Après la déception de l’épreuve en série canadienne de NASCAR, j’ai terminé deuxième à l’occasion de la course en série des camionnettes le week-end dernier à Bowmanville. Je suis ici avec le chef d’équipe de l’équipe de Kyle Busch.

Oeil pour œil, dent pour dent !

CHRONIQUE / Il y a une certaine époque, comme lorsque je courais en série IndyCar par exemple, je virais fou à chaque fois que j’obtenais un mauvais résultat en piste. Ça me rendait malade parce que j’avais toujours la crainte de perdre mon volant, de perdre des commanditaires, etc. C’était très difficile.

Aujourd’hui, je ne réagis plus de la même façon, ça ne m’empêche plus de dormir. J’ai vieilli, j’ai de l’expérience et j’ai maintenant des acquis. Mais il y a encore des choses qui me mettent hors de moi.

J’étais justement hors de moi le week-end dernier après avoir terminé quatrième en série canadienne de NASCAR à Bowmanville. Pas à cause de la position, mais en raison de ce qui est arrivé.

Vous le savez probablement. J’étais en tête au dernier tour lorsque Kevin Lacroix a joué au goon en piste, lorsqu’il a tenté de me sortir et qu’il s’est finalement sauvé avec la victoire.

Je le dis, je le répète, ça ne se fait pas. Sur un petit ovale, c’est une chose, mais sur circuit routier, c’en est une autre. Ça manque de fair-play. Surtout que Kevin avait savamment calculé sa manœuvre en se pointant à l’intérieur et en me forçant à quitter ma trajectoire. Avec raison, tout le monde a condamné sa façon de faire.

Mais vous savez quoi ? Ce qui m’a mis le plus en maudit, c’est la réaction des officiels de NASCAR face à l’incident. Non seulement Kevin n’a pas été puni, mais ils m’ont servi de la belle bullshit en m’expliquant pourquoi ils n’avaient pas sévi.

S’ils n’ont pas puni Kevin, croyez-le ou non, c’est parce que je n’ai simplement pas perdu assez de positions ! Et là, je vous jure que c’est ce qu’ils m’ont dit ! C’est dur à croire, mais c’est vrai !

Autrement dit, ils n’ont rien fait… parce que je suis un pilote de talent. Si je n’avais pas été capable de replacer ma voiture et que j’avais fini huitième ou neuvième, ils auraient réagi. C’est juste pas croyable !

Il va falloir qu’il se passe quelque chose avec la série Pinty’s. Les règlements ne sont pas appliqués et il y a une épouvantable inconstance dans les décisions des officiels. J’ai déjà été puni pour des « touchettes » en piste, Andrew Ranger l’a déjà été aussi, mais le week-end dernier, Lacroix s’en est tiré sans conséquence aucune et il devait être mort de rire en quittant le Canadian Tire Motorsport Park.

Il faut qu’il se passe quelque chose parce que cette série va se transformer en gros n’importe quoi, ça va devenir un véritable Far West. Est-ce que c’est ce que les dirigeants de la série veulent ? Je ne crois pas. Mais la frustration va commencer à véritablement envahir les pilotes si ça continue et ça risque de ne pas être drôle tantôt.

Il reste trois épreuves au calendrier. Mes chances de remporter le titre sont pratiquement nulles, mais je vais tout de même aller aux courses à chaque fois pour gagner. Et je n’aime pas ce que je vais dire, mais je vais vous le dire quand même : si Kevin Lacroix veut courir de cette façon, il va me trouver sur son chemin. Je sais comment il conduit, je sais comment il se comporte en piste et, à partir de maintenant, ça va être œil pour œil, dent pour dent ! C’est plate, mais c’est ça !

À un moment donné, comme dirait l’autre, ça va faire !

Bon, je vais respirer un peu. Au moins, ce week-end à Bowmanville m’a permis de vivre de bons moments lorsque j’ai terminé deuxième en série des camionnettes avec l’équipe de Kyle Busch. Ça a mis un baume sur mes plaies…

Mes propos risquent de faire jaser, mais je vous assure que je les assume totalement.

— Propos recueillis par Michel Tassé