Sports

Le Drakkar corrige le Phoenix

Le Phoenix a frappé son Waterloo samedi après-midi. Le Drakkar de Baie-Comeau a corrigé la troupe de Stéphane Julien en quittant le Palais des sports avec une victoire de 7 à 1.

Considéré comme des aspirants à la coupe du Président, le Drakkar a démontré qu'il était fin prêt pour les séries en limitant le Phoenix à seulement 17 tirs. 

Selon l'entraîneur Stéphane Julien et son joueur Alex-Olivier Voyer, le Phoenix s'est battu lui-même.

« On s’est bien débrouillés en première période, mais on n’a pas fait les jeux de base par la suite, souligne Julien. On a manqué de hargne et le mauvais but accordé par notre gardien a coupé les jambes de nos joueurs au second vingt. On s’est battus nous-mêmes en fait. Oui, le Drakkar forme une bonne équipe, mais on lui a donné le match en envoyant la rondelle dans les gradins, entre autres. Ils n’ont pas eu à travailler fort pour aller chercher le momentum. »

« Ils sont prêts pour aller loin en séries, constate Voyer, mais pourtant on sait que le Phoenix peut rivaliser contre toutes les équipes de la LHJMQ. Notre pire ennemi, c’est nous. Quand on joue en équipe, il est possible de gagner chaque match. Mais dès que certains se mettent à lâcher, il y a des joueurs qui poussent du bon côté et d’autres non. C’est ce qui nous dissocie parfois. »

Les Sherbrookois étaient dans le coup jusqu'au début de la deuxième période. Par la suite, ils ont laissé filer le Drakkar, qui a pris son erre d'aller. 

« Je suis content de la performance offensive de notre club, mais je suis encore plus satisfait de la sortie de notre équipe sur le plan défensif, a informé l'entraîneur du Drakkar, Martin Bernard. Sherbrooke est un club réputé pour tirer souvent au but. Quand je vois tout le monde se replier et être responsable en défensive comme aujourd'hui, je constate que mon équipe se prépare de la bonne façon pour les séries. »

Six buts sans réplique

Shawn Element a cassé la glace dès les premières minutes, mais Samuel Poulin a renvoyé tout le monde à la case départ en toute fin de période. C'est à ce moment que le Drakkar a déployé son attaque redoutable avec six buts sans réplique. 

Le but du Russe Ivan Chekhovich à cinq secondes de l'entracte a motivé sa troupe. Dès la reprise du jeu, Gabriel Fortier a marqué le premier de ses trois buts comptés en deuxième période. Sacha Roy et Jordan Martel sont les autres marqueurs et les portiers ont finalement été parfaits en troisième période. 

Les gardiens du Phoenix ont toutefois dû se partager le travail. Dakota Lund-Cornish a amorcé le match et a cédé six fois sur 22 tirs alors que Thommy Monette a bloqué 14 des 15 lancers reçus.

Drakkar

Réveil offensif pour le Drakkar face au Titan, 11 à 4

BAIE-COMEAU – Face à la modeste opposition offerte par le Titan d’Acadie-Bathurst, le Drakkar de Baie-Comeau en a profité pour faire revivre son offensive, marquant cinq fois au premier vingt en route dans un gain de 11-4, mettant ainsi fin à sa courte séquence de deux revers.

«Offensivement, ça a bien été. On peut difficilement dire quelque chose quand on a 11 buts, mais défensivement, il va y avoir des choses à adresser aux gars demain matin», a souligné l’entraîneur-chef du Drakkar après la rencontre. « On ne peut pas être trop large dans notre zone, il faut prioriser la protection de l’enclave et il faut aussi faire attention à notre couverture. On devra être meilleurs là-dessus demain. »

Pas vraiment satisfait de la performance de ses gros canons ces derniers temps, Martin Bernard a réduit le temps de glace de Nathan Légaré et Ivan Chekhovich, ces derniers démarrant le match sur le quatrième trio. Les deux ont marqué dans une cause déjà entendue. Pour Chekhovich, qui a aussi amassé deux passes, il s’agissait d’un premier but en 11 matchs.

«Il faut essayer des choses différentes pour repartir les gars. Ils jouent stressés », a souligné Bernard. « Je pense que maintenant, la pression va s’enlever un peu de leurs épaules. »

Plusieurs joueurs ont profité de cette rencontre à sens unique pour engraisser leur fiche personnelle, notamment l’ex-Titan Samuel L’Italien, avec un but et deux mentions d’aides, tout comme Jordan Martel. Shawn Element, Yaroslav Alexeyev et Christopher Benoît ont touché la cible à deux reprises chacun. Pascal Corbeil a aussi marqué. Keenan MacIsaac a récolté trois passes.

Evan MacKinnon, Anderson MacDonald et William Champagne, deux fois, ont inscrit les buts des visiteurs. Sur les trois premiers filets, Xavier Bouchard était sur la glace. Il est d’ailleurs directement responsable des deux premiers. Sur le premier, il a fait une passe directement sur la palette de MacKinnon, en désavantage numérique, en plein milieu de sa zone. « Sur le premier but, c’était assez évident. On était en désavantage numérique et l’idée, c’est de dégager notre zone en premier », a indiqué le pilote, qui fera sûrement valoir son point de vue à son défenseur.

Drakkar

Rien ne va plus pour le Drakkar

BAIE-COMEAU — Avec un mois à faire au calendrier, le Drakkar connaît un sérieux passage à vide. Il a subi un troisième revers à ses quatre dernières sorties, un deuxième échec d’affilée devant les Tigres de Victoriaville, qui l’ont emporté 4-2 mercredi au Centre Henry-Leonard.

Le Drakkar n’est plus le même depuis sa défaite contre Drummondville il y a deux semaines. Son attaque a de la difficulté à trouver le fond du filet, l’intensité est loin d’être au rendez-vous, tout comme l’exécution, et Alex D’Orio n’est plus aussi solide qu’à son arrivée avec l’équipe.

Drakkar

Drakkar 0/Tigres 4: recette gagnante pour Victoriaville

BAIE-COMEAU — Le Drakkar de Baie-Comeau s’est buté à un gardien au sommet de sa forme, dimanche à Victoriaville. Tristan Côté-Cazenave a stoppé les 43 rondelles qu’il a affrontées, Egor Serdyuk a inscrit un tour du chapeau et les Tigres ont signé une victoire de 4-0.

Avec un total de tirs de 43-23 en faveur des visiteurs, on aurait pu croire que les Félins se seraient retrouvés dans le pétrin au terme du duel. Mais de l’opportunisme, un gardien qui ne veut rien savoir et des joueurs qui se replient et qui se sacrifient pour bloquer des rondelles ont créé une recette gagnante, recette qui a permis de blanchir la puissante offensive du Drakkar pour la première fois de la saison.

Bernard en furie

Après la rencontre, Martin Bernard n’avait visiblement pas le goût d’accorder une entrevue, en furie d’avoir échappé les deux points et vraisemblablement insatisfait de la prestation des siens, qui ont perdu deux matchs sur trois dans ce voyage.

«Le résultat de ce match est une défaite, on ne peut donc pas être satisfait», a été son commentaire le plus descriptif. Appelé à commenter les performances respectives de Côté-Cazeneve et de son gardien, Alex D’Orio, il a lâché simplement : «On a donné plus de buts que l’autre bord. On a perdu.»

Même laconisme lorsqu’interrogé à savoir ce que ses hommes auraient pu faire de différent pour espérer remporter ce match. «Marquer des buts.» Fin de l’entrevue.

Au terme d’un premier vingt relativement partagé, les Tigres ont pris les devants par l’entremise de Serdyuk, qui a bondi sur un retour accordé par D’Orio directement dans l’enclave.

En deuxième, même s’il a concédé trois supériorités numériques aux locaux, le Drakkar a dominé cet engagement, prenant 18 tirs sur un Côté-Cazenave impérial, ce dernier refusant de céder. C’est plutôt Serdyuk, sur l’un des cinq tirs des siens dans cette période, qui a doublé l’avance des Tigres, en attaque à cinq. Xavier Bouchard s’est fait prendre profondément en zone adverse sur la séquence.

Second blanchissage

Le Drakkar a continué de mettre la pression en troisième pendant que Victoriaville se retranchait dès que possible dans son territoire. Mais il n’est jamais parvenu à tromper la vigilance de Côté-Cazenave, qui enregistrait un second blanchissage consécutif.

Anthony Poulin a mis fin aux espoirs des visiteurs en marquant dans un filet désert à 17:15 et Serdyuk a ensuite complété son truc du chapeau une minute plus tard, durant une mauvaise pénalité écopée par l’ex-Tigre Mathieu Charlebois. Les deux mêmes formations se retrouveront mercredi, cette fois au Centre Henry-Leonard de Baie-Comeau.