Eli Manning a soutenu qu’il sentait que la décision de lui enlever son poste de quart partant avait été prise avec respect pour ses 16 ans de service et qu’il n’aurait pas fait les choses différemment durant la saison morte s’il avait su qu’il perdrait son poste de partant après deux matchs.

Eli Manning savait que son poste pourrait être en jeu

EAST RUTHERFORD — Même s’il n’est pas heureux d’avoir perdu son poste de quart partant, Eli Manning a avoué qu’il savait qu’il y avait des chances que l’entraîneur-chef des Giants de New York, Pat Shurmur, donne une promotion à Daniel Jones si l’équipe connaissait un mauvais départ.

Manning a déclaré mercredi qu’il avait accepté son nouveau rôle de quart substitut et a assuré qu’il avait l’intention de supporter Jones et de faire tout en son pouvoir pour aider les Giants (0-2) à gagner des matchs.

Jones, sixième choix au total des Giants au repêchage, s’est dit prêt à prendre la relève. Il fera ses débuts ce week-end face aux Buccaneers de Tampa Bay.

S’adressant en public pour la première fois depuis qu’il a pris cette décision, Shurmur a révélé qu’il savait qu’il allait en faire l’annonce 24 heures après que les Giants se soient inclinés 28-14 à domicile face aux Bills de Buffalo.

L’accent demeure sur Manning, âgé de 38 ans, qui est le partant des Giants depuis le 10e match de la campagne de 2004, sa saison recrue. Mercredi, 25 journalistes étaient agglutinés autour de son casier et il a répondu aux questions durant environ 10 minutes.

 Sens de l’humour

Malgré la délicatesse de la situation, Manning a montré qu’il n’avait pas perdu son sens de l’humour lorsqu’il a répondu à un journaliste sur les conseils qu’il avait donnés au jeune Jones.

«Lance le ballon aux gars qui portent le même chandail que le tien», a-t-il lancé à la blague.

Manning, qui touchera un salaire de 23,2 millions $ cette saison, a mentionné qu’il n’avait pas pensé à demander à l’équipe de lever sa clause de non-échange. Il a également soutenu qu’il sentait que la décision avait été prise avec respect pour ses 16 ans de service et qu’il n’aurait pas fait les choses différemment durant la saison morte s’il avait su qu’il perdrait son poste de partant après deux matchs.

Il a révélé qu’il avait discuté avec le président du club, John Mara, mardi, après l’annonce.

«Je ne savais pas comment les choses allaient se dérouler cette année, a dit Manning, qui a mené les Giants à deux championnats, en 2007 et en 2011. Tu sais seulement, lorsque ton équipe repêche un jeune quart-arrière, qu’il y a une possibilité qu’il puisse te remplacer si les choses vont mal. Nous n’avons pas connu un bon départ et c’est là que nous en sommes pour l’instant.»

Muselé par les Bills

Manning a bien joué lors du premier match de la saison, face aux Cowboys de Dallas. Il avait alors lancé une passe de touché et avait récolté 306 verges de gains par la voie des airs.

Les Bills l’ont toutefois muselé la semaine dernière, interceptant deux passes.

Shurmur a toutefois précisé que Manning n’était pas le responsable du piètre dossier des Giants jusqu’à présent.

Les Giants ont marqué 31 points et ont eu beaucoup de difficulté à convertir les troisièmes essais lors des deux rencontres. La défensive a été horrible, concédant 63 points à leurs deux adversaires.

«Je me sens bien et je suis content des progrès que j’ai faits depuis mon arrivée au printemps et de ma préparation au camp d’entraînement et lors des premières semaines, a dit Jones. Nous allons nous assurer de connaître la meilleure semaine possible et je vais faire de mon mieux pour être fin prêt. Oui, je me sens prêt et j’ai hâte d’obtenir ma première chance.»

L’ailier rapproché Evan Engram a été impressionné par Jones, qui a réussi 29 de ses 34 passes lors d’un match préparatoire. Il avait également amassé 416 verges et deux passes de touché.

«Il a réussi de folles passes au camp d’entraînement et il a fait bonne impression lors des matchs préparatoires, a reconnu Engram. Il en a surpris plusieurs. Évidemment, je l’aime depuis le premier jour. Je savais qu’il était un jeune talentueux et qu’il allait faire du bon travail. Maintenant, c’est vrai. C’est maintenant. Nous devons tout donner pour l’aider.»