«Si j’avais un tournoi de golf à gagner, ce serait le Duc», admet Charles-Éric Bélanger, de Beauport, l’un des favoris du légendaire tournoi de 36 trous qui se tient au club Royal Québec, à Boischâtel, lundi et mardi.

Duc de Kent: le tournoi à gagner pour Charles-Éric Bélanger

En l’absence du champion en titre et de l’un des deux joueurs ayant fini au deuxième rang, l’an passé, bien malin celui qui pourra prédire le vainqueur du 85e Duc de Kent, l’un des joyaux de la triple couronne du golf amateur québécois.

«Si j’avais un tournoi de golf à gagner, ce serait le Duc», admet Charles-Éric Bélanger, de Beauport, l’un des favoris du légendaire tournoi de 36 trous qui se tient au club Royal Québec, à Boischâtel, lundi et mardi. Le troisième volet de la triple couronne aura lieu la semaine prochaine, à Beauceville.

Mais ce n’est pas cette année qu’un joueur réussira le tour du chapeau, puisque Julien Sale (Rivermead), vainqueur du tournoi Alexandre de Tunis, la semaine dernière, n’est pas inscrit au Duc en raison d’une participation à un autre tournoi, en début de semaine. Joey Savoie et Baptiste Mory, du Rouge et Or, brilleront aussi par leur absence, ce dernier se trouvant dans son pays, en France, pour l’été.

«Il y a quelques absents, mais il reste encore beaucoup de très bons joueurs dans le tableau. Étienne Brault, par exemple, joue du solide golf, c’est un gars à surveiller. Personnellement, le Duc de Kent est le seul tournoi de la triple couronne que je n’ai pas remporté», admet Étienne Papineau, qui représente le club Pinegrove, à Saint-Jean-sur-le-Richelieu.

Étienne Papineau représente le club Pinegrove, à Saint-Jean-sur-le-Richelieu.

Il lui reste encore deux chances pour revêtir le veston vert à carreaux, car après la saison 2020, il tentera sa chance chez les professionnels puisqu’il aura terminé son parcours à l’Université de West Virginia. Il s’élancera à 12h10 et jouera avec son ami Charles-Éric Bélanger.

«J’aime l’atmosphère qu’il y a au Duc, il y a toujours du monde qui nous suit lors de la dernière journée. Je trouve que dans les trois tournois de la triple couronne, c’est le plus prestigieux», disait Papineau, 12e l’an passé.

Golfeurs à surveiller

Parmi d’autres golfeurs à surveiller, lundi et mardi, on pense à David Tweddell (Lac-Saint-Joseph), vainqueur du Championnat U25, il y a un mois, à Ryan Sévigny (Eagle Creek) et Antoine Sale (Rivermead), notamment, ont également flirté avec la tête dans différents tournois, cet été.

«Il s’agit de ma quatrième participation au Duc, et jusqu’à présent, j’ai terminé trois fois en septième position. J’aimerais ça percer le top 5. J’ai toujours connu une première ronde plus difficile que la deuxième, c’est ce que je dois améliorer», notait Bélanger, qui est un habitué du Duc de Kent, car en plus d’y jouer, il a déjà été le «caddie» de son père, Patrick, lorsqu’il était plus jeune. À 20 ans, Charles-Éric vient de terminer sa première saison à l’Université Southern Mississippi.

Trophée André Gagné

Vainqueur en 2018 du trophée André Gagné, remis au meilleur joueur régional, Mathieu Bélanger (Royal Québec) avait connu un tournoi de rêve, l’an passé, en terminant à égalité au deuxième rang après avoir trôné au sommet après la première ronde.

«Comme l’an passé, je n’ai pas joué plus que deux fois par semaine, cet été. Avec les enfants et le travail, je n’ai pas fait beaucoup de tournois. Mon jeu long est moins bon que l’an passé, mais assez potable pour avoir de bons scores. Avant le résultat, mes objectifs sont plus mentaux et de plaisir, il y a des choses que je dois respecter dans mon élan. Mais j’ai bon espoir quand même, car tout le monde doit mettre la balle dans le trou», notait Mathieu Bélanger, qui sera du premier trio à partir, dès 7h, avec son ami et ex-partenaire d’affaires, Julien Proulx (La Tempête).

Au total, 141 joueurs sont inscrits au Duc de Kent. Un seul ancien champion sera de la partie, soit Émile Ménard (Pinegrove), vainqueur en 2017.

+

LE DUC DE KENT EN CHIFFRES

  • 3 victoires d’André Gagné (Royal Québec) en 1966, 1975, 1979 et de Mickey Batten (Beauchâteau) en 1969, 1980 et 1982
  • titres pour Graham Cooke (Summerlea) en 1973, 1986, 1988, 1991, 1994
  • 23 champions provenant du club hôte
  • 72 est la normale pour les 18 trous
  • 1935 est l’année de la 1re présentation du tournoi
  • 6728 verges séparent le départ du 1er trou à la coupe du 18e