Samuel L'Italien (19) a inscrit l'un des six buts du Drakkar dans la victoire face à l'Océanic.

Le Drakkar se sauve avec la victoire en deuxième [VIDÉO]

BAIE-COMEAU — Même s’il n’avait rien à gagner, l’Océanic de Rimouski s’est avéré un adversaire coriace pour le Drakkar de Baie-Comeau, qui l’a finalement emporté 6-4 vendredi au Centre Henry-Leonard.

Avec ce gain, les troupiers de Martin Bernard conservent leur priorité d’un point sur Halifax au sommet de la conférence Est et une victoire samedi, contre ce même Océanic, leur donnerait le championnat de la conférence.

«À part une séquence de six ou sept minutes en troisième, où on a joué sur les talons, le reste du match, on a offert une belle performance», a fait valoir le pilote du Drakkar, qui a vu les siens prendre l’ascendant sur cette rencontre avec trois buts sans réplique en deuxième. «Il y a eu beaucoup d’engagement de la part des gars, qui voulaient faire la différence, et on a joué à l’intérieur de notre identité», a-t-il ajouté.

Le Drakkar a été blanchi à ses deux premiers jeux de puissance, dont un de cinq minutes après l’expulsion de Vincent Martineau pour une mise en échec à la tête de Jordan Martel, mais le but d’Ethan Crossman à la fin de la troisième supériorité a fait la différence. «Ils (Rimouski) ont un bon désavantage numérique. On a apporté quelques ajustements et Crossman est allé marquer le gros but», a souligné Bernard.

«Je n’ai pas aimé notre deuxième période. Le Drakkar a travaillé plus fort que nous et est allé chercher le match à ce moment, mais j’ai bien aimé comment on a joué en troisième», a déclaré l’entraîneur-chef des visiteurs, Serge Beausoleil, qui avait laissé de côté Alexis Lafrenière et Dmitry Zavgoridniy, qui seront cependant de l’alignement samedi.

«On n’a pas baissé les bras, on a appliqué un meilleur échec avant et on a marqué trois fois. À la fin, il s’en est fallu de peu pour qu’on crée l’égalité. Il a fallu un gros arrêt de (Alex) D’Orio. On voulait voir les gars se révéler et il y en a plusieurs qui ont montré de belles choses», d’ajouter Beausoleil.

Gabriel Fortier à deux reprises, Samuel L’Italien, Ivan Chekhovich et Thomas Éthier ont été les autres marqueurs aux dépens de Colten Ellis (26 arrêts). Jimmy Huntington, Ludovic Soucy, Carson MacKinnon et Radim Salda ont déjoué D’Orio (lui aussi 26 arrêts).