«Ça s’est joué là, sur les unités spéciales», a convenu l’entraîneur-chef du Drakkar, Martin Bernard, au sujet du revers des siens.

Le Drakkar coulé par ses unités spéciales [VIDÉO]

BAIE-COMEAU — Les Wildcats de Moncton n’ont pas l’air d’une formation privée de son meilleur joueur. Malgré l’absence de Jakob Pelletier, les hommes de John Torchetti ont créé l’égalité 2-2 mercredi dans cette série huitième-de-finale, arrachant un gain de 3-2 au Drakkar de Baie-Comeau, qui trébuchait pour la première fois au Centre Avenir de Moncton.

Le travail des unités spéciales a été déterminant dans cette rencontre de nouveau âprement disputée. Le Drakkar a été blanchi en cinq supériorités numériques tandis que les locaux ont concrétisé deux de leurs cinq occasions. Par deux fois, c’est Mika Cyr, le meilleur marqueur jusqu’ici dans cette série, qui a touché la cible.

«Ça s’est joué là, sur les unités spéciales», a convenu l’entraîneur-chef du Drakkar, Martin Bernard. «On a pourtant eu nos chances, mais on ne l’a pas mis dedans, notamment en troisième, quand Yaroslav [Alexeyev] et Sam [L’Italien] ont tiré à côté du but. Plus tôt, [Ethan] Crossman a aussi brisé son bâton alors qu’il avait un but ouvert.»

Ce fut probablement aussi le match où le Drakkar a pris le moins de tirs dangereux. «On a réussi à marquer un but sur un rebond, mais il faudra travailler plus pour aller les chercher», a-t-il ajouté.

Les mises au jeu

Contrairement à son habitude, Baie-Comeau a aussi été dominé dans les cercles de mise au jeu, les Cats en raflant 40 sur 62. Cyr (18 en 23) et Jeremy McKenna (9 en 9) ont été magistraux, à l’opposé du spécialiste du Drakkar à ce chapitre, L’Italien (5 en 21). «Il va falloir se raplomber et être meilleur sur les mises au jeu», a d’ailleurs reconnu le pilote.

Les Wildcats ont connu leur meilleure première période jusqu’ici dans cette série. Ils en ont profité pour marquer le premier but lorsque le puissant tir frappé de Jonathan Aspirot a battu Alex D’Orio du côté du bloqueur. Toutefois, avant la fin de l’engagement, Keenan MacIsaac a créé l’égalité, lui aussi d’un tir voilé du côté du bâton de Francis Leclerc.

En milieu de deuxième, Crossman a mis du temps à se relever après une mise en échec douteuse et impunie d’Aspirot, à environ deux mètres de la rampe. Délégué sur la glace à la mise au jeu suivante pour passer un message, Sacha Roy a un peu trop insisté auprès d’Aspirot, écopant d’une pénalité. Moncton a tiré profit du jeu de puissance qui a suivi pour reprendre les devants, avec le premier de la soirée de Cyr.

«C’est un geste qu’on ne veut pas voir dans le hockey, Crossman aurait pu rentrer tête première dans la bande. C’était vraiment dangereux», a déclaré Bernard, qualifiant Aspirot de récidiviste. «Xavier [Bouchard] a été suspendu [pour sept rencontres] pour le même genre de geste plus tôt cette saison», n’a pas manqué de rappeler le pilote.

Nathan Légaré a fait 2-2 à 7:42 de la troisième période, bénéficiant d’un généreux retour accordé par Leclerc sur un tir d’un angle fermé de Gabriel Fortier. Mais les pénalités sont revenues hanter le Drakkar. Cette fois, c’est Ivan Chekhovich qui s’est retrouvé au banc de punition après avoir péché en zone adverse. Cyr a fait payer cher cette erreur en enfilant le but de la victoire à 11:31.

NOTES: Après être rentré à la maison en raison d’un problème de santé dans sa famille, Mario Marois était de retour derrière le banc du Drakkar pour assister Bernard… Jusqu’ici dans cette série, l’équipe qui a inscrit le premier but l’a toujours emporté… Le cinquième match sera disputé vendredi, de nouveau au Centre Avenir.