Dubreuil termine avant-dernier aux Pays-Bas

Formules 1 de la glace, les sprinteurs de patinage de vitesse longue piste luttent dans les fractions de seconde. Samedi, aux Pays-Bas, Laurent Dubreuil a échappé cette demi-seconde qui l’a relégué... avant-dernier.

Au 18e rang sur les 19 candidats à avoir pris le départ au sein du groupe A dans cette Coupe du monde, la fine fleur de l’élite mondiale sur 500 mètres. Son temps de 35,029 secondes sur l’anneau du stade de glace Thialf, à Heerenveen, le plaçait à 0,535 s du vainqueur, le Russe Pavel Kulizhnikov.

«Quand le calibre est aussi relevé et l’écart aussi minime, tu ne peux pas faire la moindre erreur. J’étais trop tendu sur le départ et j’ai eu une légère perte d’équilibre à la fin de mon ouverture [100 premiers mètres]», a-t-il expliqué, de La Mecque mondiale du patinage longue piste.

«Je le sentais en patinant que je n’étais pas en train d’en tirer une grosse. Mais en même temps, mon temps n’est pas complètement en dehors de la game. C’est juste plate parce que j’avais de bonnes jambes, probablement les meilleures en un mois. Mais j’ai gaspillé le potentiel d’une bonne course», s’est critiqué Dubreuil.

L’athlète de 26 ans de Saint-Étienne-de-Lauzon conclut dimanche un voyage de six semaines pour les quatre étapes de Coupe du monde d’automne. Son dernier élan sera sur 1000 m pour tenter d’ajouter une qualification sur cette deuxième distance en vue des Championnats du monde, en février.

La prochaine tranche du circuit de la Coupe du monde se tient juste avant, les 1er et 2 février, à Hamar, en Norvège. Dubreuil espère au pire conserver son actuel 12e rang au classement cumulatif sur 500 m pour pouvoir participer à la sixième et dernière Coupe du monde, réservée au top 12.

Retour en force de Kulizhnikov

La course de samedi a été remportée par Kulizhnikov en 34,494 s, devant trois Japonais. Après avoir raté les Jeux olympiques pour une deuxième fois l’hiver dernier, cette fois à cause du bannissement des athlètes russes alors qu’en 2014 il était suspendu pour dopage, le Russe de 24 ans est de retour à son meilleur.

Le double champion du monde (2015 et 2016) et auteur du record du monde sur 500 m (2015) enregistrait une troisième victoire de suite sur la distance en Coupe du monde, quatrième cette saison et cinquième podium en six départs.

Et dire que samedi à Heerenveen, Kulizhnikov a dû faire sa course en solitaire après que son compagnon de paire, le Néerlandais Kai Verbij, ait décidé de ne pas prendre le départ. «Le fait d’être deux donne toujours un boost, surtout au départ. Patiner seul se traduit souvent par une catastrophe au chrono. Mais lui, il a gagné malgré ça!» explique un Dubreuil très impressionné.

Notons par ailleurs la victoire du Sherbrookois Alex Boisvert-Lacroix dans le groupe B en 35,113 s.