Steve Ahern, directeur général du Drakkar, en compagnie de Drew Elliot et Zack Morissette.

Zack Morissette, le fils de Dave, choisi par le Drakkar

En analysant l’allure du repêchage, le Drakkar de Baie-Comeau pouvait se permettre de sacrifier son choix de première ronde en retour de quatre sélections en 2019 et 2020.

«L’offre de Patrick était excellente. Il a bien payé, et parfois, l’ascenseur revient», résumait Steve Ahern, qui a été le partenaire de danse de Roy, pour l’occasion.

Le Drakkar avait les yeux sur Nathan Gaucher, repêché au 8e rang par les Remparts. Le Drakkar pouvait donc se permettre de mettre la main sur quatre choix, se doutant bien que l’autre joueur qu’il reluquait serait disponible, le moment venu. En cédant le 15e choix en première ronde, Baie-Comeau a obtenu les choix de 2e et 3e rondes des Remparts de 2019 et ceux de 2e et 3e rondes de 2020.

À son rang de sélection au deuxième tour (26e), le Drakkar a opté pour l’ailier gauche Drew Elliott et il a enchaîné en troisième ronde avec le défenseur Zack Morissette, fils de Dave Morissette, l’ancien joueur devenu commentateur sportif et qui est originaire de Baie-Comeau.

«Aujourd’hui, c’est une belle journée pour la famille. Je vois Dave et le grand-père de Zack, je suis content pour eux. Le grand-père a été impliqué dans le hockey mineur, c’est un moment privilégié. Mais on a repêché un joueur de hockey, pas le fils d’un animateur de télé. Dave, c’est Dave, et Zack, c’est Zack», expliquait Ahern.

Dave devait être bien d’accord avec lui. Lors d’une photo prise avec lui et son fils dans les gradins avant que Zack ne s’amène à la table de l’équipe, il s’est excusé auprès de lui, ne voulant surtout pas lui enlever l’attention qu’il méritait.

«J’apporte ma touche, Dave et Zack, ce sont deux personnes. Je suis très content d’appartenir au Drakkar, c’est une belle organisation», disait le joueur de 15 ans développé au collège Bishop’s, dans le hockey scolaire (LHPS).

Selon le DG, Morissette affiche déjà les valeurs du Drakkar. Il se réjouissait aussi de la sélection d’Elliott, un joueur du Nouveau-Brunswick qui n’a jamais eu l’intention de bouder la formation de la Côte-Nord.

«Je suis très heureux et je n’ai aucun problème à aller jouer à Baie-Comeau. Je ne m’y attendais pas, mais quand j’ai entendu mon nom [au 26e rang], j’étais content», confiait le natif de Saint-Jean.

«Nous l’avions 15e sur notre liste, il a glissé au 26e. Il est intense, il a de la fougue et il voulait venir chez nous», résumait Ahern.

Zack Morissette et son célèbre père Dave