Antoine Girard a marqué le seul but du Drakkar, vendredi.

Le Drakkar «gratte» un autre point

Le Drakkar continue de donner du fil à retordre aux Saguenéens de Chicoutimi. Ces derniers ont néanmoins réussi à arracher un gain de 2-1, en fusillade, aux hommes de Martin Bernard, qui récoltaient au moins un point dans un quatrième match consécutif.
Les deux cerbères, Justin Blanchette (Drakkar) et Xavier Potvin (Sags), ont bloqué chacun 24 tirs dans ce duel serré où l'espace était restreint. Le gardien recrue du Drakkar paraissait à l'occasion un peu déboussolé devant sa cage, lui qui n'avait pas vu d'action depuis deux semaines, mais il trouvait le moyen de faire l'arrêt. En fusillade, Kelly Klima a été le seul à le déjouer. 
«On veut gratter des points; ce soir, on en a gratté un autre», soulignait l'entraîneur-chef du Drakkar, qui souhaiterait toutefois voir les siens un peu plus incisifs en attaque. Bernard n'a d'ailleurs pas été impressionné par ses trois tireurs en fusillade - Jordan Martel, Vincent Deslauriers et D'Artagnan Joly -, tous aisément stoppés par Potvin. «On regarde les stats et ces trois gars, ce sont des gars qui ont des buts en fusillade. On a joué les odds, mais un autre soir, ce sera une autre décision.»
Le pilote du Drakkar demande d'ailleurs à ses vétérans de lui en donner un peu plus. «J'aimerais avoir une meilleure contribution de nos plus vieux. Il faudrait qu'ils génèrent plus d'offensive parce que les jeunes font ce qu'ils ont à faire.»
Les Sags avaient «oublié» leurs jambes...
Le Drakkar a dominé la première moitié de l'engagement initial, mais ce sont les visiteurs qui ont pris les devants grâce à Antoine Marcoux, qui a trompé Blanchette d'un faible tir d'une main. Antoine Girard (10e) a créé l'égalité en deuxième période, au terme d'un bel effort individuel.
«Je ne pense pas qu'on a pris le Drakkar à la légère, mais ça a pris une dizaine de minutes avant de sortir nos jambes de l'autobus. Le but nous a donné un peu de gaz et on a mieux joué par la suite», a fait valoir Yanick Jean, qui a donné une part du crédit à son gardien, «très solide en partant le match».
Il a aussi tenu à rendre hommage à son vis-à-vis, qui lui a présenté une formation très tenace. «Ils "compétitionnent" fort de l'autre côté et c'est comme ça soir après soir. Il faut donner du crédit à Martin Bernard et son équipe, qui se battent pour leur survie et qui le font très bien.»