Le gardien du Drakkar, Antoine Samuel a réussi 32 arrêts face aux Tigres, mercredi.

Le Drakkar grimpe encore

En ce sprint de fin de calendrier, le Drakkar est sur une irrésistible lancée.
La troupe de Martin Bernard s'est emparée du 12e rang au classement général en disposant des Tigres par le pointage de 3-2, mercredi à Victoriaville. Il s'agissait d'un quatrième gain consécutif pour le Drakkar.
Mathématiquement, le Drakkar n'est toujours pas assuré de faire les séries, mais ce gain crucial sur la route est un pas très important vers cet objectif. «Voilà une semaine, on était 17es et on se demandait si on allait faire les séries. Là, on a notre destin entre nos mains et c'est à nous de l'écrire», a affirmé Bernard.
«Honnêtement, notre état d'esprit est le même depuis un mois. On veut gratter le plus de points possible et c'est ce qu'on vient encore de faire.»
Le but décisif a été inscrit à 13:13 du second engagement par Samuel Thibault. Le capitaine a pris un tir frappé pour briser l'égalité alors qu'il y avait de la circulation devant le gardien Tristan Côté-Cazenave. Un peu avant et après ce but, Édouard St-Laurent et Antoine Girard ont raté tour à tour des tirs de pénalité. Heureusement pour les visiteurs, ces échecs n'ont pas eu de conséquence négative sur le résultat.
Infériorité numérique encore parfaite
En fin de deuxième et en début de troisième, le Drakkar a aussi eu à écouler ses trois seuls désavantages numériques de la rencontre. L'unité en infériorité numérique a de nouveau été parfaite. Et par la suite, le Drakkar s'est assuré de rester en contrôle malgré une domination des Tigres 13-4 au chapitre des lancers en troisième.
«Au-delà du nombre de lancers, j'ai aimé la façon dont on a géré l'avance, spécialement dans les cinq dernières minutes», a ajouté Bernard. «Les gars sont restés calmes, ils ont fait ce qu'ils avaient à faire et ç'a fait une différence.»
Le quatrième trio a ouvert le pointage pour le Drakkar avec le huitième de la campagne de St-Laurent. Jordan Martel (24e) a enchaîné avec un but chanceux, sa passe pour personne ricochant sur le patin d'Ivan Kosorenkov. Une minute plus tard, Félix Lauzon a réduit l'écart à un but en profitant d'une passe déviée qui a atterri sur son bâton. À 4:23 de la deuxième période, Maxime Comtois a fait l'impasse en déviant un tir devant Antoine Samuel, qui a réussi 32 arrêts.