Steve Ahern dit réfléchir présentement à son avenir à la tête du département hockey de l’organisation qu’il dirige depuis 10 ans, en plus d’être instructeur des gardiens de but. Trop de choses ne fonctionnent pas comme il le souhaiterait et l’élimination en sept rencontres aux mains des Wildcats de Moncton au premier tour des séries ne l’aide pas à faire passer la pilule.

Steve Ahern réfléchit sur son avenir

BAIE-COMEAU — La fin abrupte de la saison 2018-2019 a laissé, on peut s’en douter, un goût d’amertume dans la bouche du directeur général du Drakkar de Baie-Comeau, Steve Ahern. Mais ce n’est pas nécessairement pour les raisons qu’on pourrait croire.

Ahern dit réfléchir présentement à son avenir à la tête du département hockey de l’organisation qu’il dirige depuis 10 ans, en plus d’être instructeur des gardiens de but. Trop de choses ne fonctionnent pas comme il le souhaiterait et l’élimination en sept rencontres aux mains des Wildcats de Moncton au premier tour des séries ne l’aide pas à faire passer la pilule.

«Aujourd’hui [jeudi], j’ai parlé à Steeve [Gagné, président du conseil d’administration de l’équipe] pour lui demander un temps de réflexion», a déclaré Ahern, à qui il reste une année d’option à l’entente qui le lie avec l’équipe. «J’ai beaucoup de choses à penser.»

Parmi ces choses à penser figurent ses relations avec le conseil d’administration, qui n’ont pas toujours été au beau fixe. Soulignons que la direction de l’équipe est chapeautée par un organisme sans but lucratif contrôlé par un conseil d’administration. Dans les faits, le Drakkar appartient à la Ville de Baie-Comeau, qui ne se mêle toutefois pas du quotidien du club.

«Bien sûr, le c.a. a un rôle dans toute organisation et bien des choses lui sont redevables, mais ça devrait se limiter à l’aspect administratif. J’ai fait ma job du mieux que j’ai pu, mais il fallait tenir compte du c.a.», a lancé le Montréalais d’origine, à bord du Drakkar depuis 21 ans.

«Il y a plus d’un acteur dans une équipe de hockey et il faut que tout le monde travaille en collaboration. Quand ce n’est pas le cas, ça donne ce que ça a donné et en disant ça, je ne blâme aucunement les joueurs», a enchaîné le dg en se faisant sibyllin.

Visiblement, Steve Ahern marche sur des œufs durant cette entrevue, mais on sent bien qu’il en aurait long à dire. «J’aurais dû prendre des décisions en pensant seulement à mon travail de directeur général. Il y a des choses que j’aurais voulu faire et que je n’ai pas été capable de faire. Je n’ai pas toujours pu prendre les décisions que j’aurais voulues», lâche-t-il en refusant d’entrer dans les détails.

Steve Ahern assure qu’il doit également réfléchir à son autre carrière, celle qu’il mène à la Commission scolaire de l’Estuaire. L’homme de hockey est aussi directeur adjoint à la polyvalente des Baies, un établissement d’environ 700 élèves qui, incidemment, se trouve tout juste à côté du domicile du Drakkar, le Centre Henry-Leonard.

«Ça fait 20 ans que je donne ma peau pour cette organisation [le Drakkar], mais j’adore aussi mes fonctions à la commission scolaire. Je me rends compte que je peux aussi avoir là un impact sur les jeunes. Ma réflexion se fait donc aussi sur ce que je veux faire dans l’avenir dans le milieu scolaire», a conclu celui qui préfère attendre encore quelques jours avant de revenir sur la dernière saison de l’équipe sur la glace.