 (2), 3-6, 6-4, samedi à Melbourne.

Grâce à sa victoire, la Danoise, âgée de 27 ans, récupère première place du classement de la WTA, aux dépens de sa rivale du jour. Elle avait déjà été en tête du classement pendant une longue période de 67 semaines de fin 2010 à début 2012. Mais comme elle n’avait pas gagné de titre majeur ni même disputé de grande finale pendant ce premier règne, sa légitimité n’avait jamais été fermement établie.

«C’est ce qu’il y a de plus positif! On en va plus me poser la question : ‘‘Quand allez-vous gagner un Grand Chelem?’’ Vainqueur de Grand Chelem et numéro 1, ça sonne bien!», a-t-elle dit dans un sourire.

Première Danoise à remporter un tournoi du Grand Chelem, Wozniacki avait déjà joué, et perdu, deux finales aux Internationaux des États-Unis, en 2009 (contre la Belge Kim Clijsters) et en 2014 (contre l’Américaine Serena Williams). Elle avait aussi gagné 27 titres sur le circuit (seules les sœurs Williams et Maria Sharapova en ont plus parmi les joueuses toujours actives), mais il lui fallait ce sacre pour obtenir enfin la reconnaissance.

«J’attendais ça depuis si longtemps. C’est un rêve qui devient réalité. Ma voix tremble tellement je suis émue», a-t-elle dit aux spectateurs de la Rod Laver Arena quelques instants après la plus importante victoire de sa carrière.

Quant à Halep, 26 ans, elle subissait un troisième revers en trois tentatives en finale du Grand Chelem. Avant de s’avouer vaincue samedi, la Roumaine avait perdu deux fois lors de la ronde ultime à Roland-Garros : en 2014 face à la Russe Maria Sharapova et l’an dernier aux mains de la Lettone Jelena Ostapenko.

Très longue attente

Pour parvenir à décrocher un grand titre, Wozniacki a dû faire preuve de patience. C’était sa 43e participation à un tournoi majeur. Seules trois femmes en avaient disputé plus avant de toucher au but. Elle est aussi la joueuse qui a dû attendre le plus longtemps pour récupérer la tête du classement : exactement six ans.

Née à Odense de parents polonais — c’est dans la langue de son père, un ancien joueur de soccer, qu’elle s’exprime en famille —, Wozniacki était déjà une célébrité au Danemark avant son sacre de Melbourne.

Wozniacki n'a pu retenir ses larmes après sa victoire contre Simona Halep en finale des Internationaux d'Australie, samedi. Il s'agit d'un premier titre en Grand Chelem pour la Danoise de 27 ans.

Après une période difficile à cause de blessures, l’année 2017 a marqué son retour au plus haut niveau. Grâce à sa victoire fin octobre au Masters de fin de saison, sa plus belle jusqu’à celle de samedi, elle s’est amenée en Australie à la deuxième place mondiale, mais son tournoi a failli tourner au désastre dès le deuxième tour. Contre la Croate Jana Fett, 119e mondiale, elle a été menée 5 à 1 dans le dernier set avant de sauver deux balles de match et de retourner la situation.

La longue finale — 2h49 — n’a pas manqué de rebondissements non plus. Mieux partie, la Danoise a quand même dû bagarrer jusqu’au bris d’égalité pour prendre le premier set. Dans le deuxième, Halep a été victime d’un coup de fatigue dans la chaleur humide de Melbourne (plus de 30 degrés même après la tombée de la nuit). Mais en jouant son va-tout pour arracher, elle aussi, son premier grand titre, elle a égalisé à une manche partout. Le dernier set a donné lieu à un échange de bris. C’est en réussissant son quatrième que Wozniacki a obtenu ce titre tant désiré.

Depuis son entrée dans le top 10, il y a neuf ans, elle est réputée pour sa couverture du terrain et sa régularité du fond du court, domaines dans lesquels elle a encore excellé en finale, notamment dans les derniers échanges.

Les statistiques montrent que c’est Halep qui a fait le plus de points gagnants (40 à 25) et le plus de fautes (47 à 28). Mais pour le match de sa vie, Wozniacki ne s’est pas contentée d’un rôle passif. Elle a osé prendre l’initiative à des moments cruciaux. En championne.