Vincent Deslauriers

Le Drakkar s'est battu jusqu'au bout

Le Drakkar s'est vaillamment battu jusqu'au bout, mais l'ennemi était beaucoup trop aguerri. En l'emportant 4-1 vendredi à Baie-Comeau, les Islanders de Charlottetown ont mis fin à la saison 2016-2017 du Drakkar, raflant cette série huitième de finale quatre victoires à zéro.
Comme la veille, les visiteurs ont profité du troisième tiers pour briser l'égalité de 1-1. Et comme la veille, c'est Keith Getson qui a enfilé le but gagnant, à 1:51. Pascal Aquin et Filip Chlapik, ce dernier dans un filet désert, ont complété le pointage. Le Drakkar a refusé de lancer la serviette, mais le sort en était jeté.
«Je ne peux pas reprocher à personne de ne pas s'être présenté dans cette série, de ne pas s'être préparé. Ils sont allés au bout de leurs limites», a déclaré l'entraîneur-chef Martin Bernard, en parlant de ses joueurs. «À part le match numéro 2, où il y a eu un gros écart, on s'est bien battus dans les trois autres parties et ç'aurait été le fun d'en jouer une autre chez nous.»
Au-delà de la déception, Bernard se disait «extrêmement fier de ma gang de kids et extrêmement fier de mes deux 20 ans qui quittent, de l'héritage qu'ils laissent à notre équipe. Tous les joueurs ont apprécié l'attitude de Sam [Thibault] et Vincent [Deslauriers]. On va continuer à pousser dans cette direction.»
Solide base pour l'avenir
Malgré le résultat, cette série servira de solide base pour l'avenir des jeunes loups du Drakkar, estime le pilote. Acquérir du millage en séries, gagne ou perd, c'est inestimable. «Il n'y a aucune boule dans un boulier [en référence au tirage pour l'ordre de repêchage] qui peut donner l'expérience qu'on a prise dans les quatre derniers matchs. On n'a pas donné un pouce, on n'a pas reculé, on a démontré du caractère et c'est quelque chose qui va nous suivre. Avoir raté la danse printanière cette année, ça nous aurait très certainement retardé dans notre développement.»
Le Drakkar a de nouveau tenté de passer à l'abordage dès le départ, malgré un désavantage numérique. Mark Grametbauer a d'ailleurs dû se signaler devant Simon Chevrier. Les Islanders ont néanmoins pris les devants par l'entremise de Dillon Boucher, qui n'a eu qu'à pousser un disque qui est apparu devant lui.
Il en fallait plus pour décourager le Drakkar. Sur le premier jeu de puissance des siens, le capitaine Thibault a montré la voie en créant l'égalité. Son tir était loin d'être le plus puissant, mais comme le réclamait Bernard, il était sur le but. Les deux gardiens ont eu du boulot en deuxième. Christopher Benoît et D'Artagnan Joly ont raté de belles chances devant Grametbauer, tandis qu'Antoine Samuel volait Gregor MacLeod en fin d'engagement.
Comme ils l'ont fait toute la saison, les valeureux qui étaient sur place [1777 personnes, une foule un peu décevante] ont chaleureusement applaudi les efforts du Drakkar, qu'ils soient couronnés de succès ou non. Si le passé est garant de l'avenir, les fans du Drakkar peuvent prévoir une année plus glorieuse dès l'automne prochain.