Remparts

Les Remparts viennent à bout du Drakkar

Gregor MacLeod a tranché le débat à l’aide d’un «plomb» en prolongation, vendredi soir, pour donner une victoire de 2-1 aux Remparts sur le Drakkar de Baie-Comeau, au Centre Vidéotron.

Les locaux profitaient d’un avantage numérique à quatre contre trois lors du filet décisif. À l’exception du juge de but, tout le monde dans l’amphithéâtre semblait croire que MacLeod venait de frapper la barre horizontale sur son lancer frappé. Le jeu s’est poursuivi pendant quelques secondes. Après le sifflet, la reprise a toutefois démontré pourquoi la lumière rouge s’était illuminée.

«Je n’avais aucune idée que c’était un but!» a dit le héros de la soirée en riant. «Est-ce qu’il l’a allumée? Je n’ai même pas vu ça. J’ai juste continué à essayer de marquer.»

La 15e réussite de MacLeod cette saison est venue racheter une soirée parfois difficile pour des Remparts peinant à trouver leur rythme pendant les deux premières périodes. Leurs 12 petits lancers après 40 minutes en sont la meilleure preuve.

«On a trouvé une façon de revenir», a toutefois affirmé l’entraîneur-chef Philippe Boucher. «Le but, à ce temps-ci de l’année, c’est de gagner des matchs. Et j’ai quand même aimé la façon dont on a joué. On a travaillé. [...] Baie-Comeau joue toujours bien ici. Quand tu te relèves d’une défaite comme ils ont eu [7-0 contre Blainville-Boisbriand, mercredi], les jeunes sont tous fiers et ne veulent pas que ça arrive une deuxième fois.»

Samuel en «perd son jockstrap»

Après une première période somnifère et sans but, Gabriel Fortier (17e) a ouvert la marque pour le Drakkar avec une poétique pièce de jeu sur un deux contre un. Le gardien Antoine Samuel a rigolé après la rencontre, disant en avoir «perdu son jockstrap».

En tout début de troisième, les Remparts ont profité d’un avantage numérique venu d’une pénalité à Xavier Bouchard décernée à 20:00 du deuxième tiers. Matthew Boucher (24e) a déjoué Francis Leclerc d’un tir de l’enclave après seulement 19 secondes pour redonner vie à la foule de 9203 spectateurs.

«La punition en fin de deuxième a changé le momentum», a constaté l’entraîneur du Drakkar, Martin Bernard. «Le but leur a donné des ailes. C’est sûr qu’on ne voulait pas échapper des points ici. Mais les gars ont été beaucoup moins poches que mercredi.»

De son côté, Boucher était fier du travail de ses joueurs avec un homme en plus. Ils ont converti deux de leurs cinq chances. «C’est le fun d’aller chercher deux gros buts. On a assez parlé de notre avantage numérique, ça fait du bien qu’il fasse la différence», a souligné le chef.

Au final, Samuel a bloqué 18 tirs lors de son premier match contre son ancienne équipe. «Ç’a été des arrêts de routine, les gars ont vraiment bien joué devant moi. J’avais hâte qu’ils marquent, par exemple», a lancé le gardien des Remparts, qui ont complété l’affrontement avec 30 lancers.

Le défenseur Benjamin Gagné a raté la rencontre en raison d’une suspension d’un match. Mercredi, contre Victoriaville, il a asséné un coup de bâton dangereux. Auteur d’un double-échec sur la même séquence, l’attaquant des Tigres Maxime Comtois a quant à lui reçu une punition de deux parties. Vendredi, Tomas Dajcar a pris la place de Gagné dans l’alignement. 

L’exigeante séquence de trois matchs en quatre jours des Remparts se termine samedi, à 16h, avec la visite de l’Océanic de Rimouski. Le Drakkar se dirige quant à lui vers le nord pour affronter les Saguenéens de Chicoutimi.

***

LA DIFFICILE DEUXIÈME SAISON

Le Drakkar a «mal géré» la pression liée aux attentes élevées du début de saison, a admis Martin Bernard, vendredi. Une pression venue de l’extérieur. «On n’a jamais dit : on va finir dans le top 5!» mentionne l’entraîneur-chef, dont la très jeune formation a connu un difficile début de campagne. Garni de plusieurs joueurs de 17 et 18 ans, le Drakkar a en été victime d’une guigne collective de la deuxième année. Bernard a souvent vu des jeunes de cet âge prévoir des moments plus faciles après l’année recrue. Ces jeunes oublient que leurs responsabilités sont souvent plus grandes à 17 ans.

«On n’a pas beaucoup de vétérans pour prendre le heat d’un match», fait-il remarquer. Le «cirque» entourant l’équipe en raison de la présence de plusieurs dépisteurs de la LNH est aussi source de distraction. Mais le Drakkar joue mieux depuis la mi-décembre, constate Bernard. «On a un bon groupe de jeunes avec lequel c’est le fun de travailler.» L’équipe risque d’être fort dangereuse la saison prochaine.

***

Drakkar

Le Drakkar lamentable dans un revers de 7-0

BAIE-COMEAU — Complétant un séjour de cinq rencontres à domicile, le Drakkar s’est lamentablement échoué mercredi soir face à l’Armada de Blainville-Boisbriand. Les meneurs au classement général ont quitté la Côte-Nord avec en banque un gain facile de 7-0.

Les unités spéciales de l’Armada ont été dominantes dans cette rencontre à sens unique. Les hommes de Joël Bouchard ont frappé trois fois (presque quatre) sur six supériorités numériques, ajoutant même un filet à court d’un homme. Peu courtois, les visiteurs ont même chassé du match leur ex-coéquipier Francis Leclerc, qui a cédé quatre fois sur 21 tirs.

«Embarrassant et vraiment décevant» ont été les premiers mots de Martin Bernard pour décrire la prestation des siens. «Je veux m’excuser auprès de nos partisans parce qu’une performance comme ça, c’est inacceptable. Il n’y a rien qui s’est passé, c’était une catastrophe», a enchaîné le pilote, parlant même de «la pire game que j’ai vue ici en deux ans».

«Les gars sont meilleurs que ça, je le sais, mais ce soir, ils n’étaient pas là pantoute», a poursuivi Bernard, rappelant qu’il faut déployer un minimum d’intensité pour disposer de l’Armada. «Les gars sont arrivés ici avec un oreiller et ils ont continué à dormir. Ce n’étaient pas mes gars, je ne sais pas où ils étaient.»

Alexandre Alain a guidé l’offensive des vainqueurs avec deux buts en supériorité numérique. L’ex-Drakkar Tobie Paquette-Bisson, Ryan DaSilva, Joël Teasdale, Aleksi Anttalainen et Pascal Corbeil ont complété. Les trois derniers filets (sur 14 lancers) ont été marqués aux dépens de Justin Blanchette. À l’autre bout, Mikhail Denisov (28 arrêts) n’a pas eu à se distinguer outre mesure pour signer son neuvième gain en 12 sorties dans l’uniforme noir et blanc de l’Armada et son premier jeu blanc de la saison.

À mi-chemin du premier engagement, Bernard a dû se passer des services de D’Artagnan Joly, blessé en haut du corps. Il n’est pas revenu au jeu, étant plutôt dirigé vers l’hôpital. Avec cinq minutes à faire à la rencontre, ce fut au tour de Shawn Element de retraiter vers le vestiaire.

Drakkar

Baie-Comeau continue ses insuccès contre Chicoutimi

BAIE-COMEAU — Après avoir marqué 10 fois, vendredi, les joueurs du Drakkar avaient beaucoup moins d’espace devant eux, dimanche, s’inclinant au pointage de 3-2 face aux Saguenéens de Chicoutimi, qui ont ainsi signé un quatrième gain consécutif face à Baie-Comeau.

Une poussée de deux buts des Bleus en début de troisième période a brisé l’égalité qui régnait dans ce duel serré, où l’espace de manœuvre des joueurs du Drakkar était restreint par le jeu hermétique des visiteurs. Les hommes masqués, Francis Leclerc (28 arrêts) et Zachary Bouthillier (33 arrêts) se sont mis en évidence.

«Chicoutimi joue bien, il faut leur donner crédit», a souligné l’entraîneur-chef du Drakkar. «Ils ferment beaucoup le centre et l’enclave. On a eu 35 tirs et ils ont dû en bloquer 40. On s’entêtait un peu trop à jouer proche de leur filet. On aurait peut-être dû changer de stratégie», a ajouté Martin Bernard, rappelant qu’il n’avait «pas de manette de Playstation derrière le banc» pour modifier cette stratégie.

Point positif, le Drakkar a inscrit ses deux buts avec l’avantage d’un homme, une facette du jeu qui s’est nettement améliorée ces dernières semaines. D’ailleurs, avant la rencontre, le Drakkar revendiquait le jeu de puissance le plus efficace de la LHJMQ depuis le début 2018 avec 32 %.

«Notre avantage numérique a produit, comme c’est le cas depuis Noël. On est allés chercher des buts là», a fait valoir Bernard, soulignant toutefois que pour le reste du match, «on a quand même donné de grosses chances à l’adversaire. Quand ils ont marqué, c’est dans des situations où on n’a pas bien joué devant notre filet».

Gros match pour Leclerc

«Leclerc a goalé sur la tête, il a été incroyable», a été le premier commentaire du pilote des Sags, Yanick Jean. «On a eu un paquet de chances de qualité», a-t-il lancé en ajoutant que les quelques occasions de marquer du Drakkar sont survenues en avantage numérique. «Ça faisait trois semaines qu’on n’avait pas joué sur la route, ça faisait trois semaines qu’on n’avait pas joué sur une petite patinoire et j’ai été impressionné de la manière dont on s’est comporté.»

Les buts de Jérémy Fortin et de Vincent Tremblay-Lapalme au dernier tiers ont fait la différence. Shawn Element, avec son premier but depuis le 27 octobre, a réduit l’écart 3-2, mais ce fut trop peu trop tard.

D’Artagnan Joly avait procuré les devants au Drakkar à 1:03 du deuxième engagement. À mi-chemin de cette même période, Vladislav Kotkov est parvenu à déjouer Leclerc pour créer l’égalité. Au premier vingt, le gardien du Drakkar avait frustré l’attaquant russe des Sags avec une glissade à l’ancienne à sa gauche. Liam Stevens a aussi goûté à la médecine des jambières de Leclerc.

NOTES : Luke Kirwan est suspendu deux rencontres pour avoir donné de la bande vendredi dernier contre Moncton… Avec cette victoire, Chicoutimi a remporté la coupe L’Ami junior, qui couronne le champion au total des 10 affrontements entre les deux équipes cette saison. Après huit matchs, les Sags ont déjà cinq victoires et un revers en prolongation.

Drakkar

Festin offensif à Baie-Comeau

BAIE-COMEAU — Le Drakkar de Baie-Comeau a comblé son public vendredi, enfilant rien de moins que 10 buts pour l’emporter 10-6 devant les Wildcats de Moncton, qui se sont montré à la fois généreux et indisciplinés.

Toutefois, les puristes du hockey n’ont probablement pas dû tirer plaisir de ce match plus qu’échevelé, où le Drakkar a fait preuve d’opportunisme en marquant tous ses buts sur 36 tirs. Les mêlées ont aussi été légion, comme en témoignent les 20 avantages numériques (5 en 12 pour Baie-Comeau et 2 en 8 pour Moncton).

Les gros canons du Drakkar se sont levés dans cette cinquième victoire d’affilée à la maison. Jordan Martel (six points) et Ivan Chekhovich (cinq) ont tous deux réalisé un truc du chapeau. Quant à D’Artagnan Joly, il a amassé l’impressionnant total de six mentions d’aide, bien sûr une première en carrière.

«Quand tu mets le popcorn dans le micro-ondes, ça ressemblait à ça comme match», a imagé Martin Bernard après la rencontre. «C’était le genre de matchs où les joueurs étaient un peu plus lousses. On a été excellents offensivement, mais défensivement, on a été très mauvais.»

Quant à savoir s’il allait revoir le vidéo de cette rencontre pour voir ce qui a cloché, le pilote du Drakkar en a profité pour lancer une pique aux officiels Samuel Bernier et Kevin Maillé qui, avouons-le, ont connu une soirée difficile.

«Il y en a qui devrait le regarder [la vidéo] et ce n’est pas nécessairement l’autre équipe», a déclaré Bernard en pesant minutieusement ses mots. «C’est important d’être prêt pour les matchs, parce qu’on demande à nos joueurs d’être prêt», a-t-il ajouté.

Le Drakkar a marqué deux fois en première. Luke Kirwan (18e) a dévié le tir d’un angle difficile de Martel pour surprendre Mark Grametbauer, qui a cédé son poste à Matthew Waite après le quatrième but. Et dès le premier jeu de puissance des locaux, Chekhovich a fait 2-0.

Huit buts en deuxième!

Les 1607 spectateurs ont eu droit à un deuxième engagement totalement fou, chaque équipe faisant mouche à quatre reprises. Antoine Girard (3e) et Martel ont d’abord lancé le Drakkar en avant 4-0, mais les pénalités ont permis aux Wildcats de marquer trois fois en moins de trois minutes (Dylan Seitz, Jakob Pelletier et Nicholas Welsh).

Martel a fait 5-3 après que Bernard ait demandé son temps d’arrêt. Jacob Hudson et Christopher Benoît (5e) se sont ensuite échangé des buts avant le son de la sirène.

Le Drakkar a ajouté quatre autres buts, les deux derniers de Chekhovich (18e et 19e), le troisième de Martel (28e) et celui de Bradley Lalonde (10e). Mika Cyr et Daniil Miromanov ont complété pour les Wildcats, qui ont tout de même pris 50 lancers sur Francis Leclerc.