Le Québécois Lance Stroll n'a pu faire mieux que le 17e temps aux essais libres de vendredi matin, à Barcelone.

Dure journée pour Stroll à Barcelone

Lance Stroll a connu de nombreux ennuis avec sa Williams lors des deux premières séances d'essais libres, vendredi au Grand Prix de Formule 1 d'Espagne.
Le Québécois de 18 ans n'a pu faire mieux que le 17e temps (1:23,221) sur le circuit de Catalunya, ce qui l'a relégué à plus de 2,4 secondes de Lewis Hamilton (Mercedes). «Ça n'a pas été une bonne journée; nous n'avons pas vraiment pu faire ce que nous voulions», a reconnu Stroll. «Nous avons eu des problèmes et j'ai commis des erreurs - notamment sur mon tour lancé en pneus tendres -, alors ce n'est pas le résultat espéré.»
Le directeur de la haute performance chez Williams, Paddy Lowe, n'a pas voulu jeter la pierre à Stroll, estimant plutôt qu'il avait été victime des particularités du circuit catalan. «C'est un circuit doté de très peu d'adhérence, où les faibles appuis aérodynamiques et la puissance brute du moteur ne sont pas particulièrement favorisés, donc nous tentons de trouver les bons réglages pour maximiser les performances de nos voitures.»
Stroll a effectué 60 tours et testé plusieurs réglages, notamment au sur le plan des gommes , en plus d'alterner entre de courts, moyens et longs relais en piste afin de mettre à l'épreuve la fiabilité de la FW40. Malheureusement pour lui, les choses ne se sont pas déroulées aussi bien qu'il l'aurait souhaité. «J'ai eu de la misère avec les pneus médiums et je me suis souvent retrouvé coincé dans le trafic, donc ce n'était pas l'idéal.»
Stroll s'est notamment payé une belle frousse en effectuant une brève sortie de piste dans le virage no 8 vers le milieu de la séance. Heureusement pour lui, son excursion hors piste n'a pas engendré de dégâts sur sa monture. «Elle était instable, mais je ne pense pas que c'est un big deal
Le pilote originaire de Mont-Tremblant a admis qu'il avait encore beaucoup de pain sur la planche en prévision de samedi s'il souhaite grimper au classement. «Il faut que je reste calme et que je regarde ce soir ce que je peux améliorer», a ajouté Stroll, qui a fini 11e au Grand Prix de Russie, il y a deux semaines, et qui espère marquer ses premiers points cette fin de semaine à Barcelone.
Pire pour Alonso
Fernand Alonso a connu une matinée beaucoup plus difficile que Stroll. Le moteur du bolide de sa McLaren a laissé s'échapper beaucoup d'huile avant de rendre l'âme dans un épais nuage de fumée, alors qu'il entamait son premier tour en piste devant ses partisans.
Alonso s'est alors engouffré dans les garages de l'équipe britannique et a joué au ping-pong afin de «garder le corps actif», tandis que les mécaniciens changeaient le moteur de sa voiture en prévision de la séance d'après-midi. Il a finalement signé le 20e et dernier temps, à plus de trois secondes de Hamilton.
«Je ne voulais pas passer la matinée sur le canapé à regarder la télévision. Je préférais faire du sport, car je voulais être prêt si la voiture l'était», a expliqué Alonso. «J'ai effectué quelques tours, tous marqués par des problèmes. Mais c'est la raison pour laquelle il y a des essais libres le vendredi. J'ai l'impression que lorsqu'on ne connaît pas d'ennuis les vendredis et samedis, alors nous sommes incapables de finir la course le dimanche. J'espère que le fait que nous avons été frappés par des pépins dès le vendredi nous permettra de connaître une bonne fin de semaine de course.»