En fin de troisième, Vincent Deslauriers a raté une occasion en or de réduire l'écart à 3-2.

Le Drakkar trouve encore un moyen de gagner

Le Drakkar a de nouveau trouvé un moyen de l'emporter, mercredi à Baie-Comeau, signant un gain de 2-1 en prolongation contre les Saguenéens de Chicoutimi, qui se sont inclinés pour une sixième fois d'affilée.
Vincent Deslauriers a mis fin au débat à mi-chemin de la quatrième période, en toute fin d'une pénalité de quatre minutes imposée à Keenan MacIssaac en fin de troisième pour un bâton élevé. Simon Chevrier avait porté le pointage 1-1 en milieu de troisième, durant un désavantage numérique. Les gardiens, Antoine Samuel (Drakkar) et Julio Billia (Sags) ont été les joueurs les plus en évidence dans cette rencontre.
«Ça n'a pas été un match facile. Je trouvais qu'on avait un niveau d'enthousiasme très bas, je ne sentais pas beaucoup de vie dans l'équipe et ça a été long avant de s'en sortir», a souligné l'entraîneur-chef Martin Bernard. «Dans ce genre de situation, on parvient toutefois à garder les matchs serrés, avec notre structure de jeu, et c'est ça qui nous a permis d'aller chercher ce match.»
Question de bien faire comprendre son message, Bernard a cloué Shawn Element et Matteo Pietroniro au banc tout au long de la première période pour des «péchés» commis lors du dernier match. Le pilote n'avait alors guère apprécié leur indiscipline.
«Dans le dernier match, on a vu des gestes qu'on ne veut pas voir et les gars ont bien compris le message», a ajouté le coach, en rappelant que Deslauriers est revenu de meilleur poil après avoir goûté à la même médecine plus tôt cette saison.
Pénalités coûteuses pour les Sags
Du côté des Sags, Yanick Jean signalait que les pénalités ont coûté cher aux siens. «On a huit minutes de pénalité écopées en zone neutre ou offensive. C'est ça qui nous a tués. Après ça, je n'ai pas grand-chose à reprocher aux joueurs. On a aussi été meilleurs défensivement que lors de nos derniers matchs», a lancé le pilote des Sags, qui a bien aimé «la détermination et l'intensité» de sa toute récente acquisition, Joey Ratelle.
Dans un premier vingt assez tranquille, les chances de compter ont été rarissimes, particulièrement pour le Drakkar. En fin d'engagement, Brandon Hamelin croyait bien avoir ouvert le pointage pour les visiteurs, mais son tir a frappé la barre transversale.
En deuxième, la reprise n'a pas favorisé le Drakkar. Chevrier était convaincu d'avoir créé l'égalité en déviant la rondelle au vol sur un tir de la pointe, mais la vidéo a affirmé le contraire. Quelques instants plus tôt, David Noël avait ouvert le pointage pour les visiteurs, Antoine Girard faisant accidentellement dévier son tir derrière son gardien.