Chekhovich, le meilleur marqueur du circuit Courteau, a participé aux deux buts des siens

Victoire à l'arraché pour le Drakkar contre les Olympiques

BAIE-COMEAU – Même si, sur papier, le Drakkar ne devait pas avoir trop de difficultés à venir à bout des Olympiques de Gatineau, ce fut loin d’être une partie de plaisir pour Baie-Comeau, qui a néanmoins signé une septième victoire d’affilée avec ce gain de 2-1.

Les hommes de Martin Bernard se sont butés à un gardien en grande forme, Creed Jones, qui a stoppé 36 tirs. Outre une période de deux minutes à la fin de la deuxième période, où le Drakkar a inscrit ses deux buts, le gardien ontarien de 18 ans a été impeccable. Son vis-à-vis Alex D’Orio a lui aussi été brillant, lui qui a affronté 26 lancers dans ce 30e gain de la campagne pour les locaux.

«On s’attendait à ce que Gatineau travaille fort et ça va être comme ça contre toutes les équipes qu’on va affronter», a fait valoir le pilote du Drakkar en rappelant que peu importe le niveau de talent, «il faut matcher l’intensité de l’autre équipe, c’est une règle d’or au hockey». Bernard a levé son chapeau à Jones, «qui a fait de gros arrêts en première qui nous ont empêché de prendre les devants».

Le Drakkar a concédé un peu plus de revirements qu’à son habitude, particulièrement du côté des défenseurs. Pascal Corbeil, pour un, a vu plusieurs de ses tirs bloqués. Mathieu Charlebois et Xavier Bouchard, ce dernier mettant parfois un peu trop de dentelle, ont également échappé le disque à quelques reprises.

«On a commis trop de revirements. On a pris de drôles de décisions avec la rondelle. On avait un bon positionnement dans l’ensemble, mais on prenait de mauvaises décisions», a reconnu l’entraîneur-chef.

Le Drakkar a dû patienter jusqu’à la 14e minute du deuxième vingt pour inscrire le premier filet de cette rencontre. L’honneur est revenu à Gabriel Fortier, qui a bien suivi Ivan Chekhovich sur la séquence afin de récupérer le retour.

Deux minutes après le filet de Fortier, Yaroslav Alexeyev a doublé la mise, à la faveur d’une supériorité numérique. Il s’agissait du 50e but inscrit cette saison par le meilleur jeu de puissance de la LHJMQ. Le seul but des Olympiques a été l’œuvre de Metis Roelens, en avantage numérique, avec cinq minutes à jouer à la rencontre.

Les deux gardiens ont offerts des prestations magistrales au premier vingt. Jones a affronté 18 rondelles sans céder une seule fois. Nathan Légaré, qui célébrait ses 18 ans samedi, a été sa principale victime. À l’autre bout, D’Orio n’a reçu que sept tirs, mais trois d’entre eux sont venus sur des échappées à la suite de revirements à la ligne bleue adverse. Il a été particulièrement solide devant Mathieu Bizier et Alexandre Pellerin.

«Je pense que tout le monde comprend pourquoi on est allé chercher un gars comme ça, un gars qui permet à l’équipe de rester dans le match avec de gros arrêts», a lancé Bernard à propos de D’Orio. «On ne donnait pas beaucoup de lancers, mais c’était des lancers de qualité en raison de nos mauvaises prises de décisions avec la rondelle. Alex a été numéro 1.»

Remis de sa commotion cérébrale, Marc-Antoine Brouillette a finalement disputé son premier match dans l’uniforme du Drakkar. L’ex-Tigre évoluait sur la quatrième ligne avec Christopher Benoît et Sacha Roy, que Martin Bernard essaie à l’avant par les temps qui courent et qui tire son épingle du jeu.

«Il a bien fait, j’ai aimé son match, j’ai aimé sa vitesse. Ce trio a apporté de l’énergie et il a été physique», a déclaré le pilote au sujet de Brouillette. «J’ai aimé ce que j’ai vu de ce trio et j’ai encore aimé ce que j’ai vu de Sacha à l’attaque. On va continuer l’expérience car il fait de belles choses.»

NOTES : Chekhovich, le meilleur marqueur du circuit Courteau, a participé aux deux buts des siens...L’Armada de Blainville-Boisbriand sera le prochain visiteur au Centre Henry-Leonard, mardi.