Les entraîneurs des quatre équipes de la région ont manifesté un grand enthousiasme à l’idée de jouer au football cet automne.
Les entraîneurs des quatre équipes de la région ont manifesté un grand enthousiasme à l’idée de jouer au football cet automne.

Du football en septembre: les équipes collégiales de la région enthousiastes

Jean-François Tardif
Jean-François Tardif
Le Soleil
Les entraîneurs des quatre équipes de football collégial de la région de Québec ont accueilli avec une grande satisfaction la décision du RSEQ d’élaborer un calendrier qui pourrait s’amorcer à la mi-septembre. Ayant commencé leur préparation pour la campagne 2020 avec des camps d’été, les équipes sont pour la plupart retournées sur le terrain au début du mois d’août pour la tenue du camp d’entraînement préparatoire à la saison. Et bien qu’il reste encore bien des ficelles à attacher avant que le projet soit officialisé, ils ont tous manifesté un grand enthousiasme à l’idée de jouer au football cet automne.

Les Faucons du Cégep Lévis-Lauzon: un gros plus

Pierre-Alain Bouffard, entraîneur-chef des Faucons

«Même si nous ignorons comment fonctionnera le calendrier et qui en fera partie, juste de savoir que nous jouerons sur une base régulière et que nous aurons une véritable opposition c’est un gros plus», a mentionné Pierre-Alain Bouffard, l’entraîneur-chef des Faucons du Cégep Lévis-Lauzon. «En fait, on pratique déjà depuis le 3 août. Et nous en sommes à notre deuxième semaine d’entraînement. Nous avions fait un camp d’été sur une base volontaire. Et il y a une soixantaine de joueurs qui avaient répondu à l’appel.»

Le coach des Faucons a expliqué que ses hommes attendaient avec impatience de retourner sur le terrain. Il a mentionné que dès que ses joueurs s’étaient retrouvés lors des premiers jours du camp d’été, il avait senti les bienfaits de la reprise des activités auprès de chacun. Par la suite, les Faucons se sont réunis deux fois par semaine pour des exercices de course.

«Le 3 août, c’est la date que l’on avait prévue pour amorcer notre camp d’entraînement. On est peut-être optimistes de nature, mais en espérait pouvoir jouer notre premier match le 21 août. C’est donc une déception de ne pas pouvoir commencer au moment prévu. Mais on comprend la situation et on ajuste nos affaires pour être prêts à commencer la fin de semaine du 11-12-13 septembre.»

Bouffard n’a pas caché que la tenue du présent camp d’entraînement avait demandé beaucoup d’organisation. Ses adjoints et lui ont dû passer une partie de l’été à établir un protocole, à planifier les horaires, à définir la manière de respecter la distanciation pendant les enseignements, à trouver des locaux pour installer des vestiaires et à gérer les désinfectants.

«Mais le travail ayant été bien fait avant le début du camp, les joueurs ayant été bien informés, tout se passe bien au camp. Et on voit que les jeunes sont heureux de bouger et d’avoir des objectifs de performance. Comme le camp se poursuivra pendant trois semaines de plus, j’ai contacté Dave Parent, le coach des Titans, afin d’organiser un match hors-concours ou un entraînement commun le 28 août. Nous pourrions ainsi garder les gars motivés.»

Les Titans du Cégep Limoilou: les deux mains levées

Dave Parent, entraîneur-chef des Titans du Cégep Limoilou

«On ne fera pas que lever la main. On va lever les deux et si on en avait trois, on lèverait les trois mains», a lancé Dave Parent, l’entraîneur-chef des Titans du Cégep Limoilou lorsqu’interrogé si son organisation désirait faire partie des équipes qui manifesteraient au RSEQ leur intérêt à jouer au football cet automne. «Et nous serons prêts. Nous avons repris l’entraînement mercredi dernier.»

Parce qu’il est gérant d’une équipe de baseball cet été, Parent a été initié il y a quelques semaines déjà aux mesures instaurées par la Santé publique et Baseball Québec afin d’assurer la sécurité des joueurs. Il a expliqué qu’il connaissait bien les règles et savait comment les appliquer. 

«On était bien organisé et on avait de bonnes balises. Les terrains étaient donc sécuritaires. Et Football Québec a été “numéro un” en émettant très rapidement au début du mois d’août son document concernant le protocole à suivre. Ça qui nous a donné un grand coup de main. Et depuis le début du camp, les choses se déroulent bien. C’est juste qu’il a fallu changer certaines habitudes que les gars avaient sur le terrain. À un certain niveau, nous sommes en mode éducation. Mais nous sommes dans un établissement d’éducation. Et ça va très très bien.»

Parce qu’il profitera de trois semaines de plus de camps et que les camps de printemps et d’été fort différents de ce qu’ils avaient l’habitude de l’être, le coach des Titans ajustera ses entraînements des prochaines semaines afin d’assurer la santé et la sécurité de ses joueurs. La rigueur, la vigueur et la rapidité seront donc diminuées afin de les protéger physiquement.

«On va y aller plus lentement et les gars vont être beaucoup plus préparés pour le début de la saison. Je pense que le spectacle qui va en ressortir gagnant. Toutes les équipes seront beaucoup plus prêtes. Et peu importe la formule de calendrier que l’on nous proposera, il n’y aura pas de problème. On veut juste jouer.»

Le Notre-Dame du CNDF: prêts à jouer le 22

Marc-André Dion, entraîneur-chef du Notre-Dame du campus Notre-Dame-de-Foy

«Nous nous étions entraînés de manière à être prêts à jouer le 22», a lancé Marc-André Dion, l’entraîneur-chef du Notre-Dame du campus Notre-Dame-de-Foy. «On sort d’ailleurs d’un camp d’entraînement. Nous étions en mode solutions depuis le printemps afin de pouvoir tenir les camps qui étaient à l’horaire comme le camp d’été et nous avions essayé de prévoir les embûches. Si nous n’avions pas pu pratiquer au CNDF, nous avions un plan B pour aller nous entraîner ailleurs. Et nous étions dotés d’appareils pour désinfecter. Nous étions prêts. Nos jeunes méritaient ça, spécialement nos gars de troisième année qui s’entraînent depuis trois ans. Il faut tout faire pour leur donner cette saison-là.»

«Oui la COVID c’est dangereux. Il faut prendre les mesures pour réduire les rapprochements. Mais j’ai vu une excellente collaboration des joueurs. Ils veulent jouer. Ils font les efforts pour. Et j’ai vu des gars qui étaient heureux de se voir et de pratiquer ensemble lors des camps. Ça au niveau psychologique, ce fut très très bénéfique. Le dernier camp fut un des meilleurs auxquels j’ai participé depuis que je suis au CNDF. L’énergie était là. Ç’a vraiment été le fun. C’est vraiment de bon augure.» 

Devant avoir un second camp d’entraînement cette semaine en vue de leur match du 22, les joueurs du CNDF ont plutôt profité d’un congé cette semaine. Dion a expliqué sa décision en disant que ses joueurs avaient accompli beaucoup pendant le premier camp, mais aussi qu’il ne voulait pas les surtaxer de travail. «Actuellement on est où on voudrait être.»

Même si le Notre-Dame devra maintenant patienter avant que ne soit officialisée la saison 2020 qui devrait s’amorcer à la mi-septembre soit officielle, Dion ne voit pas comme une problématique de devoir attendre avant de savoir contre qui ses hommes vont jouer et comment le calendrier va fonctionner, etc. «Comme tout le monde, nous nous étions préparés à toutes éventualités. On devait affronter Vanier, mais là, on jouera contre celui que nous affronterons en septembre.»

Les Élans du Cégep Garneau: s’assurer de la sécurité

 Claude Jr. Juneau, entraîneur-chef des Élans

Il n’y a pas de doute, les Élans du Cégep Garneau souhaitent faire partie des équipes qui pourraient jouer au football à compter de la mi-septembre. Mais avant se s’avancer sur la présence des Élans dans le calendrier 2020 du RSEQ, Claude Jr. Juneau, l’entraîneur-chef de la formation québécoise, a dit que son établissement et son équipe devraient d’abord connaître les recommandations qui seront faites par le RSEQ et le comité d’experts composés de médecins de la Santé publique et des universités mis sur pied afin voir à la sécurité des footballeurs.

«Il faut s’assurer d’être en mesure d’offrir du football dans un environnement sécuritaire pour tout le monde. Et à partir du moment où les composantes seront bien alignées, que ça soit au niveau de la façon de faire, du protocole sanitaire, de la gestion de risques, etc. c’est certain que nous dirons oui. Je pense que tout le monde se doit d’évaluer ça de la bonne façon.»

Parce qu’ils avaient eu la permission de le faire, la distanciation physique pouvant être respectée, les joueurs des Élans ont passé l’été sur le terrain à travailler leur rapidité et au niveau physique. Juneau a mentionné que ses hommes avaient dû s’adapter au nouveau protocole, mais que rapidement, ils avaient pu se concentrer sur le travail à faire.

«Je suis super content de la rétention au niveau des joueurs. Je pense que l’entraînement estival leur a fait un grand bien à tout le monde, autant au niveau physique que mental.»

En congé en attendant la suite des choses, les Élans reprendront l’entraînement les 17 août, soit la journée de la rentrée d’automne au Cégep Garneau. «Techniquement on devrait retrouver un semblant de camp. Car 2020 fait en sorte que tout est adapté afin que l’environnement soit productif sans être propice à une éclosion du virus. Je pense que peu importe le domaine, c’est la même réalité pour tout le monde. Il faut faire face à l’inconnu tout en établissant des paramètres qui vont être les plus sécuritaires possible tant pour les joueurs que les gens qui les entourent.»