Jaromir Jagr a demandé aux partisans de ne pas voter pour lui, prétextant qu'il n'a plus le souffle nécessaire pour jouer à trois contre trois!

Drôle de guerre des étoiles dans la LNH

BUFFALO - Le dur à cuire John Scott mène le scrutin en vue du match des étoiles de la Ligue nationale de hockey, même s'il n'a amassé qu'une aide en six rencontres.
Pendant ce temps, Jaromir Jagr a demandé aux partisans de ne pas voter pour lui, prétextant qu'il n'a plus le souffle nécessaire pour jouer à trois contre trois, tandis que celui qui a dominé le scrutin l'an dernier, Zemgus Girgensons, a prié ses compatriotes lettons de ne pas l'envoyer à Nashville. On peut dire sans se tromper que le vote des partisans a pris une tournure bizarre.
La campagne en ligne en faveur de Scott mise sur le contre-emploi évident de ce redresseur de torts parmi les grandes vedettes du circuit. L'affable patineur des Coyotes de l'Arizona ne compte toutefois pas décourager qui que ce soit. «Je ne vais pas les priver de ce plaisir. Je pense que c'est plutôt amusant et que si les amateurs veulent m'envoyer au match des étoiles, j'irai. C'est un peu un honneur. Ce n'est pas tout le monde qui a l'occasion d'y aller, alors je ne vais pas bouder ce privilège.» Scott devance jusqu'ici Alexander Ovechkin, Jagr et le meilleur marqueur du circuit, Patrick Kane.
Jagr, âgé de 43 ans, a utilisé Twitter pour faire connaître ses états d'âme aux partisans. «J'apprécie beaucoup vos votes, mais le trois contre trois me tuerait et je ne veux pas encore mourir! Merci de votre compréhension; je suis trop vieux!»
Le joueur vedette des Panthers de la Floride est toutefois très satisfait du remplacement de la prolongation à quatre contre quatre par une formule à trois contre trois avant que les tirs de barrage ne déterminent le gagnant si l'égalité persiste. «C'est bon pour la LNH, c'est certain. Cela provoque plusieurs chances de marquer, et c'est ce que les partisans veulent voir. Je ne crois pas que les gens veulent nécessairement voir des buts, mais ils veulent voir des chances de marquer, et c'est ce qui se passe à trois contre trois.»  Avec NHL.com