Dwane Casey est devenu vendredi le bouc émissaire de la décevante élimination en quatre matchs des Raptors aux mains des Cavaliers de Cleveland.

Dwane Casey congédié par les Raptors

TORONTO — Dwane Casey a payé le prix pour l’élimination expéditive des Raptors de Toronto au deuxième tour des éliminatoires de la NBA. L’entraîneur-­chef le plus prolifique de l’histoire des Raptors a été limogé quatre jours après avoir vu son équipe être éliminée par les Cavaliers de Cleveland pour une troisième année consécutive.

Masai Ujiri, le président de l’équipe, a admis vendredi que licencier Casey a été la chose la plus difficile qu’il n’avait jamais faite. Il est même allé jusqu’à comparer le vétéran entraîneur à son propre père. 

Casey, qui est âgé de 61 ans, a mené les Raptors à quatre titres de la section Atlantique en cinq saisons, et trois saisons consécutives de 50 victoires. Les Raptors pouvaient prétendre à la finale de la NBA, après avoir signé 59 victoires en saison régulière, dont 34 à domicile, à égalité avec les Rockets de Houston à ce chapitre dans la ligue. Mais LeBron James et les Cavs ont effacé tout ça.

Au-delà de ses prouesses au niveau basketball, les gens se rappelleront de Casey comme étant un homme d’une grande classe et une figure amicale, parentale, qui s’adressait à tous les membres de médias par leurs prénoms, même ceux qui ne gravitaient pas souvent autour de l’équipe.

Lorsque Ujiri et le dg Bobby Webster ont rencontré Casey vendredi matin, l’entraîneur a abordé la nouvelle avec la même grâce. «Quel être humain incroyable», a mentionné Ujiri. «Dans toute ma vie, je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui avait autant de classe. Je peux sincèrement vous dire que je ne sais pas si j’aurai la chance un jour de travailler avec une meilleure personne. C’était un être simplement très gracieux. Il nous a remerciés. Il a apprécié son passage ici. Simplement reconnaissant. Simplement Casey.»

Reconnu par ses pairs

Casey a été congédié deux jours après avoir remporté le trophée Michael H. Goldberg, remis annuellement par l’Association des entraîneurs de la NBA au coach par excellence de la saison. Il est également le favori pour remporter le 25 juin le titre d’entraîneur-chef de l’année, pour lequel les médias ont voté.

Uriji a raconté qu’il avait passé «d’innombrables heures» depuis la défaite lors du match numéro quatre à évaluer et il a dit avoir pris la décision rapidement par souci d’équité pour Casey, qui ne restera certainement pas bien longtemps sans emploi. On ignore pour l’instant qui sera son remplaçant, mais les Raptors voudront certainement mettre quelqu’un en place rapidement.

Parmi les noms qui circulent, il y a Mike Budenholzer (ancien entraîneur des Hawks d’Atlanta), Nick Nurse (adjoint chez les Raptors) Jerry Stackhouse (entraîneur des Raptors 905), Monty Williams (ex-entraîneur des Pelicans de La Nouvelle-Orléans et du Thunder d’Oklahoma City) et l’entraîneure adjoint des Spurs de San Antonio Becky Hammon, qui deviendrait la première femme à la tête d’une équipe de la NBA.

«Je suis ouvert. Nous allons regarder toutes les possibilités», a dit Ujiri.